Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube

Dégradation des routes : le rapport accablant

Le rapport du Sénat met en avant le manque d'entretien et le risque d'augmentation des coûts

Le Sénat alerte sur la dégradation des routesLe Sénat tire la sonnette d'alarme sur l'état du réseau routier. La commission de l'aménagement du territoire et du développement durable du Sénat vient de publier un rapport dans lequel elle pointe du doigt la dégradation de plus en plus importante du réseau routier national.

Le réseau de routes français comporte aujourd'hui plus d'un million de kilomètres, dont 11.560 km d'autoroutes, 9.645 km de nationales, 378.973 km de départementales et 673.290 km de routes communales.

S'il faut reconnaitre que le maillage français est un véritable atout, l'état des infrastructures poursuit peut à peu sa dégradation. Entre 2010 et 2012, 85% des routes étaient jugées dans un état correct, en 2015 ce chiffre chutait déjà de 2%.

Certes, cette évolution reste lente, mais comme le rappelle le président de cette commission Hervé Maurey, l'objectif est de "Donner l'alerte avant qu'il ne soit trop tard, pour éviter de reproduire les mêmes erreurs que pour le réseau ferroviaire".

Dans ses conclusions suite à la table ronde qui réunissait des représentants des gestionnaires des réseaux routiers, des entreprises du secteur et des usagers, la Commission estime que ce sont les baisses des crédits d'entretien alloués par l'Etat ainsi que l'abandon de l'écotaxe (qui devait apporter 1,2 milliards d'euros) qui ont grevé les budgets liés à l'entretien. Une situation qui s'accentue également par la diminution de 30% depuis 2008 des dépenses des départements dans l'entretien routier.

La commission met également en garde les gestionnaires des coûts que cela va induire, car une dégradation plus importante en raison de la baisse des budgets induira forcément une hausse des coûts dans le futur et une mise à niveau plus compliquée et plus chère des infrastructures. Le serpent qui se mord la queue...

Parallèlement, le rapport incite l'Etat à effectuer un contrôle précis des concessionnaires d'autoroutes quant au respect de leurs engagements pris lors du plan de relance autoroutier.

On pourra cependant regretter que seul l'aspect financier soit mis en avant dans les conclusions et pas du tout la sécurité des usagers. Car un réseau routier qui se dégrade et une cause d'augmentation de l'accidentologie.

Plus d'infos sur l'entretien des routes