english

La mortalité routière en plein essor

29% de tués supplémentaires par rapport à 2021 et 11% par rapport à 2019

Les motards restent les moins impactés par cette augmentation

La mortalité routière en plein essorC'était prévisible, c'est maintenant avéré. Les effets bénéfiques de la crise sanitaire sur l'accidentalité routière prennent fin. Alors que le trafic retrouve peu à peu son niveau d'avant, la mortalité présente déjà une croissance par rapport à l'avant-Covid.

Dans son dernier baromètre de l'accidentalité, l'Observatoire National Interministériel de la Sécurité Routière (ONISR) révèle ainsi que la mortalité routière a progressé de manière très importante au mois d'avril en enregistrant 262 décès sur les routes. Cela correspond à des hausses de 29% par rapport à avril 2021 et de 11% par rapport à avril 2019 (dernière année de référence avant la crise sanitaire).

Cela s'explique en partie par l'augmentation du trafic. Selon le Cerema, les déplacements enregistrés le mois dernier sont en effet en hausse de 25% par rapport à 2021.

Pour les autres indicateurs d'accidentalité, le bilan n'est pas le même puisque l'on constate de nettes hausses du nombre d'accidents corporels (+13%) et du nombre de blessés (+16%) par rapport à 2021, mais des baisses respectives de 6% et 7% par rapport à 2019.

Avril Accidents corporels Tués à 30 jours Blessés
2022 4.102 262 5.068
2021 3.619 203 4.360
2019 4.347 235 5.427
Ecart 2022/2021 +483 +59 +708
Différence 2022/2021 +13 % +29 % +16 %
Ecart 2022/2019 -245 +27 -359
Différence 2022/2019 -6 % +11 % -7 %

Evolution sur 12 mois glissants

Ce qu'il est réellement intéressant de regarder c'est l'évolution de ces valeurs sur des périodes de 12 mois. Là, les résultats sont encore plus marqués puisqu'entre mai 2021-avril 2022 et les douze mois précédents, l'accidentalité, la mortalité et les blessés ont vu leurs chiffres bondir respectivement de 18, 24 et 19 %.

Par rapport à mai 2018-avril 2019, la situation est presque revenue au même niveau puisqu'il n'y a plus qu'entre -1 et -2% d'écart. Alors que ces périodes englobent actuellement des mois de 2021 aux valeurs nettement en dessous des normales, il apparait désormais évident que la mortalité routière présentera un lourd bilan supérieur à celui de 2019 à l'issue de l'année. À moins que la tendance ne s'inverse d'ici là...

Sur 12 mois glissants Accidents corporels Tués à 30 jours Blessés
2022 55.352 3.165 69.429
2021 47.090 2.553 58.196
2019 56.016 3.244 70.490
Ecart 2022/2021 +8.262 +612 +11.233
Différence 2022/2021 +18 % +24 % +19 %
Ecart 2022/2019 -664 -79 -1.061
Différence 2022/2019 -1 % -2 % -2 %

Evolution par usagers et réseaux

Comme toujours, les usagers ne présentent pas les mêmes évolutions en fonction de leur catégorie. Automobilistes et piétons présentent ainsi des décès supérieurs tant par rapport à avril 2021 qu'à avril 2019. Même chose pour les utilisateurs d'EDPM puisqu'aucun décès n'avait été remonté ces années-là.

Les cyclistes sont plus touchés que l'an dernier avec six victimes supplémentaires pour un total de 24, mais moins qu'il y a trois ans où 27 personnes avaient péri sur la route. Ce sont finalement les motocyclistes qui sont les moins impactés par cette augmentation de la mortalité puisque ces derniers n'enregistrent qu'un décès supplémentaire par rapport à l'an dernier et 11 de moins qu'en 2019.

Les jeunes conducteurs sont plus touchés tout comme les seniors. Enfin, l'évolution de la mortalité routière s'est principalement jouée sur le réseau secondaire, car le nombre de décès en agglomération est resté assez stable.

Plus d'infos sur l'accidentalité routière

Commentaires

steph06

Donc en fait ce sont les cyclistes et les usagers (chauffeurs ?) de poids-lourds qui plombent la stat.

Pour les cyclos, c'est facile de deviner qu'il y en a qui continuent de pédaler malgré la reprise du trafic.

Pour les PL, j'ai du mal à comprendre, à moins que dans les usagers de PL, il y ai les passagers d'un bus qui ai crashé

17-05-2022 09:22 
Picabia

C'est peut être une impression mais je constate un relâchement général surtout à la campagne où c'est plus visible car moins dense.
Conduite au milieu de la route, dépassement sur ligne blanche, voiture stationnée en plein virage pour admirer le paysage.
Quant aux stops et laissé le passage, on oublie carrément.
Comme si il y avait une revanche à prendre après le confinement, je demande seulement que l'on respecte un temps soit peu les habitants de la campagne.

17-05-2022 12:14 
Bee Loo

et qu'ils se respectent eux-mêmes !

17-05-2022 13:25 
38GiB

Salut
En plein essor ?
C'est un terme plutôt positif ça, non ?
V

17-05-2022 13:27 
Hclinfo

Pour habiter la campagne et travailler en ville, je trouve que le relâchement est partout.
Je ne compte plus le nombre de priorités coupées, les clignotants sont en option sur la plupart des véhicules, les feux rouges grillés, les stops non respectés, les dépassements faits n'importe comment etc...
C'est le résultat de la sanction automatisée.
Il n'y a plus de forces de l’ordre sur les routes et tout le monde s'autorise à faire n'importe quoi sous prétexte qu'on ne risque quasiment pas de se faire attraper.
Je ne vois pas comment faire baisser l'accidentalité dans ces conditions.

17-05-2022 14:40 
KPOK

Pourtant, par rapport à 2018, on est plutôt vachement orienté à la baisse : -20%.
En toute logique, on devrait nous féliciter, non ?

17-05-2022 15:47 
38GiB

Salut

Citation
C'est le résultat de la sanction automatisée
Un peu rapide comme conclusion, non ?
v

17-05-2022 15:48 
inextenza

Citation
38GiB
Salut
Citation
C'est le résultat de la sanction automatisée
Un peu rapide comme conclusion, non ?
v
Franchement, je partage son avis. Encore hier, je me suis fait couper la gueule par une malpropre bien comme il faut, puis aucun clignotant, etc... par contre, je suis sûr qu'elle se considère bonne conductrice car les variations des limitations des vitesses ont été scrupuleusement respectées. Donc elle a sûrement 12 points mais complètement imprévisible et dangereuse.

plus que la mortalité, je serais curieux de connaitre l'accidentologie complète. Et les causes.

17-05-2022 15:56 
Dblz

Une stat comme celle là s'évalue avec un lissage sur plusieurs années. Des petits pics en bas ou en haut n'ont aucun intérêt, si ce n'est de pouvoir communiquer auprès de ceux prêts à accepter des communications démagogiques basées sur des chiffres très récent et soigneusement sélectionnés.

Et comme disait Winston, je ne crois que les statistiques que j'ai bidouillées moi-même.



19-05-2022 11:15 
38GiB

Salut
Inex.

Citation
plus que la mortalité, je serais curieux de connaitre l'accidentologie complète. Et les causes.
Pourtant en 2 clics tu as tout ce que tu veux, et même de quoi te donner mal à la tête....

Affirmer que les autres inquiet conduisent mal à cause des radars, est une sensation, parfois confirmée par des faits, comme tu le décris.
Mais est ce qu'avant l'arrivée des radars tu peux affirmer que les gens conduisaient mieux ?
Pourtant ça tapait beaucoup plus que maintenant.

Je ne défends pas les radars auto (je m'en passerais fort bien), mais je crois que le comportement des gens évolue à cause de beaucoup d'autres choses aussi : le stress, le rythme de vie, l'individualisme grandissant etc....


V

19-05-2022 13:39 
inextenza

Ce n'est pas spécialement le radar qui me semble être une cause de l'a dégradation progressive des comportements, c'est l'automatisation aveugle d'une reppression sur un critère unique. Décrit comme cause de tout: la vitesse. Et au détriment de TOUT le reste. Et de la responsabilisation.
J'ai gardé un souvenir de la période de la pose du premier "sarkozut" (j'appelais les cabines radar ainsi, du nom du sinistre de l'Intérieur ayant inoculé cette infestation): à cette époque, des brigades étaient mobilisés périodiquement pour faire des sensibilisations pédagogiques, des rappels de l'usage des phares lors des campagnes de contrôles/reglages gratuits, etc...
Le même sinistre a sabré tout ça pour des raisons économiques: il fallait rentabiliser les multalasers et eurolasers flambant neufs commandés notamment à Sagem Sécurité (maintenant nommé Idemia)
Aujourd'hui, on en paye les conséquences, avec le nombre de véhicules déréglés, incomplets, et qui utilisent les phares antibrouillards n'importe comment (exemple: sous la pluie; c'est inutile, interdit il me semble, et il n'y a pas pire éblouissement pour celui qui suit) (d'ailleurs, soit dit en passant, ce n'est pas le CT qui a changé quoique ce soit sur la qualité de la signalisation des véhicules)

19-05-2022 13:50 
 

Connectez-vous pour réagirOu inscrivez-vous

Shoei