Menu
Fil RSS Facebook Twitter Pinterest Youtube

Tortue Nouveau sujet

CR : Mon lièvre boiteux 2009

Discussion précédente Discussion suivante

Flux RSS

CR : Mon lièvre boiteux 2009
Ajouter en ami Cathydu25   13-06-2009 15:51
C’était encore cette année le rendez-vous à ne pas manquer. Et même si ce Lièvre n’ameutait pas plus que ça les foules sur le Repaire comme en son temps le faisait la Tortue, c’est cependant avec beaucoup d’impatience que j’attendais cette rencontre. D’ailleurs j’en profite pour remercier Loup pour son engagement et son organisation.
Il faisait bien bon ce mercredi et on espérait bien que le temps allait se maintenir pour le week-end. Drez devait venir dormir à maison ce soir afin de faire un départ groupé pour les Haut-Doubiens ; enfin heureusement que je le lui ai proposé, il croyait qu’on partait vendredi seulement. Quel boulet quand même, mais sa gentillesse nous fait oublier ses maladresses. C’est donc vers 23 heures qu’il arriva à la maison, avec ses bagages (du moins ceux de la liste que je lui avais fournie, car avec lui c’est comme avec les gosses qui partent en colo, il faut lui dire quoi emmener). Et chose assez rare pour le noter : cette année j’ai fait un gros effort pour préparer les bagages de bonne heure : d’habitude je m’y prends vers minuit, ce qui a tendance à énerver quelque peu mon pilote.
Jour J : le réveil sonne à 6 H 30, et malgré l’heure matinale, le lever se fait sans problème. Petit déjeuner, préparation du pique-nique et on propose même à Drez de se faire un sandwich. Surtout ne pas oublier les spécialités, sinon gare à la réaction de notre Loup Garou. Reste plus qu’à attendre Grand Max et Nath. (dont c’est la première sortie moto, et qui n’a pas peur d’affronter tant de km). Drez fidèle à son sens du rangement pose ses lunettes par terre, à ses pieds : je ne sais toujours pas par quel miracle il n’a pas marché dessus. 7 H 20, nous prenons la route en direction de Chevreaux où nous attend un super petit dej. Chemin faisant nous retrouvons Rono et nous voici tous chez JP. Café, croissants, pains au chocolat dans le jardin : elle n’est pas belle la vie.

619991Lievre_2009_008.jpg


« Z’avez vu comme ça sent bon quand on monte à Chevreaux » nous lance Drez. C’est sûr Drez, mais on a plutôt senti que vu le délicieux parfum des acacias.
Mais où est donc notre escargot ? S’il n’arrive pas rapidement, il n’aura plus rien à manger. Ouf il a eu chaud sur ce coup-là. La petite troupe est maintenant au complet : Auvergne, nous voici ! Mais avant tout, passage à la pompe et au distributeur de billets afin d’alimenter la fameuse cagnotte. Voila c’est parti !
Noud reprenons quelque peu l’itinéraire emprunté 3 semaines auparavant lors de notre excursion à Montauban : Pont de Vaux – Cluny – direction la Clayette. Petit passage par une toute petite route perdue au milieu des pâturages, sous le regard amusé des autochtones et des Charolaises. Plus petit je pense qu’on ne pouvait pas trouver. Petit arrêt près d’une grande surface pour permette à Drez d’aller acheter un pique-nique : premier faux départ : il a oublié sa carte bleue, étonnant non ! « Quand il reviendra faudra surveiller où il va la ranger » me dit JP quelque peu inquiet des Drezettes à venir. On décide de s’arrêter un peu plus loin, devant un magnifique château.

53800Lievre_2009_009.jpg


137559Lievre_2009_011.jpg


Drez fait des expériences avec la faune locale : quelle déception de voir que les canards et poissons ne sont nullement attirés par les bâtonnets de surimi (enfin pour lui, parce que nous, nous nous en doutions.

551220Lievre_2009_014.jpg


On décide d’aller prendre un café juste à quelques mètres de là : Drez ne veut pas laisser sa bécane sans surveillance, comme si quelqu’un aurait le bon gout de voler son mixeur japonais. Du coup il perd ses lunettes sur la route : heureusement Cacalaü les ramasse avant qu’un véhicule ne roule dessus.
Nous reprenons la route : direction Mayet de Montagne. Nous croisons un rallye 4X4 : sympa de laisser les routes toutes crottées pour les autres usagers. Première frayeur quand un véhicule nous coupe la route dans une section gravillonnée : heureusement sans bobo.
A la sortie de Thiers nous nous arrêtons pour faire le plein ; et se débarrasser des doublures des blousons car il fait vraiment chaud. Cacalaü nous la joue à la Drez et fait tomber ses pièces de monnaie : non, ce n’est quand même pas contagieux : un ça va, mais on ne va quand même pas faire un élevage.
Et là on a frisé le drame. Alors qu’il fait le plein, Drez fait tomber sa sacoche de réservoir qui plie sa clé. Bien sur il a un double, mais chez lui, ce qui est très pratique bien sur. Heureusement Rono a un minimum d’outillage. Et alors que Jack essaie tant bien que mal de redresser cette clé, nous retenons notre souffle et espérons que tout ira bien. Et Dieu merci, il en fut ainsi. Bon pour se remettre de ces émotions et de cette chaleur, une boisson fraiche sera la bienvenue. Après cette petite pause nous repartons : Billom – Vic le Comte - St Nectaire – Puis nous rejoignons Besse par une toute petite route bien sinueuse et pleine de gravier ; enfin Super Besse.
Bien que parfois menaçant, le temps resta agréable tout au long de notre périple.
Après les chaleureuses retrouvailles nous nous installons dans nos chambres, très confortables d’ailleurs. Puis vient l’heure tant attendue du picon. Après un copieux repas les plus courageux se retrouvent au bar alors que beaucoup sont partis se coucher. Ah ces jeunes, un rien les fatigue. Il est plus de minuit quand nous regagnons notre chambre.

J + 1 : le réveil sonne à 7 heures ce vendredi matin. Alors que Jack fait mumuse avec son GPS, je descends à la salle à manger. Pas grand monde de levé, si ce n’est JP39, Gégé et Pat13. C’est l’heure du petit dej : super buffet en tout cas, vraiment on est servi comme des rois ici. Rono nous fait part de la Drezette de la nuit puisqu’il a eu l’honneur de partager la chambre de notre Gaston Lagaffe : Drez l’a empoigné cette nuit et l’a appelé Aurélie. Paniqué par ce que notre somnambule pourrait être amené à faire, Rono prit sa voix la plus grave et lui répondit : « c’est pas Aurélie ». Quant à la suite, ils sont restés discrets, et j’en ferai de même. Rendez-vous est fixé pour le départ à 9 H. le FCGS roulera aujourd’hui avec Aloxi, Albator, Cath et sa passagère, L4ping et Machaing. Direction le puy Mary en passant par Condat, St Bonnet de Condat, St Saturnin (petite route fort sympathique au milieu des bois, avec un joli petit pont en pierre) Pierre-Besse, Cheylade, col de Serres, pas de Peyrol et Puy Mary : je vous ai dit que j’adore cet endroit ? Si ne n’était pas encore dit, maintenant vous le savez.

221685Lievre_2009_015.jpg


669663Lievre_2009_017.jpg


701338Lievre_2009_018.jpg


On voit que la route n’est pas ouverte depuis longtemps, il y a par endroit encore pas mal de neige. On décide de garder la visite de Salers pour la fin d’aprem, et reprenons notre route en direction de Dienne et St Flour. Arrêt ravitaillement pour les motos et pendant que les garçons font les pleins Nath m’accompagne au supermarché pour acheter de quoi faire un pique-nique pour le groupe. Il fait très chaud et il nous tarde de repartir. Direction Garabit pour la visite culturelle (la minute de culture pour notre Drezounet).On décide de s’arrêter ici pour manger. Drez prend ses aises : il enlève les bottes et les chaussettes : j’espère qu’il ne va pas les perdre, mais avec lui tout est possible. Et le pire était à venir. Alors qu’il utilise son casque comme oreiller, celui-ci lui échappe et tombe dans le talus qui borde la Truyère sous les yeux incrédules de ses compagnons de route. Heureusement Rono est là est part à la recherche du casque au milieu de orties.

804447Lievre_2009_019.jpg


Drez a de la chance sur ce coup-là, il récupérera ses gants et son casque sans problème. L’heure du café a sonné : on reprend la route en direction d’Alleuze. Et là le drame ; alors que nous circulons à faible allure pour profiter du paysage, la Noiraude ressent le besoin de s’ébrouer : résultat nous nous retrouvons éjectés. Si Jack s’en sort plutôt bien, ce n’est hélas pas mon cas : première chute sur les fesses, mais hélas le bas de ma jambe gauche ne souhaite pas suivre le reste de mon corps, le genou lâche dans un horrible craquement et une douleur intense se répand dans mon membre inférieur. Par réflexe j’essaie d’empoigner mon articulation meurtrie et commence alors à rouler dans le petit chemin empierré qui borde la route : mon casque tape et rebondit sur les cailloux, et ce à plusieurs reprises. A ce moment-là j’ai simplement espéré qu’il tienne bon pour que je m’en sorte sans d’autres dégâts. Il est 14 h 05, je gis dans ce petit chemin en plein soleil par une chaleur intenable et ressent une violente douleur au genou. L4ping se charge d’appeler les secours ; pendant ce temps mes compagnons font tout pour me rendre l’attente moins pénible : mise en PLS, humidification (si ce n’est arrosage), interdiction d’enlever mon casque et mon blouson. Mais Dieu qu’il fait chaud. Et là Drez me lance « t’es chiée Cathy, tu aurais pu tomber à l’ombre au moins ». Venant de Drez je savais que ce n’était qu’une boutade pour me tirer un sourire, ce que je n’ai pu m’empêcher de faire malgré la douleur. Les pompiers arrivent 15 minutes plus tard, mais ceci m’a semblé une éternité. Et cette douleur qui n’en finit pas : je voudrais par moment m’évanouir pour y échapper, mais en vain.
Les pompiers me passent une minerve et m’enlèvent enfin ce fichu casque. Puis on me place sur une civière et hop dans l’ambulance. J’espère qu’ils vont me donner un calmant, mais que nenni, il faut attendre d’être à l’hôpital. Quand je pense qu’il y avait sur les lieux 2 brigades de gendarmerie et 2 brigades de pompiers, et je n’ai même pas pu me rincer l’œil (et oui le fantasme de l’uniforme) : la vie est trop injuste. L’installation dans le fourgon des pompiers est plus que spartiate : rien pour se tenir. A chaque virage je manque de tomber et je sens mon genou qui veut se faire la malle… Cool. Et comme les gosses impatients je demande sans cesse : « c’est encore loin ? » Enfin à 15 heures l’hôpital : je demande vite un calmant : malgré 2 piqûres de morphine la douleur ne passe pas : il faudra attendre un autre cocktail pour me soulager un peu, du moins assez pour enlever le pantalon de moto et vérifier qu’il n’y a pas de fractures ouvertes. Puis direction la radio. Il n’y a que le genou qui a morflé, mais bien. A 18 heures, comme la douleur ne passe toujours pas et ne diminue pas non plus, l’anesthésiste me fait un bloc.
Pour info : Les blocs nerveux périphériques se réalisent en injectant des médicaments (anesthésiques locaux) à proximité des nerfs responsables de la région à opérer. Pour rechercher ces nerfs, on utilise un neurostimulateur,
raccordé à l’aiguille d’injection. Il permet d’envoyer de faibles impulsions électriques. Ces impulsions stimulant les nerfs à anesthésier, déclenchent des contractions musculaires involontaires qui permettent au médecin de repérer chacun des nerfs. La stimulation nerveuse provoque une impression inhabituelle puisque la partie stimulée bouge sans que vous le vouliez. Puis, après 5-10 minutes, la zone à opérer présente des «fourmillements», devient lourde et progressivement insensible. Voila vous serez moins incultes maintenant.

Il faut reconnaitre que c’est d’une incroyable efficacité et enfin plus de douleur : quel pied. Mais alors qu’on soulève ma jambe, je pousse un hurlement : le genou quitte son emplacement et coule sous ma jambe, un peu comme si celle-ci était montée à l’envers : à nouveau blocs pour anesthésier l’arrière de la jambe. Puis anesthésie générale pour réaligner tout ceci et maintenir l’articulation dans un plâtre. Le chirurgien vient me voir avec un air grave et me dit que ma blessure est très grave et que je m’en sortirai avec des séquelles. Heureusement les vaisseaux ne sont pas touchés : sur le coup ça ne me parle pas, je ne comprends pas l’importance de cette information. Maintenant je sais (et heureusement je l’ai appris bien après mon opération), si les vaisseaux avaient été touchés, je perdais ma jambe : tout ça pour une chutounette à faible allure.

Après une semaine passée à St Flour, et au vue des résultats de l’IRM, je regagne enfin ma Franche-Comté : les lésions sont graves, il faut un spécialiste du genou pour réparer tout ça.
Attention, voilà une vraie liste à la Prévert :
Rupture complète du ligament croisé antérieur.
Rupture complète du ligament croisé postérieur.
Rupture complète des ligaments latéraux.
Rupture du ménisque interne dans sa partie moyenne et antérieure avec désinsertion capsulo-méniscale.
Rupture du tendon rotulien.
Aspect hétérogène relativement détendu du tendon quadricipital évoquant une rupture partielle.
Sub-luxation externe de la rotule.
Désaxation fémoro-tibiale.
Fracture de la tête du péroné.
Fracture arrachement postérieur du condyle fémoral externe.



J’arrive donc à la clinique St Vincent, antre du Dr Bertin, renommé auprès des sportifs de haut niveau. L’affaire lui parait délicate, et il décide d’évoquer mon cas avec son associé : quand 2 grands spécialistes du genou se grattent la tête en se demandant comment ils doivent intervenir, ça n’a rien de rassurant ; même si le temps de la réflexion est une grande marque d’intelligence, car ils ne veulent pas faire tout et n’importe quoi, cette difficulté est plutôt stressante. Enfin après plusieurs jours d’analyse et de concertation, l’opération est programmée : elle durera 2 heures : on me remet 2 ligaments.
3 jours plus tard, je marche avec des béquilles soit, mais en prenant appui sur ma jambe blessée : je monte et descends les escaliers sans problème, je peux rentrer à la maison. 45 jours d’immobilité (extension) pour ma jambe et après kiné pour apprendre à plier le genou et marcher normalement.
Le soulagement dont a fait preuve le chirurgien après l’intervention qu’il a jugée réussie, ainsi que ses propos moins pessimistes quand à mes séquelles m’ont redonné la pêche, et j’ai grande confiance quand à l’avenir, même si la douleur est toujours à mes côtés.

Et je vous le dit, si Dieu m’accompagne encore dans ma convalescence et me permets de remonter sur une moto sans appréhension, on retournera le voir ce chemin de malheur, et il m’entendra, foi de Cathy.

Merci à tous pour vos encouragements et votre soutien.

Et si je peux me permettre un dernier conseil : roulez équipés. Mon équipement ne m’a pas protégé d’une luxation du genou, mais je n’ai eu aucune égratignure. Si j’avais été en jean, ma peau aurait été brulée et l’intervention n’aurait pas pu avoir lieu avant complète guérison. Et rester avec un genou en vrac qui se « promène » dans un plâtre pendant une semaine c’est déjà très long et très douloureux, alors attendre encore plus…



Répondre Citer Alerter un modérateur
Re: CR : Mon lièvre boiteux 2009
Ajouter en ami gren@dine rms avatar   13-06-2009 17:24
Je vois que tu n'as pas perdu ton humour, et ta vision positive des choses , bon courage pour "ta remise en état", et ta rééducation. sourire


ps: si Drez n'existait pas faudrait l'inventer , loll j'aime



Répondre Citer Alerter un modérateur
Re: CR : Mon lièvre boiteux 2009
Ajouter en ami Cathydu25   13-06-2009 17:25
Tout à fait d'accord avec toi en ce qui concerne Drez clin d'oeil



Répondre Citer Alerter un modérateur
Re: CR : Mon lièvre boiteux 2009
Ajouter en ami pat 13   13-06-2009 17:45
bravo Cathy pour ton CR je voie qu'il t'en faut plus pour te faire perdre ton humour.par contre d'après ta description tu t'est pas loupé tu me dira du temps que tu y étais autan le faire bien .maintenant force pas laisse faire le temps ne court-circuite pas les étapes même si tu sent que sa vas bien chaise longue et repos c'est le secret .dans un an tu sera juste rétablie et l'on remettra ça au même endroit et sans tombé cette fois ci clin d'oeil
comme médicament du drez matin midi et soir sa bonne humeur et ses gaffes sa peut pas faire de mal super content
très bon rétablissementgros bisous
Répondre Citer Alerter un modérateur
Re: CR : Mon lièvre boiteux 2009
Ajouter en ami DD07 avatar   14-06-2009 00:04
Chouette CR... quand tu fais quelque chose, tu y vas de tout ton coeur ! timide

Bon, le moral est là et tu es chez toi : c'est l'essentiel. Alors repose-toi bien et profites-en pour te faire dorloter par Jackol. clin d'oeil



Répondre Citer Alerter un modérateur
Re: CR : Mon lièvre boiteux 2009
Ajouter en ami Cathydu25   14-06-2009 08:46
pas de soucis les garçons, j'ai un bon infirmier à la maison...

Pat : Drez à demeure, est-ce bien raisonnable.question

DD : je n'ai jamais fait les choses à moitié, je ne vais pas commencer maintenant. Quand on fait quleque chose on le fait bien, sinon, pas la peine de le faire clin d'oeil



Répondre Citer Alerter un modérateur
Re: CR : Mon lièvre boiteux 2009
Ajouter en ami Cath avatar   14-06-2009 18:45
Bon, ben maintenant, dans l'ordre, y'a :
- Te rétablir
- Te rétablir
- Te rétablir
- et être sur pied pour le prochain Lièvre où on retournera tous dans ce fameux virage qu'on prendra à fond les ballons en lui faisant un immense tire la langue

Bon courage ma grande !


PS : C'est vrai que si Drez existait pas.... clin d'oeil clin d'oeil clin d'oeil clin d'oeil



Répondre Citer Alerter un modérateur
Re: CR : Mon lièvre boiteux 2009
Ajouter en ami blanco   15-06-2009 18:54
salut
content d'avoir des news fraiches et de constater que tu as la pêche clin d'oeil

tu n'as plus qu'a prendre ton mal (ou ton mâle comme tu veux) en patience et profiter du temps devant toi pour "buller".
@+

Répondre Citer Alerter un modérateur
Re: CR : Mon lièvre boiteux 2009
Ajouter en ami div19 avatar   15-06-2009 20:33
Merci pour ce bon moment de lecture, et bien content pour toi de te savoir dans tes murs.

A plus tard.



Répondre Citer Alerter un modérateur
Re: CR : Mon lièvre boiteux 2009
Ajouter en ami TAHITI40000 avatar   15-06-2009 20:33
et bien quel CR pipeau

Bon rétablissement et patience alors...

gros bisous



Répondre Citer Alerter un modérateur
Re: CR : Mon lièvre boiteux 2009
Ajouter en ami philfj   17-06-2009 13:47
Bisous, Cathy, et bienheureux que tu sois rentrée chez toi. Ecoute bien les médecins et les kinés, et garde courage !!



Répondre Citer Alerter un modérateur
Re: CR : Mon lièvre boiteux 2009
Ajouter en ami Cathydu25   17-06-2009 14:00
je pense que tu parles par expérience. super content Salut Phil, contente de te lire



Répondre Citer Alerter un modérateur
Re: CR : Mon lièvre boiteux 2009
Ajouter en ami Helene Val D'Oise   20-06-2009 17:11
Impressionnant ton CR. Bon rétablissement et garde cette pêche épatante.

Bisous.

Répondre Citer Alerter un modérateur
Re: CR : Mon lièvre boiteux 2009
Ajouter en ami Lapin avatar   25-06-2009 17:58
Un peu en retard, mais je n'étais pas très présents sur le repaire ses derniers temps, Cathy je te souhaite un bon rétablissement.

Un petit cadeaux pour toi

rm5b.gif


même si tu n'as pas vu la fin tu as eu la chance de pouvoir participer au lièvre 2009 clin d'oeil

Plein de gros bisous et j'espère à l'année prochaine.



Répondre Citer Alerter un modérateur
Re: CR : Mon lièvre boiteux 2009
Ajouter en ami Cathydu25   26-06-2009 20:55
merci pour le cadeau, ça me fait super plaisir... gros bisous



Répondre Citer Alerter un modérateur

Discussion précédente Discussion précédente Discussion suivante Discussion suivante

 

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des messages dans ce forum. Facebook

Cliquez ici pour vous connecter

Suzuki