Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube

Moto Tour 2017 : Entre châtaignes et gravillons

Une semaine de rallye de l'intérieur, par le pilote engagé sur 3.000 km : Serge Martin

Les concurrents de ce Moto Tour 2017, dernière édition du genre, retiendront les premières spéciales parsemées de gravillons ou bien de châtaignes écrasées. Autrement dit des épreuves chronométrées particulièrement glissantes qui ont ainsi brisé tout espoir final de victoire pour le quadruple champion de France Julien Toniutti. Mais les participants à cette 14eme édition du plus grand rallye routier au monde se souviendront également de la beauté du parcours routier (merci David Bournisien).

Le pilote à l'arrivée du Moto Tour

Tout a commencé le samedi soir à Limoges par un tout petit parcours chronométré sur la piste cyclable de la prévention routière, dans le parc devant la gare. Un parcours pour le moins « ridicule » qui en a fait rire plus d’un mais qui avait deux fonctions, créer d’une part un spectacle pour tous les amateurs de moto venus visiter le village et le parc d’assistance et déterminer d’autre part l’ordre de départ des concurrents le lendemain dimanche. Je ne m’attarderai pas sur cette épreuve diversement appréciée pour passer à l’étape du lendemain, celle du dimanche. L’occasion pour les 140 concurrents, des habitués pour la plupart mais aussi beaucoup de « nouveaux » et pas moins de 18 filles de découvrir les 350 premiers kilomètres de l’épreuve… sous la pluie.

C’est dans un brouillard épais et sous une fine pluie glaciale que les hostilités ont débuté permettant aux concurrents de faire deux fois la spéciale de Saint-Sulpice Laurière avant de rejoindre, plus au sud, le circuit de karting de Pageas. Heureusement dès le lendemain, dès lundi donc, les choses vont changer et c’est sous le soleil que va se poursuivre pour nous ce rallye pour finir sous des températures quasi estivales, le samedi suivant, à Toulon. Des journées ensoleillées donc mais marquées par un festival de glissades tant sur le routier que dans les spéciales dues aux châtaignes écrasées sur la route ou bien alors aux très nombreuses couches de gravillons. A croire que dans la Haute-Vienne ou bien la creuse le sport régional consiste à recouvrir les routes départementales d’un important tapis de gravillons propices à des glissades pas toujours contrôlées. Un aspect glissant donc et quelque peu périlleux, renforcé par des plaques de sable ou de terre quand ce ne fut pas l’herbe poussant à même le goudron de toutes petites routes lui conférant une couleur verte des plus inquiétantes.

Mais une fois de plus le routier de ce Moto Tour fut l’occasion de découvrir des paysages de toute beauté, que ce soit dans la Creuse, le Puy de Dôme, les Monts d’Auvergne ou bien encore le Ventoux et enfin la Montagne de la Lure. L’occasion aussi pour les débutants dans cette épreuve de découvrir l’ambiance très particulière et très attachante d’un long rallye routier. Un rallye, à l’esprit familial, marquée par sa longue cohorte de voitures, de camions et de mobile home se déplaçant de ville en ville.

Ambiance Moto Tour 2017

Un Moto Tour à l’ambiance « fin de règne » également où tout un chacun avait conscience qu’il participait là à la dernière épreuve du genre. Certes les rallyes du championnat de France vont perdurer, mais ce sont là des épreuves qui se disputent sur deux jours bien loin en fait de l’état d’esprit qui pouvait se développer au cours de ces Moto Tour. Ce sentiment d’appartenir à une grande famille où chacun s’entraide et tient compte de ses camarades de route, de Romain Cauquil à Philippe Tournier.

Certes le Moto Tour compte bien survivre, mais ce ne sera pas pareil. Sur une durée de 4 jours ce Moto Tour Series tournera désormais autour d’une seule et même ville sous une forme de trèfle. Qui plus ses organisateurs envisagent, pour le moment, de le programmer au printemps, en mars ou en avril, autrement dit durant la saison des rallyes, ce qui ne manque pas d’engendrer quelques à priori et un certain pessimisme.

Quoi qu’il en soit cette édition 2017 aura permis d’assister à de beaux duels entre Sébastien Lagut, le vainqueur de cette épreuve et Lionel Richier, le tenant du titre. Sans oublier bien sûr de formidables compétiteurs comme le quadruple vainqueur du championnat de France des Rallyes, Julien Toniutti et la vainqueur 2017, Bruno Schiltz, tous deux prématurément éliminés du podium final pour chute en spéciale.

Cette édition 2017 aura aussi été l’occasion de découvrir une participation féminine sans précédent avec pas moins de 19 concurrentes présentes cette année, une participation féminine largement dominée par Sonia Barbot, 10eme au classement général
On notera enfin la remarquable performance du jeune Michel Das Neves arrivé au bout, à Toulon, au guidon de sa Zundapp de 50CC.

Pour ma part j’ai fortement apprécié le comportement de ma Yamaha MT 9 Tracer-Mutuelle des Motards qui, dotée d’une selle confort (et oui une semaine ça use, surtout les fessiers délicats…), s’est révélée être une formidable moto pour ce genre d’épreuve, dotée d’un couple particulièrement appréciable, mais aussi réactive et agile à la fois. Une moto pour tout gabarit ludique et efficace en rallye.

Pilote Repaire sur le Moto Tour 2017 : Serge Martin

Remerciements :

Un grand merci à tous ceux qui ont participé et m’ont aidé dans la préparation et la réalisation de cette épreuve :

  • Yamaha Motor France pour cette MT09 Tracer
  • La Mutuelle de Motards pour l’assurance durant l’épreuve
  • Jean-Marc Gallet de Saint Aurin et son groupe G2 pour le financement de mon assistance
  • Continental et ses remarquables ContiRoadAttac très efficaces sur le mouillé et qui ont fait toute l’épreuve…
  • Mais aussi Sw-Motech pour sa bagagerie et ses protections moteur
  • Ludovic Sauvage (de la Parenthèse Moto) et Pedro Crescencio pour le prêt de la tablette liseuse de roadbook iZroadbook.
  • Sans oublier Shark pour les casques et notamment sa collection Spartan (Modèle Droze WBR durant ce Moto Tour), Held pour ses sous-vêtements chauds, TCX et RST pour les bottes, sans oublier ELF pour les produits d’entretien de la moto.
  • Un grand merci tout particulier à Didier Bernard de Yamaha France et Benjamin Dupont pour la préparation de la moto, Benjamin qui a été à mes côtés durant toute l’épreuve pour l’assistance technique avec Ann Marie Curran pour l’assistance « pilote ». Merci enfin à Jean-Marc Gallet de Saint Aurin et son Groupe G2 pour tous les moyens techniques d’assistance.
  • Et enfin au Repaire des Motards qui m’aura permis de vous faire partager durant toute la durée de cette épreuve les « coulisses » du Moto Tour et ses acteurs.

    Et oui un Moto Tour ce sont aussi des moyens assez conséquents…

Plus d'infos sur le Moto Tour