Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube

A l’heure du choix

Rêver d’une nouvelle bécane, c’est de l’antidépresseur à partager entre potes

Dimanche dernier, mon pote Gilles est passé à la maison et on a évidemment causé bécanes. Par quoi va-t-il remplacer sa Thundercat ?

Kronik : A l'heure du choix

Mon pote Gille s’est pointé avec un peu le moral dans les chaussettes -une histoire de nana relou qui vient se greffer sur une histoire de taf’ relou avec pour toile de fond des histoires de famille reloues. Faut pas le brusquer, Gilles. Faut le laisser finir son histoire de nana relou et de taf’ relou. Quand je sens que c’est passé, je détourne la conversation vers un sujet propre à lui remonter le moral : changer de bécane. Il se traîne toujours cette Thundercat qui approche les 90.000 bornes et qui aurait besoin d’une bonne réfection -en fait, presque un démontage complet vu la consommation d’huile.

- Eh, sinon ! T’as vu la nouvelle ER-6 désormais Z650 ? Elle a l’air plutôt bien.

- Ouais, ouais, j’ai vu ça. J’avais bien aimé la tienne. P’tit moteur sympa, légère, bonne sur route et en ville.

- Ptète qu’ils vont faire des essais dans quelques jours.

- Mouais… je préférerais tenter la MT-07.

Et hop, c’est dans la poche. Oubliée, la nana relou -enfin disons pour une heure.

Ce qu’il y a de bien, avec Gilles, c’est qu’il n’a rien contre le bizarre. Alors quand j’extirpe successivement des annonces du Coin-coin une CX 500 premier modèle et une Tromphe 675, il considère les deux propositions avec le même sérieux. Faut juste pas lui parler de scoobite qui pour lui sont la preuve que les habitants de la planète Zorg (dont mon pote Zrüglkh-ùzArflh) sont en train d’envahir la Terre en loucedé. Je ne trouve pas ça trop sympa pour mon copain Zrüglkh-ùzArflh qui a un solide coup de tentacule et ramène le plus souvent cette liqueur d’Antarès fabriquée à base de… mouais… nan, en fait vaut mieux pas savoir par quels organes de quels animaux c’est passé avant que tu le boives.

Avec Gilles, on passe l’offre en revue d’abord de façon assez chaotique, puis de manière plus organisée : par cylindrée. C’est dire si on n’est pas sectaires : on a même regardé les 50 cm³, en se disant que vu la partie-cycle et la taille des pneus sur certains modèles, on pourrait y loger un mono 2T de 200 cm³ sans problème. Et puis on monte petit à petit. 200 ? Trop léger. 300 ? Pas à deux. 500 ? À part les CB, ya pas grand-chose. 600 ? Mais les tarifs d’assurance sont trop élevés à cause de tous les jeunes permis qui se vautrent. 750 ? 800 ? 1000 ? On passe de la pile de magazines au ouèbe, on cherche des annonces, on compare, on fouille, on évalue.

On finit par convenir qu’en fait il faudrait avoir deux motos : une pour la ville/les virolos et une pour la route. Oui, mais lesquelles ? Et on recommence : 200 ? 300 ? 400 ?

Si mon pote Zrüglkh-ùzArflh était là, il se taperait le tentacule contre son... front ? Oui, peut-être que c’est son front. Enfin il se cognerait le tentacule quelque part en chuintant un truc qui signifie en gros : « ah non, z’allez pas remettre ça encore une fois !? ».

Ben si. Ça occupe. Et ça fait oublier les nanas relous. Cette fois-ci, on s’est dit que finalement, la CB 500 Mk1, en ville, ça fait à peu près tout bien et qu’une VFR c’est bien pour rouler, ou au moins une GSX-F s’il a pas trop les sous.

Il est vingt-deux heures, je commence à bâiller. Gille se claque les genoux pour se lever, me serre la paluche et enfile son blouson. Il a l’air moins bof qu’il y a deux heures.

Rêver d’une nouvelle bécane, c’est de l’antidépresseur à partager entre potes.

Plus d'infos sur les kroniks