english

La moto en Argentine

Etude sur la place de la moto en Argentine : une sorte de grand jeu de loto

En dehors du fait que la circulation est souvent une sorte de grand jeu de loto où la notion de priorité se résume à la taille de l’engin qu’il vienne de droite ou de gauche, la pratique de la moto en Argentine n’est pas encore rentrée dans les mœurs.

Il vaut mieux une R12 pourrie qu'une moto

Eventuellement les Argentins vous parlerons de quelques pilotes d’enduro ou de Sébastian Porto le pilote de GP mais c’est quand même considéré comme un sport très mineur, aux antipodes du futbal, du polo et de l’automobile sous toutes ses formes. L’argentin considère la moto comme un moyen de transport pour classe défavorisée. Il faut mieux rouler avec une R12 pourrie qu’avec n’importe laquelle des bécanes.

Un certain nombre de fabricants proposent des machines entièrement manufacturées en Argentine, d’une cylindrée qui ne dépasse quasiment jamais les 200cc et dont la motorisation est issue du fameux bi-cylindre Honda des années folles. Le constructeur qui a réussi à se faire une petite place au soleil est Honda. Son modèle Transalp est le plus vendu en « grosse cylindrée » et l’avantage de cela c’est que vous pourrez faire réparer un Transalp dans la quasi intégralité du pays et que vous n’attendrez pas des semaines entières la pièce à « trois pesos six centavos » qui vous met en carafe.

argentine-etape7-piste-iruya

Les motos de + 500 cm3 sont rares

En deux jours à Buenos Aires nous n’avons pas rencontré plus de motos de plus de 500cc que les doigts des deux mains, c’est peu dire. J’ai eu l’occasion de discuter avec le proprio d’un antique Harley et j’ai eu une réponse à mon interrogation... en fait c’est une sombre histoire d’assurance. Il est quasiment impossible d’assurer une moto, même au minimum. Les assureurs consentent une faveur à leurs clients : si tu as tes bagnoles, ta baraque et ton assurance perso chez un courtier, il voudra bien te faire une fleur mais si tu arrive la gu… enfarinée, tu peux toujours te brosser pour avoir la carte verte. C’est ainsi que 90 % des bécanes roulent sans la moindre sécurité. Comme en plus, le casque - censé être obligatoire - sert plus souvent de sac à provisions que de protection, que la bécane à l’instar de tous les moyens de transport se chevauche solo, à deux, à trois très souvent, à plus quand on a des copains, que la limitation de vitesse n’est qu’un vœu pieux et qu’après quelques bières il faut bien rentrer chez soi, vous comprendrez que faire de la moto en Argentine c’est un peu jouer à la roulette russe avec 4 balles au moins dans le barillet !!

En ce qui nous concerne nous avions à notre disposition 7 superbes Honda Transalp de dernière génération. Parfaitement entretenues, elles sont à la disposition des personnes qui signent pour effectuer un raid avec Andes Moto Tour. Elles peuvent également être louées, avec assurance, directement à Salta.

Les infrastrutures routières en très mauvais état

La moto est un excellent moyen de découverte mais il faut savoir que les routes ne sont pas toujours asphaltées sur toute leur longueur et lorsque vous attaquez la piste, il faut particulièrement faire attention aux différences de revêtement... Vous pouvez passer de la superbe piste tassée au plus infâme des bourbiers en traversant auparavant une large bande de sable digne du Sahara. Gaffe donc et, tout au moins en ce qui concerne le pilote, une attention de tous les instants est requise. Sur la route il n’est pas rare de trouver des nids de poules qui ont des allures de nids d’autruches et de larges traînées de gas-oil répandues par les poids lourds, bus et autres  tracteurs qui l’arpentent.  Prudence donc sinon la sanction risque d’être lourde.

argentine-cactus

La moto : source de curiosité

L’argentine à moto c’est quand même un sacré bonheur et les rencontres sont toujours favorisées par ce moyen de transport qui attire toujours l’attention, la curiosité et les questions. Vous ne cesserez de donner les caractéristiques de votre machine, de préciser sa cylindrée et si par hasard vous rencontrez sur votre chemin un argentin qui roule dans le même sens que vous c’est la bourre assurée… Sympas les argentins, et même si ce n’est pas dans leur culture il sont toujours intéressés par une moto. Il faut dire que tout ce qui est mécanique les passionne...

M’est avis que si leurs sombres histoires d’assurance se réglaient il y aurait bien plus de deux roues de forte cylindrée dans ce pays.

Commentaires

Gagnardot Michel

les assureurs une belle race !

02-08-2014 23:58 
 

Connectez-vous pour réagirOu inscrivez-vous

Shoei