english

Comparo customs Kawasaki VN 900, VN 1700 et W800

Trois customs pour un choix

Second vendeur de custom en France, après Harley Davidson bien sûr, Kawasaki possède une gamme étoffée. Pour bien cerner la philosophie de ce constructeur d’ordinaire très attaché aux sportives, nous avons sélectionné trois modèles pour les comparer : VN900, VN1700 et W800.

Customs Kawasaki

Le bon la brute et le truand

S’agissant de motos, parler de philosophie peut sembler déplacé, Pourtant plus que jamais, l’expression « dis moi quelle est ta moto et je te dirais qui tu es » prend ici toute sa valeur. Nos trois machines ont en effet des vocations très différentes et si elles ont en commun une vision plus « cool » de la moto, elles ont chacune leurs particularités et leur personnalité, qui reflète un peu celles de leurs cavaliers.

Scénario

Customs Kawasaki

Le Bon

Sympathique en diable la W800 provoque des sourires de bonheur sur son passage. A son guidon, on vous donnera le bon Dieu sans confession… ni concession d’ailleurs, comme on le verra au fil de cet essai. Elle a vraiment une bonne bouille avec ses formes arrondies et tous ses chromes. On lui ouvrirait sans hésiter les portes de sa maison pour la mettre comme décoration dans son salon, enfin si madame était d’accord, ce qui n’est pas forcément gagné !

Sculpturale, cette W 800 est un bel objet au sens le plus noble du terme. Ses références esthétiques font partie du patrimoine historique de la moto. Vous l’avez compris, ce « bon » nous a déjà embobiné avant de commencer, on est sous le charme.

Kawasaki VN 1700

La Brute

Dans le rôle du plus costaud(e) , j’ai nommé la VN 1700 classic. Avec son énorme moteur bicylindre en V longue course et ses 383 kg tous pleins faits, c’est elle et de loin qui a les épaules les plus larges de notre comparatif. En fait de brute, c’est plutôt la force tranquille. Sous ses grands (gros) airs, elle cache un cœur de velours. Son option à elle, c’est plutôt le voyage et le confort. Ici tout n’est que douceur calme et volupté. A son guidon, le plaisir c’est de flâner.

Kawasaki VN 900

Le Truand

Avec la VN 900, on change tout de suite de registre. Elle adore se regarder dans les vitrines de la ville pour voir si elle a bien l’air méchante. Toute de noir revêtue elle joue volontiers les dures. On quitte l’ambiance feutrée et un peu classieuse de la voyager pour une atmosphère plus « m’as tu vue » même si cette japonaise ne se la joue pas façon chopper extravagant et vulgaire. On n’est pas à Daytona beach avec des tatouages partout sur des corps qui s’exhibent alors qu’ils ne le devraient pas. N’empêche que la VN 900 ne passe inaperçue et qu’elle n’est pas non plus là pour ça. Cette japonaise a du caractère, qu’on se le dise! Esthétiquement sa roue avant très fine de 21 pouces et son faux cadre rigide la distingue du troupeau.

Kawasaki W800 sur route

En selle

Facile d’accès, la W800 offre une position de conduite confortable et reposante. Le buste droit, on domine la route alors que le réservoir étroit et la selle pas trop large permettent de poser facilement les pieds au sol, même pour les moins de 1,70 m.

Kawasaki W800 sur route

Sur la VN 1700, on est aussi très bien installé et même encore mieux que sur la W grâce à la vaste et confortable selle. Les pieds sont en avant, mais les marche-pieds procurent un confort indéniable. Il faut l’avoir essayé pour apprécier le confort que procurent ces accessoires.

Kawasaki VN 900 sur route

Avec ses repose-pieds très en avant et son guidon un peu haut, la VN 900 impose à son pilote une position très typée custom. Une fois assimilée cette particularité, elle se laisse apprivoiser. A son guidon, on découvre la route sous un autre angle. Dieu que c’est bas !

En route !

Nos trois bicylindres ont en commun une grande discrétion acoustique. Quel que soit votre choix, vous resterez amis avec votre voisinage. Très souple, le vertical twin de la W a encore progressé par rapport à son aînée la 650. Il développe son couple beaucoup plus bas, mais malgré les centimètres cubes gagnés, il n’égale pas le moteur 900 bicylindre en V qui outre une bonne souplesse offre une poussée plus volontaire à la remise des gaz. Ce n’est pas un avion, mais il a un peu de (bon) caractère. Monumental le VN 1700 offre un couple important disponible très bas ce qui permet une conduite très relax quel que soit le rapport engagé. Pas de vibration pour venir vous perturber. Ce gros twin est discret, mais vivant, affichant une vigueur sympathique.

En Ville

Si d’aventure vos pas vous mènent en ville, vous ne regretterez pas l’expérience. Malgré son poids et son gabarit imposant la VN 1700 s’y comporte de façon fort honorable. La faible hauteur de selle concoure déjà à vous mettre à l’aise. On pose les pieds bien à plat au sol, ce qui rassure dans les manœuvres. En outre grâce à son centre de gravité très bas, la moto jouit d’une bonne stabilité naturelle qui permet d’évoluer à très basse vitesse en gardant l’équilibre, sans poser les pieds au sol. De fait, en ville on ralenti avant les feux pour repartir sans marquer l’arrêt. Enfin l’incroyable souplesse du moteur affranchit de jongler avec la boîte. On démarre en seconde sur le ralenti, sans même s’en rendre compte, tellement ça tracte !

La 900 est sans doute la moins à l’aise dans les bouchons. Assis bas, on anticipe moins les aléas de la circulation et puis à chaque arrêt on travaille ses abdominaux pour remettre les pieds sur les repose-pieds. Hormis ces deux petits bémols et sa longueur importante (inférieure à la 1700 tout de même) la 900 est très sociable. Plus étroite et moins lourde que l’autre VN, elle ne fera pas tourner au cauchemar vos virés citadine.

Cependant, soyons francs, ici la vraie reine c’est la W800. Elle se sent comme un poisson dans l’eau. Braquant bien, plus maniable, plus légère, dominant mieux la situation, c’est elle la reine des ville. Si vous comptez faire des trajets boulot-dodo, n’hésitez pas, c’est la W800 qu’il vous faut.

Kawasaki W800 sur départementale

Départementales

Une fois quittée la civilisation, vous apprécierez toujours votre fier destrier sur les départementales. Agile avec ses pneus étroits, profitant d’un moteur à la large plage d’utilisation, la W800 comblera son utilisateur. A son guidon on roule la fleur aux dents et le sourire aux lèvres, quelle que soit la cadence.

Kawasaki VN 1700 sur départementale

Bien installé sur la VN1700, vous n’aurez pas à redouter les petites départementales tortueuses. Ses suspensions y travaillent efficacement. Là encore, le centre de gravité bas facilite le balancement de la moto de telle sorte qu’on ne souffre pas exagérément du poids tant que l’on adopte un rythme adapté à l’engin. La garde au sol n’est pas extraordinaire, mais si l’on respecte la philosophie de ce « bagger », on ne va pas limer outrageusement les marche-pieds.

Kawasaki VN 900 sur départementale

De son coté, la VN 900 ne s’en laisse pas compter. Si la 1700 rend la main quand le rythme s’accélère, la 900 ne lâche pas le morceau facilement. Très stable avec sa fourche très inclinée et son empattement de camion, elle rassure son pilote qui s’enhardit à augmenter la cadence, ce qui ne laisse pas les repose-pieds de marbre. Ça gratte fort le bitume, mais comme on dit au Joe Bar team ; « ça passait, c’était beau »… Derrière une façade un peu frime, cette 900 cache donc une efficacité insoupçonnée.

Nationales

Ici on retrouve des espaces plus propices aux deux VN. La « grosse » prend ses aises et la « petite » profite pleinement de sa raideur pour hausser le rythme. Leur stabilité naturelle (empattements gigantesques) ne les pénalise plus, alors que le coté joueur de la W se dilue un peu plus dans les courbes rapides. Ici tout le monde est à son aise. On peut les renvoyer toutes les trois dos à dos.

Kawasaki W800 en virolo

Autoroute

Vous entrez sur les chasses gardées de la 1700. Son sixième rapport surmultiplié constitue un atout décisif sur les autoroutes. Tranquille, le pilote savoure les kilomètres en écoutant la radio ou son Ipod, profitant de la sono dont le volume s’ajuste en fonction de la vitesse. Il pourra même oublier de regarder son compteur, s’il enclenche le régulateur de vitesse. Le luxe ! Le vaste tête de fourche offre une bonne protection qui rend les longs trajets agréables. Les plus grands souffriront peut être un peu de l’absence d’une vraie bulle, mais les hautes vitesses ne sont pas non plus une obligation sur ce genre de moto. Ici la W 800 et la VN 900 font plus grises mines. Ce terrain ne met guère en valeur leurs qualités dynamiques... passons notre chemin.

Kawasaki W800 sur route

Freinage

Dotée d’un puissant freinage combiné la VN 1700 rassure malgré ses kilos. A aucun moment on n’a le sentiment d’être débordé par la situation, même si l’on accélère un peu le rythme. La sensation de sécurité et de sérénité ne vous quittera jamais à son guidon. Profitant de sa répartition des masses très portée sur l’arrière, la VN 900 tire partie de son disque arrière de 270 mm serré par un étrier double pistons. Il complète le travail du disque avant de 300 mm (étrier double pistons aussi) l’ensemble donnant un résultat homogène compte tenue du pilotage coulé que l’on adopte avec ce style de moto. Pas question de rentrer non plus « sur les freins » dans tous les virages.

Pour la W800 on aurait aimé un peu plus de puissance et de mordant à l’avant tant cette moto est joueuse et donne envie de s’amuser. Ce n’est pas que ça freine mal, mais au regard des performances du moteur et du châssis, un petit plus eût été le bienvenu. D’ailleurs, les dernières W 650 de la première génération ( W3 1974 ) avaient un double disque ! Le tambour arrière est parfait pour sa part.

Valises Kawasaki sur VN 1700

Confort et aspects pratiques

De nos trois machines la VN 1700 est la seule à offrir un tête de fourche et des marche pieds, deux accessoires garants d’un excellent confort de roulage. La vaste selle, associée à des amortisseurs arrières pneumatiques garantissent au pilote des conditions de roulage favorables à de longues étapes. Son équipement la classe dans la catégorie « Bagger », on appréciera donc les sacoches qui permettent de transporter des bagages, sous réserve de voyager léger. Les plus chargés opterons pour la version Voyager équipée d’un top case. Elle soigne aussi beaucoup plus son passager, grâce à une selle plus vaste et un dossier. La VN 1700 custom est plus une moto de voyageur solitaire.

La VN est pire, car outre l’absence d’aspects pratiques, elle n’offre qu’une petite selle au passager. De plus le faible débattement de la suspension arrière allié à une position qui empêche toute absorption naturelle des bosses dégradent sensiblement le confort dès que la route est mauvaise. On en prend vite plein le dos quand ça tape.

Kawasaki VN 1700 en duo

Plus accueillante la W800 reçoit assez dignement son passager, même si ses suspensions manquent cruellement d’amortissement. C’est souple ! Va pour le confort donc, plus que pour le sport. Enfin au chapitre pratique, notons des transmissions par courroies sur les deux VN, contre une classique chaîne sur la W.

3 customs Kawasaki

Bilan

Trois « customs », mais surtout trois idées très différentes de la moto. Assurément la proposition de la W800 est la plus polyvalente. C’est clairement une moto de tous les jours avec un supplément de charme que n’offrirait pas une routière traditionnelle. Avec elle vous irez travailler, partirez en week-end, voire en vacance à condition de l’équiper d’un porte bagage. Certes pour les vacances, la VN1700 reprend l’avantage, mais au quotidien, son gabarit ne l’avantage guère. Il vous faudra du courage pour aller travailler tous les jours avec, ou éviter d’emprunter des parcours trop encombrés. Enfin, avec la VN 900, rien de tout ça, juste des trajets « bistrot dodo » pour jouer les méchants séducteurs !

Points forts

  • W800 : Les chrome et la polyvalence
  • VN 900 : Le comportement routier et le moteur vigoreux
  • VN 1700 : La souplesse du moteur et le confort

Points faibles

  • W800 : l’amortissement et le freinage un peu justes
  • VN 900 : le confort dans les bosses et la position de conduite
  • VN 1700 : Le duo et la garde au sol

 

 

Les fiches techniques

 

 

Calcul coût assurance ?

AMV Combien pour assurer votre Kawasaki VN 900, VN 1700 et W800? Devis en ligne
Axa 2 Roues Calculez le prix de votre assurance Kawasaki VN 900, VN 1700 et W800 en 2mn avec Axa 2 Roues