english

MotoGP de France : victoire de Chris Vermeulen

Championnat du Monde MotoGP - 20 mai 2007

Température de l'air : 18°C - Température de la piste : 21°C

La course MotoGP a démarré sous la bruine et l'ensemble des pilotes étaient équipés de pneus slicks, mais la pluie s'est abattue après neuf des 28 tours de course, contraignant les pilotes à rentrer aux stands pour enfourcher leur deuxième moto équipée de pneus pluie. Rossi avait mené les premiers débats mais n'a pu revenir aux avant-postes sous une pluie qui s'intensifiait tour après tour, contrairement aux prévisions.

Les pilotes Dani Pedrosa (Repsol Honda Team RC212V-Michelin) et Valentino Rossi (Fiat Yamaha Team YZR-M1-Michelin) ont fini aux 4e et 6e places d'un Grand Prix de France balayé par la pluie sur le circuit du Mans. Ils conservent leurs 3e et 2e places respectives au classement provisoire du Championnat du Monde MotoGP 2007.

« Il est facile après la course de dire que nous avons choisi des pneus trop durs sous la pluie pour l'ensemble de nos pilotes, » indiquait Jean-Philippe Weber, responsable de la compétition chez Michelin. « C'est toujours à quitte ou double, à Phillip Island l'an dernier lorsque nous avons disputé le premier GP avec un changement de pneus à mi-course, nous avons fait un excellent choix et remporté la course. Evidemment, on ne sait jamais exactement comment la météo va évoluer mais nous savons désormais que nous aurions dû opter pour des pneus arrière plus tendres pour la plupart de nos pilotes. Nous ne nous attendions absolument pas à ce qu'il pleuve autant, notre estimation était que les précipitations seraient moindres, si bien que la plupart de nos pilotes ont opté pour des arrières de milieu de gamme, qui ne représentaient pas le meilleur choix pour le circuit détrempé. C'est pourquoi Valentino était contraint de prendre des trajectoires plus larges dans les virages et qu'il s'est fait doubler par plusieurs pilotes. Dani a choisi un arrière plus tendre car il opte habituellement pour des gommes plus tendres, et bien qu'il ne soit pas très à l'aise sur le mouillé il s'est montré assez rapide aujourd'hui.

« C'est vraiment dommage car je pense que nous aurions pu réaliser une très belle course si les conditions étaient restées sèches. Valentino et Dani sont partis très fort dès le baisser du drapeau, ils se battaient devant, Nicky (Hayden, Repsol Honda Team RC212V-Michelin) pilotait également admirablement sur le sec, de même que Carlos (Checa, Honda LCR RC212V-Michelin) jusqu'à ce qu'il commette une erreur et chute, à un moment où de nombreux pilotes étaient très près en bagarre. Cette journée a été difficile mais le championnat est long. Le niveau de compétition est très relevé actuellement ce qui est très bien pour le sport. Nous avons hâte de nous battre de nouveau pour la victoire. » SYLVAIN GUINTOLI LEADER DU GP DE FRANCE ! Le pilote Dunlop Yamaha Tech 3 Sylvain Guintoli, auteur d¹un départ très moyen a, devant son public, remonté tous ses adversaires un à un sur la piste humide du circuit Bugatti, pour prendre le commandement de son Grand Prix national, avant que ne le fasse à son tour son compatriote Randy de Puniet (Kawasaki). Malgré une chute dans le septième tour, Sylvain ramenait la moto aux stands pour repartir sur son mulet chaussé pluie et marquer les points de la dixième place, juste derrière son co-équipier Makoto Tamada. Chris Vermeulen (Suzuki) remporte ce Grand Prix de France devant Marco Melandri (Honda) et Casey Stoner (Ducati).

Sylvain GUINTOLI (Dunlop Yamaha Tech 3) - 10ème : « Nos qualifications ont déjà été un grand moment. Avec le 11ème chrono absolu à moins de neuf dixièmes de seconde de la pole position, nous avons réalisé notre meilleure performance qualificative de l¹année, et de beaucoup ! Cela démontre à la fois les progrès très sensibles de Dunlop, dont les pneus de qualification ont fait un immense bond en avant, et mon adaptation à cette catégorie qui me plaît de plus en plus. Je prends beaucoup de plaisir au guidon, en pneus de qualification comme en pneus de course, et c¹est un signe. Je suis plus proche de mes adversaires que je ne l¹ai jamais été ; ça fait longtemps que je dis que notre package moto/pneu est meilleur que ce que démontraient nos résultats. Et n¹oublions pas qu¹il n¹y a qu¹une année de collaboration entre Yamaha et Dunlop. Or quand on se situe à moins d¹une seconde de la pole, c¹est que le package fonctionne. Quant à la course, elle a été épique ! Je suis parti en pneus slicks et j¹ai pris un très mauvais départ, j¹étais avant dernier ! Mais j¹ai doublé mes adversaires par paquets de quatre pour être 5ème au troisième tour ! Tout le monde se méfiait, mais moi j¹avais un bon feeling, je n¹ai pas pris de risques inconsidérés et à un moment je n¹avais plus personne à dépasser, j¹étais en tête ! C¹est excellent pour l¹équipe et pour Dunlop car ce fut un super week-end qui nous a décomplexé. On a encore progressé et même si j¹ai chuté par la suite, je pense qu¹on a marqué les esprits ! »

Gary REYNDERS, chef mécanicien de Sylvain Guintoli : « Sylvain a réalisé un coup fantastique ! Nous avions un choix de slicks très bon sur le sec, et il l¹a magistralement démontré. Sur le mouillé, on manque d¹essais, mais on a vu que, dans certaines conditions, il peut aussi aller très vite, lorsqu¹il y a beaucoup d¹eau sur la piste. Il nous faut maintenant travailler avec Dunlop pour être plus efficaces sur le semi-mouillé. »

Makoto TAMADA (Dunlop Yamaha Tech 3) - 9ème : « La première partie de la course en slicks s¹est faite dans des conditions de piste délicates, donc je suivais mon groupe assez prudemment, sans aucun problème pneumatique. Après, une des difficultés est de deviner le moment propice pour s¹arrêter changer de moto. Je suis reparti avec ma deuxième machine chaussée en pneus pluie avant et arrière, mais j¹ai connu des problèmes d¹adhérence tant que la pluie était faible. Dès que la piste a été détrempée, c¹était mieux. » Guy COULON, chef mécanicien de Makoto Tamada : « C¹est la première fois que nous avons des informations grandeur nature en condition de grosse pluie. On va essayer d¹en profiter au mieux pour corriger nos points faibles sous une pluie faible. »

Hervé PONCHARAL, manager de Dunlop Yamaha Tech 3 : « C¹est un super week-end pour Dunlop Yamaha Tech 3, pour la France, et pour le public ! Voir Sylvain Guintoli et Randy de Puniet en tête du Grand Prix de France MotoGP, c¹est merveilleux, et on ne peut pas leur en vouloir de s¹être emportés. Car c¹est dans ces conditions délicates qu¹on peut faire un gros coup, et ils l¹ont fait. De notre côté, c¹est notre meilleur résultat de l¹année pour nos deux pilotes. »

Classement du Grand Prix de France

1. Vermeulen (Aus, Suzuki)
2. Melandri (Ita, Honda) à 12'6
3. Stoner (Aus, Ducati) à 27'4
4. Pedrosa (Esp, Honda) à 37'3
5. Hofmann (All, Ducati) à 49'2
6. Rossi (Ita, Yamaha) à 53'6
(...)
10. Guintoli (Fra, Yamaha) à 1 tour

Classement du championnat du monde

1. Stoner (Aus, Ducati) 102 points
2. Rossi ( Ita, Yamaha) 81 points
3. Pedrosa (Esp, Honda) 62 points
4. Melandri (Ita, Honda) 61 points
5. Vermeulen (Aus, Suzuki) 55 points

Le 3 juin prochain, le plateau des MotoGP se retrouvera en Toscane pour le Grand Prix d¹Italie disputé sur les collines du Mugello. Ce rendez-vous incontournable dans une ambiance typiquement latine constituera la sixième épreuve de la saison qui en compte 18

A voir en photos

Plus d'infos sur les Grands Prix moto

Mutuelle