Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube Voyage

Ducati Monster 696

600, 620, 695, puis 696, le Monster est surtout LE bicylindre Ducati.

Après 15 années d’évolutions, le Monster a subit en 2008 une véritable cure de jouvence : nouvelle ligne, poids allégé de 5 kilos pour seulement 161 kilos, puissance augmentée de 7 chevaux pour 80 chevaux à 9.000 tr/min, injection Siemens, entrées d’air dans le réservoir, embrayage assisté (APTC), doubles étriers 4 pistons à fixation radiale, fourche inversée de 43 mm, optique ultra plate… seul le cadre treillis reste mais avec des tubes grossis ! La technologie est ici au rendez-vous : acquisition de données, compteur 100% digital, freinage brembo… Il demandait autrefois une certaine maitrise du couple, notamment au rétrogradage. Il intègre un système anti-dribblage qui doit en faciliter la prise en main. Souvent présenté comme abordable pour le débutant, la version 2008 est-elle toujours aussi adaptée ?

Ducati Monster 696

Découverte

Le Monster a une ligne unique, qui se remarque d’autant plus dans sa lignée rouge marqué Ducati. On remarque immédiatement les entrées d’air sur le réservoir qui permettent au-delà d’une amélioration du rayon de braquage de gagner 3 chevaux.

Livré avec une coque de selle, le Monster affiche ses caractéristiques égoïstes. Le capot se dévisse avec une clef allen, non présente dans la trousse à outils fournie !

Ducati Monster 696

En selle

Les pieds touchent bien à plat par terre pour le pilote d’1,70 m. Avec une selle à seulement 770mm, c’est sans aucun doute la moto la plus basse dans la catégorie roadsters 600-700 cm3.

Très large guidon plat positionné bas, le buste tombe vers l’avant, faisant presque penser à une position typée sportive, mais sans appui sur les poignets. Le buste fait presque corps avec la moto et la position globale plus proche du sol que d’habitude.

Le compteur, entièrement digital, présente toutes les informations nécessaires et plus encore : compteur kilométrique, trip partiel, compte-tours, témoins phares, feux de route, clignotants, pression d'huile, réserve carburant, horloge, température extérieure, liquides, immobilizer, voyant de maintenance, chrono, pré-équipé DDA (Ducati Diagnostic Acquisition) avec une sortie pour la clf USB placée sous la selle.

Les rétroviseurs polygonaux, très esthétiques, se règlent en appuyant sur leur miroir. Mais leur position, notamment au regard de la position du pilote, les rend quasiment inutiles au quotidien, comme le compteur.

Ducati Monster 696

Contact

Clef tournée sur le réservoir, le double pot arrière relevé distille un son grave, presque rauque, enchanteur pour les oreilles. Les regards se détournent vers la belle instantanément, à la fois pour sa ligne et pour ses sonorités.

L’embrayage surprend par sa douceur… contrairement aux précédents modèles et grâce au nouveau sytème APTC. Du coup, le Monster 696 ne ressemble plus à un outil de musculation du poignet gauche comme les années précédentes. Par contre, il n’y pas de réglage de garde à l’embrayage. Ceci dit, l’embrayage s’enclenche sur les premiers centimètres.

On sent bien la rigueur du bicylindre sur les premiers rapports, demandant dans un premier temps à doser les démarrages, jusqu’à ce que cela devienne instinctif.

Ducati Monster 696

En ville

La position typée s’oublie rapidement et se révèle aussi facile qu’une position roadster classique. Il est possible de se faufiler facilement et rapidement entre les files sans aucun problème. Les manœuvres à basse vitesse se révèlent faciles. Seul le large guidon sur lequel sont positionnées des rétroviseurs particulièrement larges, peuvent frôler plus que d’accoutumée en largeur.

Il est possible d’osciller entre 2e et 3e facilement en ville, le bicylindre acceptant d’enrouler à 2.200 tr/mn en 6e, et tracter dès 4.000 tr/min sans cogner. Même la première se révèle agréable.

Seule la chaleur, importante, dégagée par le moteur, sous la selle fait chauffer le pilote au printemps.

Ducati Monster 696

Autoroute

Le Monster s’engage presque violemment sur autoroute et tracte avec force jusqu’à des vitesses inavouables. La position quasi allongée sur le réservoir protège très bien du vent, protection encore renforcée par le mini-saute-vent.

Stable en ligne droite, imperturbable en grandes courbes, Le Monster s’accomode très bien de ce type de parcours.

Ducati Monster 696

Départementales

Doué sur autoroute, le Monster dévoile toute sa personnalité sur départementales. Les vitesses se montent rapidement ou plus précisément, on arrive tout de suite au rupteur sur les premiers rapports, demandant d’enclencher le rapport supplémentaire rapidement. Çà en devient un véritable jeu, même si on sent que le moteur aurait pu grimper bien plus haut, et que le passage de vitesse forcé ne lui laisse pas le temps de s’exprimer comme il pourrait le faire.

Mais ce qui marque le plus sur départementale, c’est le comportement exemplaire de la partie cycle. Le Monster dévoile sa force et devient un véritable rail, comme aucun autre roadster. Sa rigidité permet de le malmener sur n’importe quelle route, sans que la trajectoire n’en souffre. Le regard se pose et la moto y va sans effort.

Les changements d'angle se font facilement en donnant l'impression que la moto réagit d'un bloc... ce qui met le pilote encore plus en confiance et incite à une conduite plus musclée que le Monster accepte volontiers.

Ducati Monster 696

Freinage

Le Monster offre un freinage puissant à l’avant avec un très bon feeling. La partie cycle étant au rendez-vous, la moto ne plonge pas, même en cas de freinage très appuyé. Par contre, à vitesse lente en ville, le freinage peut sembler brutal au premier abord et demande un peu de dosage, notamment sous la pluie.

Ducati Monster 696

Pneumatiques

Montée en BT56, ce sont à priori des pneus plus touring que sport qu'il faut chauffer avant d'attaquer. Dans les faits, la partie cycle associée aux 80 chevaux font qu'ils se chauffent facilement et sans temps d'attente. Au moins, il est possible de rouler fort sans pour autant s'attendre à un budget pneu important.

Confort

Le Monster est définitivement une moto d’égoïste et le passager n’y a pas vraiment sa place, sauf pour un très court trajet. Pour le pilote, il n’y a aucun reproche à lui faire. L’ensemble amortisseurs et selle fonctionne bien, donnant un confort ferme mais permettant d’enchaîner sans problème les kilomètres.

Ducati Monster 696

Pratique

C’est sans doute la partie qui fâche. Il n’y a aucune place sous la selle.

La béquille se déplie et replie bien offrant une très bonne stabilité à la moto, même sur terrain en dévers.

Conclusion

Facile de prise en main, avec une partie cycle exemplaire, le Monster offre une moto de caractère mais sûre, qui met en confiance très rapidement. Idéale pour un jeune permis, elle offre d’excellentes sensations au pilote plus expérimenté qui en appréciera la précision sur route. Les pilotes plus aguerris se tourneront davantage vers le modèle ayant 200 cm3 de plus.

Points forts

  • Partie cycle
  • Caractère
  • Selle basse / accessible petits gabarits

Points faibles

  • Pratique : place sous la selle
  • Rétroviseurs

 

La fiche technique
Vos réactions sur le forum moto |

Calcul coût assurance ?

AMV Combien pour assurer votre Ducati Monster 696? Devis en ligne
SOLLY AZAR Calculez le prix de votre assurance Ducati Monster 696 en 2mn avec SOLLY AZAR

Commentaires

BOB

super petite moto tres maniable et tres agréable a piloté
en ville et en campagne et avec des pot termignoni elle a un bruit d enfer. que du plaisir pour les yeux et les oreilles...........

03-04-2012 19:30 
fift

David, quelques remarques sur la forme :
- en conclusion : "les pilotes plus aguerris se tourneront vers le modèle cubant 200cc de plus" -> 696 + 200 = 896 (on va dire 900). Ca fait longtemps que le Monster 900 a disparu clin d'oeil. Soit c'est 100cc de plus (796), soit 400cc de plus (1100).
- euh, les photos en dynamique, on a eu mieux non ? Va falloir faire des progrès en filé clin d'oeil.

04-04-2012 10:32 
jeandemi

David, "Le Monster est définitivement une moto d’égoïste et le passager n’y a pas vraiment sa place, sauf pour un très court trajet." tu aurais pu développer...
Perso, je trouve que la Monster est plutôt mieux placée pour le duo que ses concurrentes (Z750, Street Triple), sur lesquelles la selle est rikiki ou les reposes-pied prévus pour des contorsionnistes, voire les 2...
Certes, ce n'est pas une XJR 1300 ou une GSX 1400, mais c'est correct, d'autant que la suspension fait plutôt bien son boulot

10-04-2012 15:19 
 

Connectez-vous pour réagirOu inscrivez-vous