english

Réserve naturelle Boundary Waters Canoe Area Wilderness

Immersion en pleine nature au milieu de 1.600 kilomètres de voies navigables

Imaginez une zone sans aucun moteur, au milieu de nulle part, entre lacs, îles et passages à pied : ce sont les Boundary Waters Canoe Area Wilderness. Plus qu'un parc c'est une réserve naturelle, interdite à toute navigation motorisée, à toute habitation, à tout... sauf aux canoés. Bref, vous voulez de la nature, vous allez être servis. Car on est tellement dans un autre monde que même le téléphone ne passe pas. Cette absence de totue motorisation, y compris de survol, fait que l'on passe vraiment ici dans une autre dimension, celle du silence absolu, hormis le clapotis de l'eau, le vent dans les arbres et les quelques cris d'animaux, entre oiseaux migrateurs et chipmunk (tic et tac, autrement dit les tamias). Mieux, il est interdit d'être à plus de neuf personnes dans une zone spécifique. Autant dire que vous ne voyez personne et que vous avez vraiment l'impression d'être seuls au monde, y compris pour le camp.

île au milieu des Boundary Waters

Oui, il y a des camps, officiellement installés par l'Etat fédéral. Attention ! N'imaginez pas Camping, même en version sans étoile. Un camp est juste une zone délimitée, équipée d'une grille protégée par des pierres (pour se faire à manger) et de toilettes sèches... plutôt une vague cuvette au milieu des arbres. Et la règle veut que quand un camp est occupé par un groupe, on ne dérange et on aille chercher le suivant disponible... sauf qu'il n'y a aucune application pour cela. On pagaie donc un peu plus pour rejoindre une autre île, ou une autre berge, laissant apparaître la fameuse zone.

Carl en canoé dans les Boundary Waters

Pour autant, ces camps ont aussi des étoiles, jusque cinq ! Sur quoi reposent ces étoiles ? Sur la nature. La vue est-elle belle ? Peut-on voir aussi bien le lever que le coucher du soleil. Peut-on y accoster facilement. Le sol est-il suffisamment plat pour une tente ou en pente. Peut-on y mettre juste une tente ou deux ? Tous ces éléments déterminent plutôt la qualité naturelle du lieu et du plaisir de communier un peu plus avec la nature.

Car il s'agit bien de communion ici, surtout le soir, qui laisse apercevoir la voie lactée dans toute sa splendeur et des millions d'étoiles, tel qu'on ne le voit jamais ailleurs, hormis dans les zones loin de toute vie humaine, comme les déserts.

Coucher de soleil dans les Boundary Waters Canoe Area Wilderness

Et le lendemain ? On déménage... ou pas. Car il faut bien imaginer des milliers de lacs plus ou moins grands, reliés entre eux par des langues de terre. Vois-tu lecteur où je veux en venir ? Car si ces lacs sont séparés par des langues de terre, comment fait-on pour y faire du canoé ? Et bien on porte ! Oui, on accoste, on dépose toutes les affaires que l'on porte avec le canoé jusqu'à un autre bout de la langue de terre, là ou on peut repartir en canoé sur l'eau. Et n'imagine pas lecteur un sentier de randonnée. Non, imagine la nature dans sa plus belle expression... de la terre, souvent plus gadoue que terre, des cailloux, des rocs, des arbres au milieu du chemin. C'est un chemin mais il faut souvent s'y faufiler, ET avec un canoé pouvant peser plus de trente kilos.

Zone de portage Boundary Waters Canoe Area Wilderness

Notre premier portage faisait un mile, soit 1,6 kilomètre... avec en plus du canoé, la tente, la nourriture, le matériel.... Le premier portage est drôle. Et puis après on pagaie et on fait travailler d'autres muscles, généralement peu usités. Après le troisième portage et quelques lacs traversés, vous êtes claqués. On n'a pas eu de camp cinq étoiles, donc, sur la pente, on a eu tendance à rouler un peu dans la tente. Et le lendemain, ça recommence. Mais en fait, c'est plus facile. Question d'entrainement, quand les muscles commencent à s'y faire en fait. Et puis la nature prend le pas sur tout.

Quand avez-vous fait du canoé pour la dernière fois sans rencontrer âme qui vive pendant une journée, sans voir un avion, ni entendre une voiture ? Seul le bruit de la pagaie qui entre et sort de l'eau rythme les minutes qui s'égrène. Cela finit par en devenir enivrant. Et on comprend mieux pourquoi la région fait tant rêver les Américains et pourquoi il y en a également autant qui n'y sont jamais allés.

Canoé dans la réserve des Boundary Waters

Les Boundary Waters Canoe Area Wilderness, c'est une expérience à vivre, pour la nature et pour vous révéler aussi vos limites de résistance.

Et puis ce n'est plutôt pas cher. La plupart des Américains de la région ont leur propre canoé et leur matériel. Après, il n'y a pas de camping à payer. Et ce sont donc plutôt des vacances économiques.

Si vous venez de France pour le faire, il faudra louer un canoé (50$ par jour), un peu de matériel et éventuellement la nourriture lyophilisée qui allège le barda, ce qui peut faire monter l'addition à 100$ par jour, tout compris. Au vu de l'expérience, cela reste pas cher.

Après, vous pouvez aussi choisir une solution plus simple. Dormir le soir en bordure de la réserve dans les abris plus ou moins spartiates, pour partir à la journée. Ce qui évite de porter le barda, la tente et tout le toutim et facilite notablement le portage. Par contre, le coucher et le lever de soleil sur les lacs n'a pas d'équivalent et cela vous le manquer dans ce cas-là.

De notre côté, on remercie notre guide Carl pour avoir osé nous accompagner pendant deux jours au milieu de nulle part. Sans lui, on ne serait jamais revenu, tellement, il faut quand même trouver son chemin et repérer les zones pour s'extraire d'un lac avant de plonge r dans un nouveau. Et puis il a réussi à nous faire des pancakes avec du sirop d'érable au petit déjeuner. Il l'a dit lui-même, il est fou ! Mais il s'est mis en quatre pour transformer cette expérience en magie et on en lui est mille fois grès.

Coucher de soleil en canoé au milieu du lac des Boundary Waters Canoe Area Wilderness

Un peu de géographie

Les Boundary Waters Canoe Area Wilderness sont situées entre le Canada et les États-Unis. Elles ont d'ailleurs leur pendant et jumelle au Canada. La partie située au niveau des Etats-Unis fait 4.400 km², gérés par le US Forest Service.

Les rangers ont tout fait pour conserver ce parc à l'état sauvage, pour en faire également un paradis du canoë. Au total, ce sont une centaine de lacs qui s'ouvrent aux navigateurs de tous les âges. La limite entre les deux pays étant souvent flou, il est possible de changer de pays sans même s'en rendre compte.

Pour vous faire tourner la tête, le parc dispose de 1000 miles, soit 1600 kilomètres de chemins navigables empruntés auparavant par les vendeurs de fourrure. La région regorge ainsi d'animaux, comme des ours, des élans, ou encore des oiseaux de proie comme les aigles chauves et les faucons pèlerins. Le Boundary Waters Canoe Area Wilderness abrite aussi la plus grande concentration de loups des États-Unis, en dehors de l'Alaska (plus de 9.000 loups en Alaska).

Les lieux ont également été habités par des Indiens, qui ont laissé de nombreux pictogrammes un peu partout. Dans ce parc se trouve également le plus haut sommet du Minnesota, Eagle Mountain, culminant à 701 mètres.

Pour trouver de la vie humaine, il faut se rendre soit à Ely soit à Grand Marais (via la Gunflint Trail), sur le lac Supérieur,. Eloignées à vol d'oiseau d'une trentaine de kilomètres, mais 230 kilomètres par la route ! On y trouvera des organisateurs d'excursions avec bivouac, allant de la simple balade au véritable jeu d'explorateur avec la navigation en canoë, en faisant sur terre du portage pour avoir son petit bateau partout avec soi. Enfin, des cabanes peuvent être louées un peu partout dans le parc, pour une immersion totale au coeur de la nature. Dépaysement garanti !

Vidéo - Boundary Waters

Bonne adresse

Si vous voulez louer du matériel ou passer la nuit au plus près des Boundary waters, passez par Grand Marais et remontez la Gunflint trail. Vous arriverez au milieu de nulle part. Ils ont des chalets mais aussi des chambres pour plusieurs et donc du tout petit prix au prix d'une chambre d'hotel standard. Ils ont tous les canoés possibles et le matériel qui va avec pour un séjour d'exception.

Carl et Stephanie
50 Rockwood Rd, Grand Marais, MN 55604
Téléphone : (218) 388-2242
Site www.rockwoodbwca.com

Plus d'infos sur les grands lacs américains

Mutuelle