english

Histoire du Brésil

Colonisation et esclavagisme

Un siècle d'instabilité politique

Des esclaves dansent la capoeira, un tableau de Johann Moritz RugendasComme tous les pays de la région, le Brésil était habité par des tribus indigènes jusqu'à l'arrivée des colons européens. On dénombre plus de 200 ethnies présentes sur tout le territoire, qui se nourrissaient principalement grâce à l'agriculture, la cueillette et la chasse.

L'identité de la personne ayant découvert le Brésil est toujours sujet à débat. On parle à la fois du portugais Pedro Alvares Cabral (1500) et de l'Espagnol Vicente Yañez Pinzon (1499). Ce sont en tout cas les Portugais qui proclament le Brésil comme appartenant au Portugal. La première ville à être bâtie par les colons est Vera Cruz, renommée Brésil en raison de la couleur vermeil du bois.

Si la France tente maladroitement de s'instaurer au Brésil, ils sont rapidement neutralisés par l'armée portugaise, qui les chasse. Les colons commencent alors à exporter en masse du bois de brésil, avant de s'attaquer à la canne à sucre. Le roi portugais confie les territoires à de grands seigneurs, en charge de donner des terres à ceux qui souhaiteraient s'installer au Brésil. Si les premières années, ils tentent d'esclavager les Amérindiens, ils réalisent rapidement que ces derniers préfèrent s'enfuir ou mourir que d'être esclave. C'est ainsi que les premiers esclaves africains sont importés.

Les Néerlandais s'emparent brièvement des villes de Natal, Recif et Salvador, avant de perdre la guerre anglo-néerlandaise qui les forcent à rendre les terres dérobées. Parallèlement, l'importation d'esclaves s'intensifie. Ces derniers n'ont droit à aucun soin de santé et leur espérance de vie est de cinq ans une fois arrivé au Brésil. Les conditions de vie sont terribles, ceux essayant de s'échapper étant marqués au fer rouge. Les unions entre Blancs et Noirs ou Indiens étaient courantes, les femmes blanches étant peu nombreuses. Ces métissages vont créer de réels clivages entre métis blancs et indiens, blancs et noirs et noirs et indiens. Une situation qui mènera plus tard à une ségrégation de classe qui sévit toujours aujourd'hui.

La proclamation d'indépendance

A la fin du 18ème siècle, le Brésil ne répond presque plus à la couronne du Portugal, lui payant seulement les impôts. Les grands propriétaires concentrent tous les pouvoirs, alors que les révoltes d'esclaves deviennent de plus en plus fréquentes. A l'arrivée des troupes napoléoniennes au Portugal en 1808, le roi se réfugie à Rio. La ville devient la capitale. Le Brésil perd alors le statut de colonie et reçoit la protection de l'Angleterre pour son développement.

Alors que la révolution fait rage au Portugal, les Brésiliens tentent de se soulever. Si le roi accepte la nouvelle constitution rédigée par les révolutionnaires, qui soutiennent les Cortes - parlementaires portugais - ces derniers tentent de réintégrer le Brésil comme colonie à part entière. Le 7 septembre 1822, l'indépendance est proclamée par dom Pedro, prince portugais, avec le "cri d'Ipiranga", souvenir fondateur de l'identité brésilienne. Elle n'est reconnue au Portugal qu'en 1825.

Dom Pedro, devenu empereur du Brésil, se renomme Pierre I. C'est son fils, Pierre II, qui va mettre en marche l'abolition de l'esclavage. En 1871, il proclame que tous les enfants nés d'esclaves seraient libres à la naissance. Si les propriétaires se rebellent et renversent finalement la monarchie en 1889, l'esclavage n'est jamais remis en place. La République est cependant proclamée avec comme pouvoir central São Paulo.

Le pays s'organise en Etat fédéral, sur le modèle des Etats-Unis. La production de café et de lait sont les moteurs de l'économie, celle du sucre diminue fortement. Le pays connait des vagues d'immigration massives, la population blanche finissant par surpasser la population de couleur. L'Etat de São Paulo devient le plus habité. L'immigration apporte avec elles de nombreux intellectuels, qui vont fonder pharmacies, hôpitaux, magasins... Bien que l'oligarchie en place reste forte.

Les 20ème et 21ème siècles

L'implication du pays dans la Première Guerre Mondiale va favoriser la création d'une classe moyenne, bien qu'elle reste minoritaire et subisse de plein fouet une crise en 1922. Cela va pousser les populations pauvres à se révolter, jusqu'à la proclamation de la loi martiale qui va durer jusqu'au coup d'Etat de 1930.

Une instabilité politique s'installe au Brésil. Getúlio Vargas, à l'origine du coup d'Etat, instaure une dictature militaire de 1937 à 1945, puis de 1951 à 1954, avant son suicide. Une nouvelle tentative de démocratie est lancée, mais le président socialiste João Goulart est destitué pour être remplacé par une nouvelle dictature militaire en 1964.

Si ce coup d'Etat devait empêcher l'instauration d'un régime communiste, il tourne rapidement au désastre. La Constitution est suspendue, des milices anti-gouvernementales sont créées, des escadrons de la mort sont mis en place pour traquer ces dernières, le nombre de morts est considérable. Jusqu'en 1984, année de la fin de la dictature, la presse est muselée, les opposant politiques enfermés et torturés, l'économie plombée.

Plus d'infos sur les voyages

Mutuelle