Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube

Essai caméra GoPro Hero

Caméra autonome à monter sur une moto

Depuis quelques années, les caméras autonomes permettant de faire de la vidéo embarquée se multiplient et sont de plus en plus accessibles. La GoPro est devenue une référence.

La brèche a été ouverte par l'atc2k (Oregon), de qualité moyenne, mais qui a permis à de nombreux motards de faire leur première expérience. Rêvant devant les vues embarquées en MotoGP depuis longtemps, j'ai craqué d'abord sur l'Atc2k, puis plus récemment sur la GoPro Hero Wide.

Caméra GoPro Hero

Sortie en version "normale" en 2007, puis en version "Wide" en 2009, elle est ensuite apparue en version "Wide HD". J'ai jeté mon dévolu sur la version Wide normale... simplement parce que mon PC n'est pas assez puissant pour traiter de la vidéo HD.

La principale différence entre ces 2 modèles, hormis la définition, vient du fonctionnement sur 2 batteries AAA pour la version normale, et sur une batterie spécifique pour la version HD. La HD est aussi un tout petit peu plus volumineuse (quelques mm) que la version de base.

La différence de prix joue aussi puisque l'on passe de 170€ à 350€ en version HD.

Découverte

Dès l'ouverture du colis (j'ai commandé ma GoPro en Allemagne), la qualité de finition et de présentation saute aux yeux.

Caméra GoPro Hero

Une boite noire, assez classieuse, contient les accessoires. Elle est surmontée par un couvercle en plastique fermé par un support sur lequel se visse la caméra.

Le modèle que j'ai choisi est le "Motorsport Hero Wide", qui est à priori le plus adapté pour la moto. 

Dans la boite, en plus de la caméra et de son boitier (coque étanche épaisse en plastique transparent), on trouve une ventouse haute résistance, 3 supports autocollants plats, 2 supports autocollant courbe (pour un casque), des pièces permettant de construire un bras articulé pour orienter la caméra comme on le veut et un cable pour décharger les vidéos.  Il faut ajouter 2 piles (batteries rechargeables haute capacité recommendées) de type AAA et une carte SD.

Caméra GoPro Hero

Les supports autocollants peuvent être fixés partout sur la moto : carénage, garde-boue arrière, garde boue avant...

Le support autocollant se présente comme une pièce plastique noire, avec une mousse revétue d'un adhésif. On clipse dessus une pièce mobile sur laquelle est montée la caméra, qui permet de l'orienter correctement. Forcément, contrairement à la ventouse, ce support est fixe et ne peut s'enlever et se remettre tout le temps. On le place une fois seulement (et on peut naturellement l'enlever ensuite mais il n'est pas réutilisable).

Caméra GoPro Hero

La caméra offre une angle de vue de 170°, ce qui permet par exemple de fixer la caméra sur un dosseret de selle et de ne pas voir que les fesses du pilote, mais également les bords de piste.

Une fois les piles chargées, on parcourt rapidement le manuel. Quelques minutes suffisent à comprendre comment la caméra fonctionne. Un bouton pour allumer ou éteindre (pression longue) et se déplacer dans les menus (pression courte), et un bouton pour déclencher/arrêter le tournage ou prendre des photos quand on est en mode photo/caméra, qui sert aussi à changer les paramètres dans les menus. Dit comme cela, ça peut sembler compliqué, mais croyez moi, c'est hyper simple.

Essai

Bon, l'heure du premier test a sonné; ça tombe bien, j'ai un roulage au Vigeant de prévu. Je colle donc sur le dosseret du VFR une  des fixations autocollante plate. Ca se fixe très bien, il ne faut surtout pas se louper en la positionnant, c'est impossible de la bouger ensuite, si on se rate, c'est mort.

Caméra GoPro Hero

Dans les menus, je passe en mode HI (on a le choix entre qualité HI et LO), et c'est parti pour une vue arrière, histoire de voir les gens que je dépose. 25 minutes plus tard, je rentre aux stands, et transfère la vidéo.

L'image est très bonne, mais le son sature. Il est écrit dans le manuel que pour la moto ou des prises extérieurs en sport mécanique qu'il vaut mieux se mettre en mode LO. Je teste pendant la 2e session,  ça ne change pas grand-chose pour l'image, par contre, au niveau du son, c'est le jour et la nuit. Ça ne sature presque plus, on entend bien le moteur, pas trop le vent, parfait. Bon, il faut garder à l'esprit que c'est un produit qui coute environ 170 euros, donc on n'aura pas la qualité des paluches de MotoGP, mais ça permet de se rapporter des chouettes souvenirs. Ces premiers essais sont ci-dessous.

La fixation autocollante a passé la 1er épreuve et la caméra aussi. Avec 2 piles de 850 mah, j'ai pu filmer environ 1 heure, sachant qu'il faisait chaud (les piles se déchargent plus vite quand il fait froid).

La fixation courbe est prévue pour un casque (par exemple), mais je ne me voyais pas trop en fixer une sur mon casque de moto. Déjà je ne pense pas qu'on me laisse entrer sur piste avec ça, et en cas de chute, je n'ose imaginer le risque.

Caméra GoPro Hero sur casque

Le test de la ventouse aura lieu un peu plus tard, lors d'un week end dans la Drome, puis dans les Vosges. Pour changer des vues arrières, je ventouse la caméra sur le flanc de carénage.

Caméra GoPro Hero

Il y a quelques précautions à respecter. Il faut essuyer le carénage pour enlever la poussière, éviter si possible de ventouser sur un autocollant, et choisir l'endroit le plus plat possible. De toute façon, avec le système de bras articulé, il est assez aisé d'orienter la caméra correctement.

Sur les premiers kilomètres, je gardais un œil inquiet sur la caméra, pour être sur qu'elle ne se décroche pas, mais j'ai vite compris que je n'avais pas d'inquiétude à avoir. Il suffit de fixer la ventouse en repoussant le piston au maximum, puis tourner le levier prévu à cet effet pour augmenter la pression, et ça tient !

J'ai fait plusieurs centaines de kilomètres avec la caméra sur le coté : aucun soucis.

Au niveau des images, c'est assez impressionnant. La caméra est placée assez bas et du fait de l'angle de vue, on voit la roue avant, un bout de carénage, et le "décor" qui défile rapidement sur le coté. L'impression de vitesse est trompeuse, même en roulant tranquille, on a l'impression de rouler à bonne allure, les prises d'angles sont accentuées. Cela donne vraiment des belles images.

Il faut juste penser à s'arrêter pour démarrer la caméra, car après quelques minutes sans filmer, elle s'éteint automatiquement pour économiser les piles. Et il n'est pas possible de la rallumer sans voir l'écran.

Mais la ventouse tenant très bien, je n'ai décollé la caméra que lors des étapes, je ne faisais ainsi que des courtes pauses le temps d'allumer et de démarrer la caméra au début des portions intéressantes. Quelques exemples sur route sont également visibles ci-dessous.

Pratique

Il est possible de commander sur le net des fixations additionnelles, ce que j'ai également fait. J'ai testé une fixation de guidon, prévu à l'origine pour un vtt, mais qui peut se fixer sans soucis sur un roadster ou un supermotard, voire un embout de guidon. J'ai testé cette fixation en vtt de descente, l'image est bonne, ne saute pas trop, et l'impression de vitesse est réelle, surtout si l'on incline un peu la caméra vers l'avant, ce qui permet de voir la roue tourner. En plus, avoir la caméra à porté de main permet de l'allumer et l'éteindre facilement. Le support qui se visse autour du guidon empêche tout risque de perdre la caméra, et en TT, peut donc être plus intéressant que la ventouse.

Caméra GoPro Hero sur casque

Mon dernier test a été de fixer un support autocollant courbe sur un casque. Comme dit plus haut, je ne me voyais pas rouler en moto avec, mais sur un vélo (toujours de descente), pourquoi pas. Il est conseillé d'attendre 24 heures après avoir collé le support, afin d'être sûr que la colle a bien pris. J'avais en plus sécurisé le montage avec des colliers rilsan, précaution inutile, la caméra n'a pas bougé. Une fois le casque sur la tête, on ressent le surplus de poid sur le coté, mais très légèrement. Dans les bosses et sur terrain abimé, on sent que le casque a tendance à "tirer" du coté de la caméra. Rien de bien gênant, mais à mon avis, sur route, avec la pression du vent, le casque risque de tourner tout seul. Encore une fois, les images sont très sympas. On voit le coté de la visière du casque, et la piste qui défile, avec en plus la possibilité de regarder les petits copains qui suivent ou roulent à coté, et donc de les filmer.

Le boitier qui contient la caméra est noté comme étant "waterproof", je n'ai pas testé en immersion, mais j'ai fais une centaine de kilomètres sous une pluie battante avec la caméra sur la moto,  ainsi que plusieurs descentes VTT sous la neige et la pluie, aucun soucis, l'humidité et l'eau ne rentrent pas.

Conclusion

Vous comprendrez aisément que je suis devenu accro à ce jouet, qui permet de filmer partout, tout le temps, sans aucune préparation ou presque. 2 piles, une carte SD, on colle ou ventouse le support et à vous les films dignes du motogp… ou presque .

Points forts

  • Facilité d'utilisation
  • Compact
  • Qualité des images, même pour la version normale

Points faibles

  • Autonomie ne dépasse pas 1 heure avec des piles neuves
  • Le son sature pour la moto en mode HI
  • Le prix prohibitif en France
Suzuki