english
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube Voyage

Le permis moto : le 15e cours

vu par Sandrine

La motarde : SandrineJe suis stressée dès que je pense à l'exercice de freinage.

Mes neurones ont beau me répéter le même slogan « serrer fort le frein avant puis relâcher ensuite », j'ai peur de paniquer sur le circuit.

Mais, je suis un peu rassurée lorsque je retrouve Vincent et que je constate la présence de seulement deux autres élèves.

On va pouvoir s'occuper de moi ! et je vais pouvoir faire de nombreux exercices sans trop d'attente entre les passages.

Vincent nous laisse libre de faire notre échauffement.

Pour me mettre en jambe et me rassurer, je commence par le lent. Ce n'est pas trop mal. Je commence à pouvoir passer mes plots de façon plus souple. Mon regard anticipe mieux et j'arrive à faire le contrepoids en me déhanchant et en appuyant sur le câle pied intérieur du virage.

Permis moto : cours n°15Un peu échauffée, je pars tranquillement sur le rapide et commence l'exercice sur lequel je suis le plus en confiance : le rétrogradage. Je suis en confiance sur mon slalom et mon demi-tour. A l'arrivée, le rétrogradage est correct « 3ème, 2ème et arrêt avant la ligne fatale ».

Je n'ose pas passer à l'exercice du freinage d'autant plus que Vincent n'est pas encore présent. Alors j'enchaîne les mêmes exercices. J'essaye tout de même le circuit avec demi-tour à droite et un léger freinage (pas d'urgence !).

Je commence à trouver le temps long avant de voir Vincent arriver pour me corriger.

Et là, cela va être notre fête !

« Qu'avez vous fait comme exercice ? »
« Ben, le lent et le rétrogradage ».
« c'est tout !? Cet exercice était une simulation de l'échauffement que vous pourrez effectuer avant votre passage le jour du permis. Vous aurez peu de temps, donc, priorité au plus dur : le freinage ».

Permis moto : cours n°15Passons aux choses sérieuses.

Je réalise mon premier exercice de freinage et mes bras ne suivent pas ce que mes neurones leur disent: « freiner fort puis relâcher ». Je continue à freiner progressivement et donc à bloquer ma roue ».

Ce qui me sauve ? Ma bonne tenue de la moto et mes bras tendus (j'y ai pensé).

Le freinage est vraiment « traumatisant » : j'ai peur de prendre à fond les freins lorsque je roule « vite ». J'estime qu'à cette vitesse, je vais bloquer ma roue alors que c'est le contraire. A vitesse élevée, je ne crains rien (soit disant).
Je voudrai avoir une simulation en jeu vidéo !

Je repars pour un tour et le résultat est le même : blocage de la roue et de Sandrine.

Permis moto : cours n°15Et là, David me pose une question cruciale « utilises-tu ton frein arrière ? »
Et ma réponse est vague… En fait, je n'en ai pas le réflexe (encore un défaut de conductrice auto : il n'y a qu'un frein) et je n'aime pas déplacer mon pied droit.

Il le faut pourtant.

Je me concentre donc sur ce frein lors de mes passages suivants et le résultat est visible.

Je n'ai pas autant besoin de serrer le frein avant pour m'arrêter et donc la roue ne se bloque pas. Finalement, cela a l'air pas mal…

Les exercices s'enchaînent et le temps passe, entrecoupé de passages derrière Vincent afin de ressentir passages de vitesse, rythme, retour et freinage...

Le cours va se terminer et je ne maîtrise toujours pas ce freinage. Quant à l'évitement, je ne l'ai pas encore découvert, c'est dramatique ! Y arriverai-je un jour ?

Suite au prochain cours...

Sommaire                    
Cours > [1] [2] [3] [4] [5] [6] [7] [8] [9] [10]
[11] [12] [13] [14] [15] [16] [17] [18]
Vu par l'élève > [1] [2] [3] [4] [5] [6] [7] [8] [9] [10]
[11] [12] [13] [14] [15] [16] [17] [18] [19] [20]
  [21] [22] [23] [24] [25]