english

La conduite sous stupéfiant

Les conduites stupéfiantes même sans cannabis

Nouvelle campagne de prévention de la sécurité routière

L'année dernière, 3.461 personnes ont péri sur les routes de France. Parmi tous ces décès, un conducteur positif aux stupéfiants était impliqué dans 23% des cas, soit près d'un accident mortel sur quatre.

La conduite sous stupéfiant

Face à ce constat, la sécurité routière vient de lancer une nouvelle campagne de sensibilisation sur les risques encourus par la conduite sous l'emprise de stupéfiants, même si la vitesse et l'alcool restent ses principaux chevaux de bataille.

Diminution des facultés visuelles et auditives, état d’excitation intense, perte de la conscience du danger... chaque drogue a ses effets, mais toutes nuisent à la vigilance au niveau conduite.

La nouvelle campagne de sensibilisation de la sécurité routière passera par des spots radio et sur le web. Des kits salivaires de confirmation de consommation seront également utilisés d'ici la fin de l'année sur les routes.

Malheureusement, les conduites stupéfiantes, sans aucune emprise si ce n'est celle de l'inattention, restent encore trop marginalisées en terme de prévention. Combien de véhicules qui déboitent sans prévenir ? De feux oranges et rouges grillés ? De clignotants mis à droite pour en fait indiquer à gauche ? De téléphones tenus en main pendant la conduite ? A n'en pas douter, la DSCR dispose encore de nombreux leviers pour améliorer la sécurité sur les routes.

Plus d'infos sur les dessins de presse