english

Histoire de motarde

Telefonica Dakar Part 2

Vie de motard(e)s - témoignage... et APPEL DE PHARE...

Départ pour être à Marseille vers 14/14h30 et voir le début du prologue.
Fifille ne veut pas se réveiller, tant pis.
Je pensais que les gens beurrés ne seraient pas au volant, ben, raté. Sur le petit pont en sortant de chez moi, je me suis retrouvée nez à nez avec une voiture qui arrivait dans le virage sans visibilité et où on peut à peine se croiser à une vitesse à laquelle j'ai bien cru qu'elle ne s'arrêtait pas...
Traversée de la ville, feux. Le passager de la voiture à côté sort par la fenêtre pour me dire " Qu'est-ce qu'elle est belle votre moto !" Yeaaaaaaaah ! Dès le 1° jour de l'année, comment il sait, hein ? :-)))))))))
Faudra que je vérifie, il y a peut-être marqué "kéké" à l'arrière de ma veste :-))
Sinon, rien sur la route, il n'y a plus le soleil d'hier, 3° fois que je fais de ma moto au quotidien dans cette plaine aux raffineries -sûr, c'est nécessaire :-)).
Euh... 2° fois : et la carte et le plan ? :-)))). Allez, on refera le grand tour :-))
Cette fois-ci, beaucoup beaucoup de monde à Marseille et près du Parc. Cela devient nettement plus difficile de se garer, des fourmis plein le trottoir, les motos qui arrivent en masse et qui, contrairement à hier, mettent cadenas, chaînes accrochés au poteaux. Assure où tu peux et pars l'esprit tranquille, on ne la touchera pas et on ne la fera pas tomber....
Pourquoi une telle animation ? C'est le départ des voitures d'assistance. De dessous, on dirait des camions tellement elles sont hautes ! Klaxons, hurlements, qu'est-ce qu'ils doivent vivre, les gens dedans !!! Très très difficile de se frayer un chemin pour rentrer, les 75 000 invitations ont été distribuées. Et si tu es revenue pour ne rien voir, rase motte comme tu es ? Je croyais que je serais toute seule :-)))
Direction, la piste. Euh... veux être au premier rang, moi, mais pourquoi tout le monde s'est dit pareil ? :-))
J'assure une éclaircie avec un père et ses deux jeunes enfants : sûr, les gamins vont se lasser et vont faire une comédie pour partir. Ca ne rate pas et me voilà aux premières loges. J'aurais pu aller à la fin du parcours voir la dune mébon, une bonne place, il vaut mieux la garder.
Piste parallèle qui donnera le départ du rallye sur un parcours chronométré plus qu'accidenté de 1km2.
Quelques animations d'abord : la voiture au réacteur d'avion n'aura pas le droit de rouler (ah bon ? Nouveau depuis hier), juste le moteur en marche.
D'où je suis, je ne vois pas grand chose à part cette énorme fumée et de flammes gigantesques, mébon, si elle ne roule pas... Des danseuses of course, un présentateur, bref, des intermèdes bien de chez nous :-))
Démonstration de quads -que je n'avais encore jamais vus rouler. Le temps que les pilotes se chauffent un peu, on a eu droit à des sauts plus fantastiques les uns que les autres, les épingles prises sur 2 roues avec une main en l'air et je ne suis qu'au début de mes surprises !!! Démonstration de jeunes pilotes, le plus jeune devant avoir, je ne sais pas, 4 /5 ans. J'ai mal pour leurs articulations sur les bosses mais eux s'en donnent à coeur joie ! Quant aux épingles prises à fond, en dérapage et pied en avant, chapeau ! Après la série de bosses, il y a donc ce grand creux. Un des plus jeunes, freins toutes, se demande s'il va y aller et gaaaaz. Le plus petit bout de chou, freins toutes aussi mais lui fait signe "non, j'y vais pas". Le trou est largement plus haut que lui ! Son entraîneur viendra le rassurer, lui montrer le chemin, il y plonge... et je ne l'ai plus jamais revu freiner :-))
Les pilotes viennent reconnaître le tracé, dont Ari Vatenen qui distribue des autographes en même temps, impressionnant de calme et de sourires.
17h, ayé, le départ est donné en commençant par les quads et dans l'ordre inverse du classement des motos, 184 inscrits. La nuit tombera très vite.
J'ai bien sûr peur de dire un nom pour l'autre mais le présentateur disait pour chacun d'eux un trait marquant : le premier Dakar ou au contraire, le 20 °, le pilote plus petit que sa moto qui doit en descendre à l'arrêt pour la tenir, les pilotes déguisés en Père Noël ou poulets -car subventionnés :-)), celui qui a sa moto toute écologique. En attendant, sur la piste, c'est la folie ! Des sauts d'une longueur époustouflante avant la chicane et juste devant moi un saut suivi de ce creux qui est devenu une piscine en fait ! Plus les candidats défilent, meilleurs ils sont au classement et ce saut devient de plus en plus long. Au début, quelques hésitations avant la plongée, un ou deux calages et ceux de la fin, pffft, même plus ils hésitaient, leur saut les faisait atterrir juste au début de la piscine ou même dans la piscine et ils continuaient toujours aussi fort. Visiblement, il y a aussi beaucoup d'animation près de la dune mais je tiens à assurer ma bonne place avec la première chicane après le départ, la série de sauts, l'épingle, le saut et la piscine. Ils ont visiblement des problèmes de chronométrage mais nous, de près, pas besoin de nous dire qu'ils vont de plus en plus vite, de plus en plus assurés. Evidemment, vu les champions, hein :-)). On dirait des fous volants avec une carrure impressionnante, debouts sur leur monture et dire qu'ils sont partis pour 8500 km comme ça ! Leitmotiv du présentateur "il a le sourire", ben, on peut comprendre !!! Inutile de dire l'agitation, les hurlements à partir des 40 derniers candidats et de pire en pire jusqu'aux premiers.
Suis un peu saoûle, môa, de bruits, d'odeurs, de cascades :-)). La jeune femme à côté fait de plus en plus suer son mari pour partir, il lui promet que c'est bientôt la fin ! Les voitures partent par contre dans l'ordre des meilleurs. Bonne idée pour le public ! On est debout depuis près de 5h, il ne fait plus très très chaud et il y a la route pour rentrer ! Inutile de dire encore les ovations pour les premiers dont Masuoka Hiroshi qui dira juste avec son accent "Bonne Année, je vais gagner", petite présentation des personnages, des voitures - enfin, des engins à 4 roues- et place aux meilleurs. Meilleurs ? Champions du monde x fois, gagnants x fois en passant par des noms que je connais comme Vatenen ou Peterhansel. Ben, ils ont la place de passer !!! Et de sauter !!! Trop difficile de dire ça en mots ! Ils donnent l'impression de se jouer des épingles, des sauts, de la piscine et les matchs sont serrés puisque les temps de ce prologue comptent.
Jamais je n'avais assisté à ce genre de spectacle et je regrette bien que fiston n'ait pas pu venir.
Il y aurait encore beaucoup à voir, mébon, assurer la rentrée avant qu'il ne soit trop tard.
L'agitation continue : les gens attendent tout du long du chemin, se communiquant par téléphone les arrivées suivantes ! C'est idiot, mais ça fait quelque chose de doubler une voiture de l'assistance. Il y a encore des animations à Salon de Provence mais vu l'heure, j'ai décidé de rentrer et d'assurer par l'autoroute où passeront les voitures de l'assistance d'ailleurs. Arrêt au péage, vite rejointe par un Tiger qui revient de Salon.
- Il fait froid maintenant ! Ben, hier, j'avais eu froid mais là, je m'étais protégée avec du journal -merci FRM-, super efficace.
- Je ne connais pas Marseille, j'ai eu peur de m'y aventurer.
Mouarfff ! La lopette !!!! Même moi, j'en suis pas morte, hein, et ce spectacle, trop trop heureuse de l'avoir vu ! Il me rappelle que la caravane passe par Nîmes, Montpellier et la 113.
Tiens, c'est bien la seule fois où j'irai faire un petit tour juste pour le plaisir :-))
Là aussi, foule dans les ronds-points et tout le long de la route. Merci, merci de m'applaudir quand je passe, sissi, j'apprécie et je comprends :-)))
Fiston, ils passent à 20 mètres de chez toi, c'est le début des motos, débrouille-toi, va voir ! C'est impressionnant de voir ces machines sur route, les imaginer sur le sable et entendre leur moteur ! Il est l'heure de rentrer tout de même. Je me retrouve au milieu d'une dizaine de motos et quads. Je gêne, je ne gêne pas mais j'y peux rien, hein, c'est ma route pour rentrer :-)) C'est marrant, quand on les croise, il font un grand signe mais en parallèle, aux feux, là, pas un signe. Ils sont fiers comme Artaban, perchés sur leurs trucs avec un tableau de bord qui n'en finit plus !
Voilà.
Encore une belle journée à vivre et des mots et des noms qui maintenant amèneront une image.

V My Dreamy

Vous avez aussi une aventure à raconter ? Ecrivez la moi et je la publierai :-)