english
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube Voyage

Le permis moto

Cours n°6 : Changement de... moniteur

Jeudi soir, 19h !

Permis moto : cours n°6Un moniteur salue Sandrine à son arrivé : "Bonjour, moi c'est André. On se vouvoie ou on se tutoie ?"

Ce ne sera donc pas Vincent qui donnera le cours ce soir là, mais un "vieux de la vieille", un moniteur qui est chez Monneret depuis plus de huit ans.

Premier réel cours pris en 600... Sandrine enjambe donc la Diversion et suit les deux autres élèves pour s'échauffer sur le rapide, tandis que le moniteur reste aider les élèves sur le lent.

Pendant trois quart d'heure, les élèves du rapide vont donc enchaîner les aller-retour, tantôt uniquement sur le rapide, tantôt en faisant le tour de la piste sur un mini-lent, tandis que la nuit commence à tomber. Eh oui, à la mi-septembre, le jour décline vite...

Le cours vu par Sandrine
L'embrayage accompagne le freinage mais ne sert pas à freiner. C'est la technique du « crac, beuh » du nouveau moniteur.
A suivre...

Sandrine s'arrête quelques temps pour lancer : "C'est beaucoup plus nerveux que la 125 ! En première, j'ai l'impression de partir trop fort à chaque fois que je relâche l'embrayage". Je lui réponds simplement de ne pas relacher l'embrayage d'un coup mais d'accompagner le relachement. Sandrine repart... et cette fois-ci, çà roule facilement !

Le moniteur arrive enfin après avoir passé plus de temps que prévu avec les deux élèves du lent.

Permis moto : cours n°6"Bon, on reprend tout!. Exercice du rétrogradage... On part à droite, demi-tour au bout, on revient, on sort au 3e cône, et à la ligne, on rétrograde en deuxième, puis en première... on s'arrête à la ligne marquée au sol C3".

Cette fois-ci surveillée, Sandrine reprend donc le circuit... et dès le premier passage, les explications pleuvent : "tu freines d'abord, tu rétrogrades ensuite, tu ne dois pas relâcher l'embrayage violemment comme tu le fais". Et là, sort LA phrase qu'André aime à répéter jusqu'à ce que l'élève enregistre "Je rétrograde parce que j'ai freiné et non pas pour freiner". Sandrine repart...

Au troisième passage, André arrête l'élève à nouveau : "Le but du rétrogradage, c'est de neutraliser la moto. Tu poses deux doigts sur le frein... ton moteur doit faire clac-beuuuu, CLAC-BEUUU... c'est le frein moteur. Là, tu fais du rodéo ! Tu prends les freins et l'embrayage en même temps et tu relaches en même temps, tu vois que cela ne suffit pas... et tu reprends tout en même temps. Du coup, la suspension descend, remonte, descend remonte, alors que cela ne doit pas être le cas. Tu dois garder les doigts sur le frein tandis que tu rétrogrades au fur et à mesure. C'est comme le piano; au début on a du mal à dissocier la main gauche et la main droite. Ici, c'est pareil."

Permis moto : cours n°6Sandrine repart à nouveau et au fur et à mesure des aller-retour commence à prendre le plis de cette dissociation d'une part et du lâcher progressif de l'embrayage.

Les remarques suivantes vont surtout intervenir sur l'exercice du rétrogradage lui-même :"On ne déccélère pas avant les deux cônes, tu dois être sur ta lancée, sans toucher non plus au frein". Et les tours s'enchaînent. La nuit est désormais tombée et les projecteurs éclairent la piste d'une lumière jaune.

Alors que vers 20h30, Sandrine attend une minute que l'élève précédant réalise également son passage, André la regarde et lui lance "Tu es fatiguée là, je le vois dans tes yeux. Il va être temps de passer au lent".

Le rapide va donc se terminer... pour passer sur le lent. Le poids de la Diversion semble ne pas gêner alors qu'il s'agit réellement de la première fois que le lent est réalisé au guidon de la 600. Mais les automatismes et la technique sont apparemment enregistrés : regard bien placé, anticipation du prochain cône, jambes serrées... Le circuit se réalise donc sans aucune difficulté, et sans toucher un seul plot au sol, contrairement aux autres élèves. La différence majeure dans la réalisation sans erreur ? le regard ! toujours le regard ! Ici, le gabarit intervient très peu.

Il est presque l'heure et Sandrine, fatiguée, souhaite arrêter. Je lui propose alors simplement de refaire un tour, afin que je puisse prendre une dernière photo. Mal m'en a pris ! C'était sans compter la fatigue de l'élève, et au cône suivant, les jambes ont un peu moins serré la moto, le regard s'est perdu dans le ciel, et le tout est tombé au sol... sans bobo heureusement. On remonte la moto à deux... et on la range dans la hangard.

Permis moto : cours n°6Pour ce soir, ce sera tout ! L'élève enlève enfin son casque, épuisée, exténuée mais heureuse ! Heureuse, car l'appréhension du poids et du gabarit de la moto lui faisait redouter le passage au guidon de la 600. Mais elle vient de prendre conscience qu'en fait, c'était même plus facile au guidon de la 600, notamment sur le rapide. Quant au lent, finalement, il fallait surtout bien serrer la moto.

Suite au prochain cours...

Sommaire                    
Cours > [1] [2] [3] [4] [5] [6] [7] [8] [9] [10]
[11] [12] [13] [14] [15] [16] [17] [18]
Vu par l'élève > [1] [2] [3] [4] [5] [6] [7] [8] [9] [10]
[11] [12] [13] [14] [15] [16] [17] [18] [19] [20]
  [21] [22] [23] [24] [25]