Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube

La 37e Bourse de Lipsheim

Plus de 20.000 visiteurs et 680 exposants

1.500 poulets !

10.000 saucisses !

2.000 flamenkûche !

10 tonnes de frites !

2 semi-remorques de bière !

Et bien évidemment ceci ne tient pas compte des eaux minérales, sandwiches, sodas et pâtisseries...

La 37e Bourse de Lipsheim vue du ciel

Pour cette 37e édition de la bourse de Lipsheim, les planètes étaient alignées et bien ! 150 bénévoles, 1.200 autos de collection présentes, près de 680 exposants, environ 300 à 400 2-roues à vendre sur la bourse, près d’une centaine d’autos à vendre…

Connaissant la qualité d'organisation de Jean-Claude Tilly et son équipe le public avait répondu en confiance… et en masse ! Ce sont plus de 20.000 visiteurs qui arpentaient les allées à la recherche de « la » pièce manquante pour une restauration ou pourquoi pas de la restauration qui allait occuper les longs mois d'hiver.

Lipsheim et Reims sont « les » 2 meilleures bourses de France, un peu les cousines de Beaulieu (Grande-Bretagne), du Veterama de Mannheim (Allemagne), d'Immola et Novegro (Italie) ou enfin de Chimay (Belgique). d'ailleurs un point qui ne trompe pas : ils sont venus, ils sont tous là : les meilleurs des « brocs » Français lAriztegui, les Colas, Ley, Houzet, Chambrier, Bataille, Levilain… Leur simple présence est une garantie de qualité pour le visiteur.

20.000 visiteurs ont fait le déplacement pour cette 37e édition

Maintenant que trouve-t-on principalement à Lipsheim ? Et bien si l’ offre automobile est assez éclectique on pouvait trouver beaucoup de pièces de Françaises et d'Allemandes, mais pas uniquement. Il est étonnant de voir la quantité de cyclos proposés à la vente. Entre les mobs, les Kreidler, les Flandria, Gitane et les Solex on devait pouvoir acheter pas loin de 250 cyclos. Ce, dans tous les états, mais dès lors que le prix était juste, le véhicule était vendu.

Prenons pour référence 2 stands fort bien achalandés (une douzaine de solex différents restaurés « concours » pour l’un et une dizaine de 50 1 TY et des Amigo et P50 Honda pour le second : ils ont TOUT vendu ! Pour les Solex (véritablement à l’état neuf, restaurés avec talent et passion) les prix de 800 à 1050 euros étaient tout à fait raisonnables compte tenu des pièces neuves du temps passé... ainsi que du talent. Le vendeur de 50 à vitesses proposait la même qualité de restauration à des prix très compétitifs : prenons pour exemple ce 50 TY neuf à 1800 € et comparons avec ce qui existe sur le net que l’on achète souvent à distance sans avoir vu ou pu voir…

Les « grosses cylindrées » étaient plus rares, mais tout aussi intéressantes : une magnifique Gilera 250 cm3 (affichée 7000€) avec freins ventilés et jantes alu ce qui ne manque pas de surprendre lorsque l’on sait à quel point l’Italie était exsangue au sortir de la guerre. Un Kreidler de course à 5000€, une Gitane Testi plus neuve que neuve à 3000 (un cadeau !) côtoyant une Honda 125 CR début années 80 affichée à 2500 € seulement (un super cadeau) . Il y avait aussi beaucoup plus rare comme cette magnifique Labor à moteur balot sur le stand d’Ariztegui ou encore cette rarissime Peugeot bicylindre en V de type Paris-Nice 1914 affichée elle à 18.000 € et qui aurait tout à fait sa place au musée de l’Aventure Peugeot.

Près de 250 cyclos étaient représentés, dont ces Solex parfaitement restaurés

Au milieu de toutes les pièces automobiles, saluons la présence d'un marchand proposant une énorme variété de postes autoradio des années 50, 60 tous plus restaurés à neuf les uns que les autres. Cela constitue le petit détail ultime qui vient souligner la qualité d'une restauration d'origine. De nombreux vendeurs de pièces Citroën étaient présents ce qui ne surprend pas lorsque l’on connaît l’amour des Hollandais et Allemands pour le constructeur aux chevrons.

Mêmes les autoradios bénéficient d'un grand soin pour leur restauration

La maison Total-Elf était également présente avec un magnifique Motorhome et présentait sa gamme ELF HTX spécifiquement élaborée pour les véhicules de collection.

L’organisation ? Impeccable !!! Un petit détail qui permet de comprendre le souci de perfectionnisme de Jean-Claude Tilly : pour se déplacer dans la bourse il utilise un break ami… dont il a préalablement démonté la portière afin de pouvoir gagner du temps sur toutes ses interventions et aussi d'être plus facilement accessible à toutes les demandes (visiteurs comme exposants).. La qualité d'organisation et son respect du visiteur comme de l’ exposant sont sa marque de fabrique, sa signature ADN. Il a monté cette bourse il y a 37 ans, l’ a développée et a même assuré la relève à venir avec ses fils qui sont tous les 2 contaminés au (sain) virus de la collection. Son Club peut lui dire un grand merci !

Pour gagner du temps en intervention, la porte du break a été démontée

En prenant un peu de recul on peut constater que la plupart des belles manifestations d'amateurs (au sens économique du terme) ont été crées par des profils comparables (Estrade-Fouan à Reims, Bourges à Avignon, Chène à Laon, Durand à Caussade, Liouville à Madine, un Gilles Faucon, les 3A à Lyon, etc. Le monde associatif regorge de talents…

Un détail qui n’en est pas un : une année Jean-Claude Tilly a du faire face à une équipe de pickpockets venus des lointains Balkan attirés par le fait que les acheteurs d’une bourse pouvaient être des proies alléchantes . Depuis les allées de la bourse sont sécurisées par des tandems des polices française ET allemande (on n’est qu’à 2 kms de la frontière) et pas un seul vol n’est à déplorer…

Même ici les forces de l'ordre doivent surveiller les pickpockets... tout en jetant un coup d'oeil aux affaires à faire

Et le futur ? Jean-Claude Tilly nous a un peu fait part de ses projets : après avoir développé la bourse durant toutes ses années il va dorénavant passer à la vitesse « marketing » (qui n’est pas un gros mot n’en déplaise à certains !) :

  • La bourse de Lipsheim devient l’ EURO-Bourse de Lipsheim
  • Présence via un stand sur la plupart des autres bourses précitées
  • Création d’une affiche (eh oui ! 37 ans sans affiche…)
  • Soutien de partenaires de qualité (sociétés et pouvoirs publics)
  • Création d’un site internet

Saluons ici la société de sécurité dont l’efficacité n’avait d’égales que la gentillesse et la courtoisie. L’objectif affiché est de doubler (exposants, visiteurs et superficie) la bourse de Lipsheim dans les 3 années à venir. Quand on connaît le personnage et la qualité de son équipe, les hôtels et restaurants aux alentours vont afficher complet bien au-delà de Strasbourg !

Plus d'infos sur la bourse de Lipsheim