Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube

Royaume-Uni : les dos d'âne polluants bientôt supprimés

Une mesure écologique destinée à limiter les émissions polluantes générées par les freinages/accélérations

Objectif : maintenir une vitesse constante des véhicules

Royaume-Uni : les dos d'âne en question - crédit photo : Tabl-traiPensez en priorité pour les automobilistes, les aménagements routiers ne sont pas toujours adaptés aux deux-roues, notamment en ce qui concerne les dos d'âne ou gendarmes couchés qui se montrent régulièrement trop "secs" à passer. Au Royaume-Uni, le gouvernement envisage désormais de supprimer ces ralentisseurs des routes. Pour autant, il n'est pas question de la sécurité des usagers puisque le choix repose ici avant tout sur des critères écologiques.

Comme en France avec la mise en place des restrictions de circulations, le pays du Brexit se lance à son tour dans la chasse aux véhicules polluants avec les motorisations Diesel dans le viseur. Problème, depuis le début des années 2000, le gouvernement a poussé les usagers vers le Diesel et compte aujourd'hui ajouter des taxes pour tous ces conducteurs. Tiens, ça nous rappelle quelque chose...

Forcément, la volonté gouvernementale de faire payer les conducteurs a attiré les foudres des associations de défenses des automobilistes qui ont présenté aux ministres d'autres leviers pour agir sur la réduction de la pollution, notamment en commençant par limiter les embouteillages pour favoriser une vitesse plus constante des véhicules.

Selon une étude menée par l'Imperial College London, les émissions polluantes des véhicules diesel seraient deux fois plus importantes lorsque les conducteurs sont obligés de freiner puis de réaccélérer. L'étude montre que lorsque la route comporte des dos d'âne, un diesel dégage 98% de dioxyde d'azote en plus que lorsque l'on retrouve des coussins berlinois.

C'est donc à priori vers cette solution que devrait s'orienter la nouvelle version du plan d'amélioration de la qualité de l'air qui sera présenté à la fin du mois par les ministères concernés. C'est en tout cas ce qu'espèrent les associations qui souhaitent voir disparaitre l'éventuelle taxation qui plane sur les usagers.

Plus d'infos sur les ralentisseurs