Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube Voyage

La Moto2 française selon Roadson

What's on Roadson ?

Rencontre avec Jean-François Robert, le papa des Roadson

Qui a dit qu'il n'y avait plus de constructeur moto en France ? Pas Roadson et son papa, Jean-François Robert qui développe la Moto2, qui sera présente sur le Grand Prix de France ce week-end.

Voilà en effet plus d'un quart de siècle que la marque française Roadson fait ses preuves dans les compétitions motos en misant toujours sur la légèreté de ses machines. Depuis la première Véga 501 (sous le nom Tucson) jusqu'à la 1078R victorieuse en Sportwin il y a deux ans, la marque développée par le Doc' Robert continuer avec cette nouvelle sportive Moto2 propulsée par un moteur trois cylindres Triumph.

Roadson, la Moto2 française
Roadson, la Moto2 française

Et parce que le Doc' participe aussi également régulièrement aux essais, aux dossiers techniques et mécaniques ainsi qu'aux Z'humeurs du Repaire des Motards, nous en avons profité pour aborder avec lui les projets en cours et futurs pour Roadson.

Jean François que s’est-il passé depuis que vous avez brillamment remporté la coupe Sportwin en 2017 avec Vincent Houssin ?

Cette victoire, que dis-je, ces 12 victoires, nous ont ouvert des portes. Au-delà des performances du pilote et de la moto, ce résultat a démontré que nous savions tenir la distance et que malgré nos très faibles moyens, nous pouvions suivre un championnat sans jamais défaillir. Gagner les 12 manches cela voulait dire aussi que nous étions toujours présents au départ comme à l'arrivée. Roadson, qui jusque-là ne faisait que des coups d'éclat a ainsi pris de l'envergure.... Et son envol !

Vincent Houssin à remporter la coupe Sportwin sur la Roadson 1078R en 2017
Vincent Houssin à remporter la coupe Sportwin sur la Roadson 1078R en 2017

Concrètement qu'est-ce que ça a changé ?

Le trois cylindres issu de la Triumph Street Triple 765Le regard des gens. Nous avons été pris au sérieux et quand je suis allé chez Triumph France en disant, "je vais faire une Moto2 ", Jean-Luc Mars (le directeur général) nous a donné son soutien et de quoi commencer l'aventure. Nous avons aussi pu convaincre deux investisseurs de nous rejoindre et ainsi créer une société qui à ce jour compte deux salariés, moi-même et Dominique, un orfèvre de la soudure qui nous fabrique les cadres, les bras oscillants, les réservoirs alu, les échappements prototypes, les supports, etc.

Une machine pour l'endurance ?

Oui, notre idée était de faire les 24 h du Mans et le Bol d'Or avec une moto légère qui consomme moins, de pneus, d'essence, de freins et fatigue moins ses pilotes. Et comme une moto2 est très compétitive au Mans, on avait une bonne carte à jouer...

Trop léger !

Nous avons essayé de négocier pendant plus d’un an pour rouler en catégorie expérimentale, en mettant en avant nos arguments. Nous pensions qu'un peu d'écologie serait appréciée dans le milieu moto, mais ça n'a pas été le cas. Il n'y a pas de place pour notre petit colibri sur la grille de départ d'une course d’endurance. Pour ceux qui aiment les règlements, il est trop léger de 15 kg pour correspondre au règlement...

Malheureusement, la Roadson est trop légère pour la catégorie expérimentale de l'Endurance
Malheureusement, la Roadson est trop légère pour la catégorie expérimentale de l'Endurance

Trop léger pour rouler ? Il aurait fallu lester la moto ?

Oui de 10% de son poids environ, mais ça n'a pas de sens. Elle n'aurait été que moins performante, plus gourmande et aussi plus dangereuse. Exactement le contraire de ce que nous voulions prouver. Nous avons donc renoncé, la mort dans l'âme. C'est toujours frustrant de développer des solutions et de se voir se dire que la solution est trop performante.

Quel est votre programme alors, les Grands Prix moto ?

Nous pensions en effet tenter le GP de France en wild card, mais il n'y en a pas cette année. Quant au CEV pour le moment il est exclusivement réservé aux moteurs Honda CBR600RR, donc nous n'y avons pas accès. Nous ne pouvons participer qu'à des épreuves d’European Bike ou à l’Ultimate Cup. Pour le moment, nous allons participer à deux épreuves de l'Ultimate et faire de la mise au point sur des séances d'essais en France et en Espagne, avec Cédric Tangre et Vincent Houssin.

Mise au point de la Roadson Moto2 au Mans
Mise au point de la Roadson Moto2 au Mans

Des brevets ! et des solutions techniques innovantes

Nous avons une partie cycle constituée d'un cadre treillis à colonne de direction virtuelle, comme toutes nos machines depuis les années 2000 et d'un bras oscillant à rigidité réglable, qui utilise un système que nous avons breveté. Notre cadre complet pèse 5,7 kg, platines aluminium incluses, ce qui est très faible pour la catégorie. Nous avons aussi un réservoir coque qui supporte le pilote via deux tirants en carbone. Du fait de ces choix techniques, la moto est particulièrement fine, ce qui privilégie la vitesse de pointe, alors qu'outre son excellent rapport poids rigidité, le treillis favorise la ventilation du moteur et donc son refroidissement.

Le cadre de la Moto2 ne pèse que 5,7 kg, platines incluses !
Le cadre de la Moto2 ne pèse que 5,7 kg, platines incluses !

Une commercialisation en vue ?

En effet, c’est notre objectif N°1. Notre moto est conçue pour pouvoir reprendre les éléments d'origine de la Street Triple 765. De fait les clients pourront transformer leur machine de route en Moto2 s'ils le souhaitent et la faire évoluer progressivement en adoptant des suspensions et des freins très haut de gamme, des roues légères, etc, autant d'accessoires que nous proposerons au catalogue.

Il est prévu que la Roadson Moto2 soit à termes commercialisée
Il est prévu que la Roadson Moto2 soit à termes commercialisée

On pourra rouler sur route avec ?

C'est à l'étude ! Nous travaillons actuellement avec deux ingénieurs qui travaillent sur le dossier d'homologation et sur le prix auquel pourrait être proposée une véritable réplique de notre moto de course, avec freins Beringer, suspensions WP, roues forgées, etc.

Le frein avant Beringer de la Roadson Moto2
Le frein avant Beringer de la Roadson Moto2

Et question prix, c'est stratosphérique ?

Ils seront bientôt communiqués. Nous aurons plusieurs versions.

Un kit avec châssis/ bras oscillant, mécanisme de suspension arrière, réservoir et carénage. Le pilote peut ainsi choisir ses roues, ses freins et ses suspensions.

Dans la version deux, on fournira un châssis roulant, sans moteur.

Enfin, dans la version 3, on fournira la moto complète, prête à courir, ou homologuée route via nos deux ingénieurs partenaires.

Le bras-oscillant de la Roadson Moto2
Le bras-oscillant de la Roadson Moto2

Et vous vivez comment ?

C'est un projet sur lequel on s'est beaucoup investi personnellement et mettant de l'argent à titre personnel. Nous fonctionnons sur les fonds propres de la société et avec quelques sponsors, mais cela ne suffit pas. Du coup, en attendant de vendre des Moto2, nous allons vendre la Roadson 1078 R, une pièce unique avec laquelle Vincent a réalisé le grand chelem en sportwin et nous avons ouvert une cagnotte participative sur Leetchi.

L'unique 1078R va elle aussi être vendue
L'unique 1078R va elle aussi être vendue

Comment vous suivre et vous contacter si l'on est intéressé?

En consultant régulièrement les actualités sur Le Repaire des Motards.com ou sur notre site internet et sur notre Facebook aussi. A bientôt !

Merci et à très vite ce week-end au Mans pour voir la moto qui sera exposée dans le village du Grand Prix de France.

Plus d'infos sur Roadson

Commentaires

ok
Le Modérateur

Un grand coup de chapeau à Jeff, "notre" Doc' Robert !

17-05-2019 19:02 
 

Connectez-vous pour réagirOu inscrivez-vous