Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube Voyage

Préparation au voyage

Quelles contrôles et vérifications technique avant le départ

Les beaux jours approchent (si, si!) et voici venu le temps de vous évader sur votre fier destrier. Mais pour ne pas gâcher la fête à cause d'un petit détail idiot, prenons le temps d'une visite de contrôle afin de partir en toute sérénité.

Que l'on utilise sa moto régulièrement ou non, les grands trajets demandent toujours une préparation spécifique, car les conditions de roulage sont très différentes du quotidien. Un moteur qui chauffe, ou qui consomme un peu d'huile, un kit chaîne ou des pneus usés, voire dégonflés (les pneus, pas la chaîne!) peuvent avoir de graves conséquences après une journée complète de roulage avec armes et bagages. Votre sécurité, mais aussi votre plaisir ne seront que renforcés par ces quelques contrôles simples.

Trousse à outil de la préparation au voyage

Pneus

Le niveau d'usure maximum est atteint quand les sculptures font moins de 1 mm de profondeur (contre 1,6 mm en voiture). En règle générale, les pneus s'usent plus rapidement sous l'effet cumulé de la charge et des hautes vitesses. Donc ne surestimez pas votre capital restant. En fonction du kilométrage que vous allez parcourir et de la proximité des témoins d'usure, évaluez si vous devez changer vos enveloppes avant votre départ.

Les témoins sont visibles entre les sculptures et repérés sur le flanc du pneu par des sigles « TWI ». Il est toujours plus facile (et souvent plus économique) de le faire chez son concessionnaire, plutôt que quand on a le couteau sous la gorge... ou l'injonction des gendarmes ! Particulièrement si vous avez un modèle avec des dimensions spécifiques (moto ancienne, Ducati Diavel, roues de 16, etc). Pour ce qui concerne le comportement d'un pneu usé, sur route sèche, la différence n'est guère sensible, sauf usure « au carré ». Sur route mouillée (ou sur circuit), elle l'est beaucoup plus.

Vérification du témoin d'usure du pneu

Le B-A BA, consiste bien sûr à vérifier la pression et à l'adapter à la charge présente sur la moto (solo, duo, bagages)... en utilisant un bon manomètre de pression ! Ceux des stations services ne sont malheureusement pas les meilleurs, loin s'en faut. Les spécialistes du pneu auto sont beaucoup plus attentifs à l'étalonnage, qu'ils vérifient régulièrement!

Contrôle de pression du pneu : 2.5 à l'avant, 2.9 à l'arrière ?

Transmission

Contrôlez l'état d'usure du kit chaîne, en prenant la chaîne entre vos doigts au niveau de la couronne et en la tirant vers l'extérieur. Normalement, elle ne doit pas laisser entrevoir plus d'une demi dent. Les dents ne doivent pas être pointues et encore moins « couchées ».

Nettoyez votre chaîne et lubrifiez consciencieusement les zones névralgiques. (voir « entretenir son kit chaîne »). Ensuite, ajustez la tension en fonction des indications fournies par le constructeur. Surtout pas de chaîne trop tendue, particulièrement si vous roulez en duo. Le risque c'est d'user prématurément le kit chaîne et les roulements (sortie de boîte et amortisseur de transmission), voire de les briser.

Vérification de la tension de la chaîne

Emportez avec vous de quoi lubrifier votre chaîne si vous parcourez un fort kilométrage. Contrôlez aussi le jeu dans l'amortisseur de transmission, en le faisant pivoter autour de son axe (caoutchoucs usés). Faites le aussi osciller latéralement, vous détecterez ainsi des roulements hors service.

Si votre moto possède une courroie, inspectez la minutieusement. Son pire ennemi ce sont les graviers qui passent entre elle et la couronne. Enlevez tout corps étranger présent à l'intérieur de la courroie. Enfin, respectez impérativement la périodicité de remplacement, car à défaut, elle peut casser sans prévenir.

Pour une moto à transmission par arbre, surveillez le niveau d'huile dans le pont arrière, les traces de fuite, l'état du soufflet au niveau de l'axe de bras oscillant et la date de la dernière vidange.

Roues

Vérifiez qu'elles tournent librement et sans jeu. Les roulements de roues sont les premières victimes des nettoyeurs haute pression. Si votre moto est équipée de roues à rayons, faîtes les « tinter » avec une clé, vous aurez ainsi l'assurance d'une tension uniforme. Là encore l'effet de la charge et de la vitesse sur une roue mal rayonnée est dévastateur. Ça se termine en voile de la roue, voire en rayon qui casse et rentre dans la chambre à air, avec les conséquences que l'on imagine. Veillez aussi à ce que les plombs d'équilibrages soient encore solidement fixés. Si ce n'est pas le cas, un morceau de scotch américain par dessus les plombs autocollants constitue une bonne assurance, même si ce n'est pas très esthétique.

Contrôle des roues à rayons

Freins

Continuons les aspects sécurité avec un petit coup d’œil au niveau de l'usure des plaquettes et à l'épaisseur des disques. Vont-ils durer tout le voyage ? Pensez qu'en duo on sollicite beaucoup le frein arrière et qu'il va donc s'user plus vite que la normale.

Contrôle d'usure des plaquettes de freins

Quid du niveau et de l'âge du liquide de frein ? Le niveau baisse au fil de l'usure des plaquettes, c'est normal. Donc il n'est pas inquiétant de rouler avec un niveau bas, si les plaquettes sont usées. Si le liquide est tout noir, c'est qu'il est hors d'âge, gorgé d'eau et bon pour la déchetterie. Remplacez le d'une bonne purge pour éviter qu'il n'entre en ébullition lorsque vous vous tirerez la bourre avec les copains en descendant un col...

Niveau du liquide de freins

Direction

Vérifiez que le guidon tourne librement et sans jeu car quand les problèmes apparaissent, la dégradation du comportement est très rapide. La sécurité, mais aussi le confort de conduite y perdent beaucoup.

Suspensions

Vérifiez qu'il n'y a pas de fuite aux joints SPI (acronyme pour Société des Perfectionnements Industriels) de fourche en passant la main en bas des fourreaux. Pas de trace non plus sur l'amortisseur arrière. Si le comportement de la suspension arrière est mauvais, contrôlez d'abord que les biellettes n'ont pas de jeu et qu'elles tournent librement. Ensuite, adaptez les réglages au duo si nécessaire. Sans partir dans des grandes théories, fiez vous au réglages préconisés par le constructeur, dans le manuel d'entretien.

Vérifications des suspensions: réglage pré-charge et fuites éventuelles

Éclairage signalisation

Une ampoule qui grille en pleine étape de nuit tourne vite au cauchemar, mais reconnaissons qu'avec les motos modernes et carénées, il est difficile de changer une lampe au bord de la route. Contentons nous de faire un tour d'horizon préventif sur le fonctionnement normal de toutes les lampes (feux de positions, clignotants, feu stop arrière et bien sûr code/phare). Changez les ampoules défectueuses et si une lampe est bien noircie mieux vaut la remplacer préventivement. Les feux arrières à diodes sont beaucoup plus fiables, c'est un soucis en moins.

Vérification de l'éclairage avant et arrière et clignotants

Batterie

Contrôlez le niveau d'électrolyte, si c'est une batterie conventionnelle et complétez avec de l'eau distillée si nécessaire. Testez son niveau de charge (la tension à vide doit être supérieure à 12,5 V), tant que vous y êtes, démarrez le moteur et contrôlez le fonctionnement du circuit de charge qui doit maintenir une tension entre 14 et 14,5 volts.

Mettre une nuit la batterie sur un chargeur, notamment avec les modèles de dernière génération qui passent par plusieurs étapes d'analyse et de regénération, c'est un plus pour assurer sur la route.

Vérification de la charge de la batterie au voltmètre

Assurez vous aussi que vous disposez de fusibles de rechange.

Contrôle des fusibles

Moteur

Niveau d'huile, date et kilométrage de la dernière vidange, c'est aussi le B-A BA, comme la pression des pneus. Ensuite, jetez un œil au filtre à air. C'est lui qui est le garant de votre consommation de carburant. Quel est l'âge et l'état des bougies ? Elles aussi jouent un rôle sensible sur la consommation. Les jeux aux soupapes ont-ils été contrôlés en temps voulu ?

Contrôle des joints et recherche des fuites

Enfin faîtes un contrôle visuel des fuites. Une trace suspecte, qu'on élimine régulièrement d'un coup de chiffon sans y prêter attention, peut cacher un problème en devenir. Il faut essayer de comprendre ce qui se passe plutôt que de partir bille en tête et d'aller au devant des ennuis.

Contrôle du niveau d'huile

Accessoires

Ici un tour de clef systématique, pour ne pas perdre des morceaux au fil des kilomètres. L'échappement, les platines de reposes pieds et les rétroviseurs sont des éléments sensibles. Enfin le porte paquets, top case, etc, ne doit pas être trop chargé sous peine de risque de rupture, pouvant aussi concerner la boucle arrière du cadre. En outre le comportement routier est souvent très dégradé par un excès de charge.

Controle du couple de serrage

Voilà, votre moto est prête à partir. Et vous ?

Un peu de tenue que diable !

Terminons par un petit coup d'oeil à l'équipement du fier chevalier. Les périodes de fortes chaleurs et d'insouciance sont propices aux dérogations sur l'attention que l'on accorde à sa protection corporelle. Malheureusement, en cas de chute, même bénigne et à basse vitesse, les conséquences peuvent être très graves. Ainsi certains ont tendance à considérer les gants comme une protection contre le froid. C'est une erreur fatale, puisque par réflexe en cas de chute, on met les mains en avant. L'intérieur des mains étant particulièrement innervé, pour offrir beaucoup de sensibilité au toucher, on observe très vite de graves lésions nerveuses en cas d'abrasion par frottement. De plus ça se répare très mal. Moralité, portez toujours des gants de cuir, légers avec des coques, vous protégerez votre capital humain. Idem pour les pieds et les chevilles. Les espadrilles et autres tongs, c'est bon pour la plage, mais quand on se retrouve la jambe coincée sous la moto, c'est beaucoup moins bien ! Mesdames, vous avez de jolies jambes, préservez les en enfilant au strict minimum un jean (moto) et attendez d'être sur la plage pour les montrer. Messieurs, si vraiment vous voulez faire de la moto en short, regardez les cyclistes, ils se rasent préventivement les jambes en cas de chute, pour le nettoyage des plaies et l'enlèvement des pansements... Compte tenu des efforts qu'ils fournissent, on les comprends, mais en moto, franchement, le short c'est de la folie douce. Combien de motards sévèrement brûlés entre le frottement du bitume et la chaleur des échappements ?
Idem pour le blouson, on trouve maintenant des blousons légers (souvent en mesh), « coqués » avec protection dorsale intégrée, munis de doublures amovibles et de fermetures éclair de ventilation. Ils sont très supportables même par forte chaleur. Pas de moto en tee-shirt !!!

Et la tête ?

Pas de moto sans casque, il va sans dire et bien sûr, quitte à le porter, ce n'est pas juste posé au dessus de la tête, comme certains jeunes en scooters. C'est enfilé et consciencieusement attaché. Sinon il ne sert à rien et se sépare de vous au premier obstacle. Le discours peut vous sembler moralisateur, mais que de vacances, voire de vies gâchées pour quelques minutes d’insouciance...

Bonne route, bonnes bourres et surtout bonnes vacances !!!!

l'équipe du repaire des motards.com

Plus d'infos sur la Préparation au voyage