english

Histoire de motardes

2 FRMistes au soleil

Vie de motard(e)s - témoignage... et APPEL DE PHARE...

Rendez-vous était pris pour la sortie des 2 plus belles motos du sud : CB 500 et ZZR rouges.

Remarquez tout de suite que nous avions fait ça bien : grosses pluies lundi, mardi, la douche encore le soir et mercredi, éclaircies annoncées. On a bien eu quelques gouttes mais la balade s'est finie sous ce ciel de traîne, où les nuages se déchirent donnant une luminosité extraordinaire. La jeune Miss ne connaît pas la région, où l'emmener pour concilier balade de l'après-midi, peur de la fatigue et donc risque de retour rapide et un vent incroyable qui a donné 2 fois l'impression que ZZR se soulevait ? Aniane, on verra après.

Phrases habituelles : je roule à ma vitesse, tu vas être obligée de m'attendre, ça va t'ennuyer etc... Meunon ! Comme je l'ai écrit une fois, on est toujours le 20 à l'heure de quelqu'un et moi aussi, il faut que je retrouve ma moto. A peine parties, le plein.
- C'est pour quelle moto ?
- La rouge, répond-elle ! Mouarffff ! Bien partie, la journée !
C'est bien une réponse de fille, j'aurais fait la même sauf que, c'est laquelle, la rouge ?

Un premier fou rire plus tard, nous voilà sur la route. Elle ne connaît même pas les noms dont je parle. Je décide donc de passer devant pour la mettre sur la route mais j'aimerais bien qu'elle ouvre pour voir comment elle conduit. Finalement, elle aime bien être en deuxième -j'en connais d'autres :)) et je reste donc devant, l'oeil perpétuellement dans les rétros pour m'assurer que je ne vais pas trop vite. Parfois, c'est bon, parfois je l'attends pour la relancer dans les virages. Ca, je connais aussi quand le lièvre devant est parti trop vite et que l'on n'a plus l'indication des trajectoires ou du rayon du virage. Arrêts réguliers pour savoir si ça va. Vu la mine explosée de sourire, pas la peine de demander en fait !
- Pas fatiguée ?
- Nannan.
- On continue alors.

Nous voilà sur ces routes plus ou moins viroleuses vers Aniane sans personne. Benvi, un mercredi après-midi de février, fort peu de touristes ! Quel plaisir de rouler tranquilles sur ces routes, vérifier que les mimosas sont en fleurs, qu'elle suit bien derrière. Beaucoup, beaucoup de vent, l'impression que ZZR se soulève deux fois, des branchages sur les routes. Je lui montre ce petit panneau rikiki à l'arrivée sur Aniane indiquant des virages. On en sort des virages, trop peu de motards font attention à ce virage et c'est le lieu de pas mal de tout droits. Aniane, ville morte ! Ce café rendez-vous des motards et parking toujours plein de motos, personne mais elle tient sacrément le coup ! Nanan, pas d'arrêt, on peut continuer. Soit ! On va passer par St Guilhem le Désert. Personne encore au Pont de l'Héraut. Arfff ! Elle est habituée aux Gorges de l'Ardèche et les gorges ici semblent bien petites ! Oui, d'accord, mais tu vas voir le reste ! Un régal de longer les Gorges sans personne. Je lui impose quand même la pause à St Guilhem, d'une part parce qu'elle ne connaît pas, d'autre part parce qu'il y a le retour à faire. Imaginez, ceux qui connaissent, seule la crêperie d'ouverte, tout fermé, à peine quelques touristes, juste 2 grands-pères assis sur le banc au soleil. Un petit tour dans la ville sans presque personne qu'un petit chat, sans fleurs dans un calme impressionnant. Le temps d'un bon chocolat chaud et nous voilà reparties.

Petite discussion sur nos problèmes mécaniques éventuels si un jour..."et qu'est-ce que je fais si je crève" où je peux crâner maintenant ! J'ai donné il y a 15 jours, un portable toujours en état de marche, j'ai vu faire et je peux donc lui expliquer !

Nous voilà reparties dans les Gorges de l'Hérault, d'un bleu vert magnifique, pratiquement personne, quel bol de liberté ! S'appliquer pour qu'elle suive, craindre ces 2 ou 3 virages serrés à droite souvent pleins de graviers, cette ligne droite où je me retrouve "éjectée" de la selle -c'est là que le SV avait failli s'envoler dans un louvoyage / guidonnage impressionnant. Ca va toujours dit-elle dans un sourire qui lui prend tous les yeux, on prend quand même la route qui coupe par Causse de la Selle, plus (+) de virages mais moins de kilomètres que passer par Ganges et j'ai un peu peur du vent démentiel sur la grande nationale ouverte. Je n'ai pas pu lui demander à ce moment-là, mais elle n'a pas intérêt à dire que passer le pont et déboucher sur ce petit lac est ridicule comparé à l'Ardèche :)) Saint Martin de Londres. Ben, ils sont où tous les motards agglutinés normalement à ce café ? Où sont les tables et les chaises ?

Rien, tout le monde calfeutré, ah bon, ce doit être l'hiver, alors ! Option tout droit, facile ou un peu plus long en passant par Saint Martin de Londres, une jolie petite route pleine de virages dans cette forêt de pins, 2 épingles au pied du Pic Saint Loup. Ben, toute gaillarde et la banane totale sous le casque, elle choisit l'option la plus longue ! Argggh ! Ca commence mal ! L'habitude d'aller tout droit, travaux annoncés, reflets du soleil, bref, on se retrouve dans un virage à gauche, plein de vous savez ce qui fait kilng kling sur la moto et une petite rigole. Pfffft ! Les pros ! Facile ! Et nous voilà sur cette petite route sinueuse à voler des moments de plaisir en pleine après-midi de milieu de semaine.

Retour,
il fait un peu frais maintenant mais nous étions les deux ravies. Elle d'avoir conduit longtemps -elle a une poignée d' embrayage très dure -, d'avoir découvert de jolis coins de la région. Moi, d'avoir pu reprendre ma moto sur les petites routes derrière.

A bientôt, miss FRM !

V My Dreamy

Vous avez aussi une aventure à raconter ? Ecrivez la moi et je la publierai :-)

ByMyCar