english

La technologie autonome selon Honda

Asimo version 2014 : Harder, Better, Faster, Stronger

Des innovations techniques applicables aux véhicules

Honda Robotics a profité de la présence de son robot humanoïde en Belgique pour présenter ses dernières avancées technologiques à la presse européenne après les avoir montrées à Barack Obama en avril dernier. Le service de recherche et développement de la marque sur la robotique a ainsi pu mettre en avant les dernières évolutions d'Asimo, mais également faire essayer l'Uni-Cub B, un petit véhicule électrique individuel.

Un petit robot trentenaire

Si les plus jeunes connaissent peut-être déjà ASIMO, le robot humanoïde lancé par Honda en 2000, d'autres se souviennent probablement des premiers essais de la marque qui ont débuté il y a presque 30 ans. En effet, la firme nippone s'est tournée vers la robotique humanoïde dès 1986 avec un premier prototype baptisé E0. A l'époque, les ingénieurs étaient encore aux tout premiers stades de développement et les versions qui suivirent ressemblaient plus à des grille-pains sur pattes qu'autre chose.

C'est en 1993 avec la présentation du P1 que le constructeur a opéré un tournant dans son développement. Le prototype était pour la première fois doté de bras et commençait à ressembler à un humain. Présenté trois et quatre ans plus tard, les P2 et P3 ouvraient ensuite la voie vers une nouvelle génération.

Evolution de la robotique chez Honda

En 2000, le robot humanoïde Honda changeait du tout au tout avec l'arrivée d'Asimo (acronyme pour Advanced Step in Innovative MObility). Loin du mètre quatre-vingt de ses prédécesseurs, le nouveau robot ne mesurait plus que 1m30, une taille qui n'a pas été choisie au hasard puisque c'est en moyenne celle d'un adulte assis. Le petit robot blanc a ensuite connu plusieurs évolutions au fil des années en suivant toujours son projet initial : devenir à terme, un robot d'aide à la personne.

Des évolutions majeures

Mais avant de pouvoir remplir son rôle, Asimo doit encore gagner en autonomie et en capacités. Cet objectif a donc été au centre des évolutions du robot qui, en dehors de quelques retouches, ressemble grandement à la version de 2011. Toutefois, des avancées majeures ont été réalisées au niveau de l'intelligence artificielle, des capacités de mouvement et de l'exécution des tâches.

Capable de reconnaitre un visage et la voix d'une personne, Asimo peut désormais reconnaitre plusieurs personnes simultanément. Il est également capable de modifier son comportement en fonction des actions d'un tiers, il peut par exemple changer de direction pour éviter de rentrer dans quelqu'un qui marche.

Asimo version 2014

Sur le plan physique, le robot Honda a gagné en vitesse et peut désormais atteindre les 9 km/h en courant contre 6 km/h précédemment. Sa mobilité s'est aussi améliorée sur d'autres points puisqu'il peut courir en arrière et sauter à pieds joints ou à cloche-pied en continu sans perdre l'équilibre.

Ses mains extrêmement sophistiquées lui offrent une grande dextérité qui lui permet notamment de parler la langue des signes en Anglais et en Japonais. Sa technologie de reconnaissance des objets lui permet également d'exécuter des tâches complexes comme dévisser le bouchon d'une bouteille et remplir un verre.

Asimo est désormais capable d'effectuer des tâches complexes

Ce qui frappe en premier lieu avec Asimo, c'est la fluidité de ses mouvements. On est à des années-lumière des mouvements saccadés façon Smurf ou danse du robot. Mais si le petit robot a énormément progressé, il est encore loin de remplir ses objectifs puisqu'il ne peut, par exemple, pas se relever tout seul en cas de chute. Asimo est pour l'instant testé dans des musées où il propose d'apporter son aide aux visiteurs en leur apportant des informations sur les oeuvres présentées.

Satoshi Shigemi, ingénieur en chef de Asimo :

Nous avons testé Asimo pendant 40 jours dans un musée où il repérait des personnes arrêtées devant une oeuvre et allait leur proposer des informations sur l'objet en question. La prochaine étape ne concernera pas un hôpital, mais devrait plutôt se situer dans une gare ou un aéroport où il pourra notamment aider les voyageurs à se repérer.

Asimo et Takeshi Shigemi

Uni-Cub B

Présenté à la fin de l'année dernière, l'Uni-Cub B est un véhicule individuel électrique compact destiné à faciliter la mobilité au quotidien. Là encore, Honda Robotics poursuit son crédo de "Make life easier" (rendre la vie plus facile). Egalement testé dans des musées, ce petit fauteuil sur roue fonctionne en suivant les mouvements du buste grâce à un gyroscope.

Très abouti, il nous a été possible d'essayer l'Uni-Cub dans sa dernière version. Assez confortable, ce dernier est vraiment rapide à "prendre en main" et les déplacements se font presque instinctivement. Une situation encore plus vraie pour les motards puisque l'appareil prend la direction d'où porte le regard.

L'Uni-Cub B

Au-delà de son aspect pratique, c'est la technique de l'Uni-Cub qui marque une véritable évolution. Sa grande roue principale, qui permet d'aller d'avant en arrière, est en réalité constituée d'une multitude de petites roues qui assurent un mouvement latéral. La combinaison permet ainsi de se déplacer à 360°.

L'application aux véhicules

Si les projets de Honda Robotics ont chacun leurs propres objectifs comme l'aide à la personne ou la mobilité, ils ne sont pas une fin en soi. En effet, les différentes évolutions et innovations techniques et technologiques pourraient trouver leur place dans les véhicules à deux ou quatre roues commercialisés par Honda.

Satoshi Shigemi :

La technologie qui fait aujourd'hui fonctionner Asimo est la même que celle dont nous aurions besoin pour réaliser une voiture autonome. Le problème actuel se pose dans l'interprétation visuelle qui doit être parfaite.

Ainsi, les capteurs de reconnaissance de Asimo pourraient être directement portés sur les motos ou les voitures pour aider pilotes et conducteurs à anticiper les dangers en détectant un objet, un véhicule ou une personne. On peut également pousser la réflexion en imaginant un système d'aide à l'évitement associant cette capacité à changer les trajectoires avec des capteurs gyroscopiques.

Le champ d'application de ces projets de robotique est donc bien plus étendu qu'il n'y parait en premier lieu. Il ne faut cependant pas s'attendre à des révolutions à court terme. En effet, le constructeur n'a pour l'instant pas de plan de commercialisation de son robot et indique être encore en phase d'évaluation des besoins. On prendra donc son mal en patience avant de voir ces technologies à la portée du grand public. Rassurez-vous, le soulèvement des machines n'est pas pour tout de suite.

Et Asimov dans tout ça ?

Asimo comme référence à Isaac Asimov ? Il faut dire que le rapprochement entre ce robot humanoïde et le romancier à l'origine des trois lois de la robotique semblait cousu de fil blanc pour de nombreux amateurs de SF qui voyaient là une référence à peine déguisée. Et pourtant, le clin d'oeil est tout sauf volontaire, comme l'explique Satoshi Shigemi :

Non, il n'y a pas de rapport entre Asimo et Asimov. Le nom est en réalité venu de la contraction des mots Ashi, qui veut dire jambe en japonais et Mobility. ASIMO est ensuite devenu l'acronyme pour Advanced Step in Innovative MObility.

Plus d'infos sur Honda Robotics