Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube Voyage

Technique Aprilia Tuono V4 1100 Factory

V4 de 1.077 cm3, 175 ch et 12,1 da.Nm, Euro4, APRC revu

On a déjà parlé de la mécanique de l'Aprilia Tuono y compris dans sa version V4. Soyons clair, hors ses suspensions pilotées, la Tuono V4 1100 Factory 2019 est en tout point semblable à la version 2017.

D'extérieur, la Tuono Factory ressemble à s'y méprendre au précédent millésime

Partie cycle de la Tuono

Le cadre aluminium double poutre aux surfaces polies contraste avec les renforts et platines laissés brutes, avec une jolie qualité des soudures. La partie cycle reste identique avec une géométrie privilégiant la maniabilité du train avant tout en gérant la puissance. Ainsi, l'angle de colonne est particulièrement fermé (24,7°), la chasse et l'empattement contenus (99,7 mm et 1 440 mm). Et bien sûr, comme les RSV4-1100 Factory et RR, les Tuono 2019 sont toujours les seules machines de série à proposer une personnalisation poussée du châssis : position du moteur dans le cadre, angle de la colonne de direction, garde au sol et réglage du pivot du bras oscillant ! Ce dernier est un des autres équipements remarquables, un atout "qualité-course". L'élément tout aluminium type banane est des plus impressionnant, prolongement du cadre, tous deux dimensionnés aux capacités dynamiques peu communes du V4.

L'Aprilia Tuono V4 1100 Factory millésime 2019

Moteur quatre cylindres en V

Inchangé, ce quatre cylindres en V à 65° cube 1.077 cm3 (81 x 52,3 mm) et son rapport de compression est de 13,6:1. Actionnées par deux arbres à cames en tête, les 4 soupapes par cylindre ne sont pas, comme sur la sportive, en titane et le profil des cames optimise le couple sur une large plage de régime. Egalement, la pulvérisation du carburant se fait via un seul injecteur par cylindre (deux sur la sportive). Puissance et couple maximal sont toujours de 175 ch à 11.000 tr.min et 12,1 da.Nm à 9.000 tr.min. Rappelons que les arbres à cames sont forgés, idem pour le vilebrequin et les têtes de bielles fracturées. Enfin, les pignons de la boite à cassette reçoivent un traitement DLC (Diamond Like Carbon). Bien entendu l'embrayage est, comme depuis longtemps, anti-dribble. Enfin, on retrouve un échappement en inox satiné et brillant, avec un volume étroit pour un embout asymétrique, à double sorties.

Le V4 de 1.077 cm3 délivre 175 ch et 121 Nm

Posée sur des jantes en aluminium moulé, les Tuono s'équipent d'étriers avant Brembo monoblocs M50 à montage radial et 4 pistons et d'un ABS Bosch 9.1 MP gérant les décélérations sur l'angle (voir article Technique). Et pour coller au bitume, la Tuono 1100 Factory est équipée de pneus plus sportifs avec les Pirelli Diablo Supercorsa en 120/70 et 200/55.

Les jantes de 17 pouces sont en alliage d'aluminium

L'embrayage anti-dribble est associé à un shifter AQS

Enfin, la Tuono V4 1100 Factory avoue 209 kg, une donnée faisant toujours de l'Aprilia une référence dans le rapport cylindrée/poids/puissance.

Electronique

Du côté de l'électronique : bienvenue dans la ménagerie à processeurs. Le haras haute performance est bien sûr sous commande de pléthore de puces savantes. Car l'électronique de pointe APRC (Aprilia Performance Ride Control) est une autre des qualités de ce destrier. Là encore pas de changement pour 2019.

L’injection repose sur une centrale Magneti Marelli 7SM qui pilote trois cartographies moteur, Sport, Track et Race. Le rapport puissance/régime est toujours le même, mais la façon dont arrive la cavalerie diffère. En S, la réponse est rapide et le frein moteur effectif pour un usage route. En T, la réponse est progressive et le frein moteur réduit. Et sur R, la réactivité à l'accélération optimale et l'inertie mécanique au minimum. Le choix des cartographies de Ride by Wire se fait aussi en roulant.

Cette possibilité de modifier en un instant et à tout moment les réglages électroniques les plus importants reste la grande force d'Aprilia, traduisant son expérience en compétition. On use donc ainsi au mieux du système APRC. Celui-ci renouvelle ses composantes et en amène de nouvelles. Optimisés dans leur fonctionnement, on retrouve le contrôle de traction (ATC), la gestion de l’anti-wheeling (AWC), le Launch Control (ALC) optimisant les départs et le Quickshifter (AQS) désormais en montée ET descente des rapports. Le millésime 2017 se dote aussi d'un régulateur de vitesse (ACC) pour rejoindre votre circuit et d'un Pit Limiter (APL) fixant vote vitesse dans les stands. L'un vous évitera de perdre des points sur votre permis, l'autre au championnat…

Précisons l'usage des plus importantes de ces aides. Directement paramétrable en course/route, l'ATC, Aprilia Traction Control, se module toujours sur 8 valeurs sans relâcher la poignée de gaz grâce aux mini-palettes + et -. Il en va de même de l'AWC (Aprilia Wheelie Control), réglable sur 3 niveaux, grâce à un nouveau poussoir au commodo gauche. En cas de levée de la roue avant, l'électronique intervient sur l'avance à l'allumage et les papillons d'injection.

Cette dernière est également indispensable lors des freinages, surtout sur l'angle. L'ABS fait appel au dispositif Bosch 9.1 MP miniaturisé, largement utilisé chez la concurrence également. Hyper compact et léger, il permet désormais d'optimiser le freinage dans les virages grâce à un algorithme spécifique Aprilia, qui contrôle constamment l'accélération latérale, la pression exercée sur le levier de frein avant, les angles de roulis, de tangage et de lacet. En cas d'incohérence, il module la pression des étriers pour assurer le meilleur équilibre entre la décélération et la stabilité. Le système reconduit le RLM (Rear Liftup Mitigation) limitant la levée du train arrière lors des décélérations les plus importantes. Une aide désormais en vogue chez la concurrence. Multifonctions, cet ABS est réglable sur 3 niveaux Track, Sport et Rain et déconnectable (mais se réactive au redémarrage… Euro4 oblige). Sur Track, le RLM et l'ABS sur l'angle sont désactivés, pour les puristes. Sport conserve une levée arrière progressive au-delà de 140 km/h et complète sous 80 km/h.

Pour rappel, l'ALC (départ arrêté) contrôle la position de l’accélérateur, celle du papillon des gaz, le régime moteur, le rapport de boite et la vitesse des roues. Lorsqu'on lâche la poignée d'embrayage, l'électronique maintient le moteur au meilleur couple pour une accélération la plus efficace possible en évitant le wheeling.

L'innovation se trouve dans les suspensions Öhlins à gestion électronique SmartEC 2.0, amortisseur de direction piloté compris. On retrouve donc la fourche inversée modèle NIX de 43 mm à cartouches étanches pressurisées réduisant le volume d'huile et donc le poids. Son débattement s'accroît de 8 mm, soit 125 unités et l'élément s'insère dans une base forgée. L'amortisseur TTX 36 à piggy back coulisse sur 130 mm et adopte également le contrôle semi-actif. Le cerveau des suspensions, le SCU, dialogue en continu avec l'IMU (centrale inertielle) pilotant également l'ABS et adapte le réglage hydraulique de la fourche et de l'amortisseur selon les paramètres choisis. La précharge s'ajuste manuellement.

La fourche Öhlins NIX à gestion électronique SmartEC 2.0

Télémétrie APRILIA MIA (ex V4-MP)

De série sur la Tuono V4 1100 Factory (et en option pour la RR), cette plate-forme multimédia Aprilia vous permet de connecter, via Bluetooth, votre smartphone à votre deux roues. La nouvelle version se fait plus intuitive.

Sur les Tuono, il devient ordinateur de bord, donnant une multitude d'informations de roulage, notamment sur piste, en offrant un plus grand nombre de circuits déjà cartographiés. Et grâce au GPS du téléphone, il est même possible d'établir une ligne d'arrivée sur n'importe quel circuit non enregistré. On a donc l'acquisition de données (mais pas de gestion courbe par courbe) et le temps au tour affiché directement sur le tableau de bord TFT.

Cette télémétrie donne la possibilité de publier le processus et d'analyser, à la fois numériquement et graphiquement, l'acquisition de données directement sur l'écran du smartphone. Car l'électronique va très loin. Avec le GPS, le système reconnaît à chaque instant la position de la moto sur le circuit et modifie automatiquement les réglages électroniques (traction control, antiwheeling, cartographie moteur, etc...), en accédant à la base de données des paramètres conseillés par Aprilia Racing !! Le pilote garde toutefois la possibilité de faire ses propres réglages de paramètres de contrôle électronique, virage après virage pour plus de sécurité. La fonction Adaptive Race Assistant fournit en temps réel des conseils pour réaliser le meilleur tour de piste, tout en sécurité, avec sa Tuono. Grâce à la technologie de simulation Aprilia, il est possible de paramétrer les réglages du tour “idéal” pour chaque circuit, en fonction des différents niveaux d’adhérence et de performance du pilote. L’application analyse en temps réel le comportement de celui-ci et fournit une aide en indiquant par exemple la nécessité de freiner ou la possibilité d’accélérer. Enfin, l'Advanced telemetry Dashboard permet d’obtenir par graphique la puissance instantanée fournie sur le vilebrequin ; le couple instantané fourni sur le vilebrequin ; le pourcentage de puissance à disposition ; la poussée sur la roue arrière ; le patinage de la roue arrière ; l'accélération longitudinale latérale (diagramme G-G) ; le degré d'inclinaison… Un vrai "team de compétition" dans un smartphone.

Plus d'infos sur la Technique Aprilia Tuono V4 1100 Factory

  • Lire l'essai complet de la Technique Aprilia Tuono V4 1100 Factory
  • Voir la cote occasion de la Technique Aprilia Tuono V4 1100 Factory
  • Voir tous les avis sur la Technique Aprilia Tuono V4 1100 Factory