Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube Voyage

Histoire constructeur : Motobécane

M comme Motobécane, Motoconfort, Mobylette et MBK

Histoire constructeur : MotobécaneMotobécane est fondée en 1923 par Charles Benoît et Abel Bardin grâce au soutien financier de Jules Bénézech. Leur objectif d’alors est de construire la plus simple et bon marché des motos. Ce sont les débuts de la Motobécane MB1, un monocylindre de 175cm3 développant deux chevaux pour atteindre les 60km/h pour seulement 1375 francs, soit de plusieurs centaines de francs de moins que les autres modèles de l’époque.

La toute jeune carrière de Motobécane ne fait que commencer et en 1925 sort la MB2 qui est suivie l’année suivante par la création de la marque Motoconfort. Cette dernière a pour mission de diffuser une machine de 310cm3 sans entâcher le succès de la MB1. L’idée semble astucieuse mais au bout de quelques années, les productions des deux marques se confondent pour devenir identiques.

Révision de la gamme

Histoire constructeur : MotobécaneEn 1928 est adopté le réservoir en selle qui permet ainsi à une gamme de 250cm3 de venir compléter l’offre tandis que les bicyclettes à moteur auxiliaire, B1 puis B1V2 connaissent un franc succès. Les années qui suivent voit ces machines monter en puissance avec en 1938 le 60cm3  Poney, dénommé Scout chez Motoconfort. Durant les années 30, le quatre temps fait son apparition et sera décliné en plusieurs cylindrées de 175 à 500cm3.

Après avoir présenté ses prototypes B5 et B7, Motobécane s’offre une révision de sa gamme en 1934 avec le lancement des gammes S et R, des machines sportives et routières qui resteront produites, pour certaines, jusque dans les années 50.
Une fois la Seconde Guerre mondiale terminée, ce sont encore les quatre temps qui dominent l’offre avec la série Z dont les modèles les plus emblématiques sont la Z46 et la Z2C. En 1949, Motobécane lancera la mythique Mobylette. Conçue par Eric Jaulmes, la machine sera produite à des millions d’exemplaires assurant ainsi la suprématie de la société française sur le marché mondial du cyclomoteur.

La concurrence japonaise

Histoire constructeur : MotobécaneDès 1969, la marque tentera d’imposer ses deux-temps avec la DC 125, ancêtre de la LT qui sera déclinée en multiples versions jusque dans les années 80. Les années 70 sont marquées pour leur part par l’esprit de compétition de Motobécane qui présente des trois cylindres deux temps de 350 et 500cm3 en 1973. Malheureusement, la concurrence japonaise est déjà là et Motobécane ne parvient pas à lui faire face. La société se voit dans l’obligation de déposer le bilan en 1981.

Alors que tout semble fini pour le constructeur français, l’espoir renaît en 1983 avec la reprise de la marque par Xavier Maugendre qui ressucite la marque sous un nouveau nom, MBK. Après quelques années seulement d’existence, MBK sera rachetée par le constructeur japonais Yamaha et construit aujourd’hui encore de petites cylindrées et grosses cylindrées tels que les XTR et XTX.

Plus d'infos sur Motobécane