Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube

Crobard : Une injection et ça repart !

Le retour du deux-temps

L'injection s'invite dans les moteurs KTM

Afin de réduire les émissions polluantes des véhicules particuliers, des normes antipollutions ont été mises en place dès le début des années 90. Il a fallu attendre 1999 pour que les normes Euro touchent le secteur moto. En l'espace de 7 ans, les restrictions ont atteint le niveau Euro 3 puis 4 et provoqué une quasi-disparition des motorisations deux-temps.

Alors que le quatre-temps fait aujourd'hui figure de norme, le deux-temps prépare doucement, mais surement son retour sur le marché grâce à l'introduction d'un système d'injection. Alors que jusqu'à présent ces moteurs n'étaient alimentés que par carburation, le carburant est désormais injecté dans le cylindre lorsque l'échappement est fermé pour éviter les pertes de gaz frais. Concrètement, ce système permet de diviser par deux la consommation, mais aussi l'émission liée au deux-temps et ainsi d'atteindre un niveau de performance comparable à celui des 4-temps.

Mais l'ajout de l'injection n'altère en rien les avantages du 2 temps qui conserve sa simplicité d'entretien et son poids réduit. A cylindrée égale, un deux-temps permet aussi, en théorie, de délivrer deux fois plus de puissance qu'un 4 temps.

Crobard : Une injection et ça repart !

KTM n'étant pas décidé à laisser disparaitre cette motorisation, le constructeur autrichien a annoncé la production en série de 2-temps à injection pour son prochain millésime d'enduro. S'il faudra d'abord se contenter de modèles off-road, qui arriveront à l'automne prochain, on espère que la marque de Mattighofen étendra ce principe à des modèles routiers.

Allez, ne me dites pas que vous ne seriez pas tenté par une sortie en piste au guidon d'une RC125 de 30 ch ou d'une 390 de 70/80 ch.

Plus d'infos sur les dessins de presse

Commentaires

olivierzx

Plus qu'à rajouter un turbo et on a le moteur du futur.

Imaginez + de 500 cv au litre (la NSR 500 de Rossi faisait déjà 400 cv/L) , alors qu'une motoGP plafonne à 280.

20-03-2017 18:12 
A-Lain

C'est sur.
Gain de consommation,
aux normes
et la puissance du 2T.

deja que je regarde pour racheter un vieux 2T (ce n'est que la conso qui me bloque).
Là je craque

20-03-2017 19:02 
waboo

Good news !!

21-03-2017 10:57 
mdescours

Faux; en effet, dans le système KTM le carburant n'est pas injecté alors que la lumière d'échappement est fermée. Relativisons...il s'agit d'une injection indirecte à contre courant dans les transferts, et non une injection directe comme le système Synerjec (injection directe dans la culasse), ou encore le dispositif Motobécane présenté en 1973 (injection directe dans le cylindre)...et oui..;conçu par les ingénieurs Francçais René Moutet et Alexandre Kermorvant.(40 ans d'avance pour les Français)

L'injection indirecte dans le deux temps, comme celle de KTM, ne présente pas beaucoup d'intérêt en ce qu'elle ne supprime pas le "court circuit" des gaz frais expulsés par l'échappement. Le bénéfice en consommation et pollution résulte chez KTM du meilleur dosage du mélange air essence par rapport à un carburateur classique, mais aussi par les dispositifs électroniques appliqués aux deux temps depuis des décennies, comme les valves à l'échappement, et bien sur les classiques clapets.
Il est probable que l'injection indirecte pratiquée directement dans le carter moteur donnerait un résultat équivalent sur ce KTM.
Toutefois soulignons le bel effet d'annonce.
Notons que les résultats d'une vraie injection directe sur le 2 temps donnent des résultats fantastiques, avec des consommations et des pollutions inférieures au 4 temps, une puissance supérieure, et pour une complexité mécanique et un poids réduits...(voir gamme de scooter , scooter des neiges, jetsky....sauf que le lobbying 4 temps pousse dans le sens contraire depuis longtemps.
Marc Descours

13-06-2017 16:01 
 

Connectez-vous pour réagirOu inscrivez-vous