Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube

Bien choisir sa moto école

Des conseils aux 10 commandements

Débuter à moto, c'est dans la majorité des cas commencer par trouver une moto-école. Et c'est là que commencent pour certains apprentis motards les difficultés.

Choisir sa moto écolePour l'apprentis motard, le choix d'une moto-école repose sur trois critères :

  • la proximité (est-ce proche de chez moi),
  • le prix (petite bourse, alors il ne faut pas que cela soit trop cher)
  • les horaires (si on travaille, il vaut mieux qu'il y ait des cours le samedi)

Le problème, c'est que ces trois critères sont loin de garantir le sérieux, le professionnalisme et les conditions dans lesquelles vont s'effectuer les cours. Et là, on trouve de tout, y compris les moto-écoles qui ferment du jour au lendemain ! Eh oui, il est plus fréquent que l'on ne croit de voir une moto-école fermer, sans prévenir si possible, en laissant sur le carreau des stagiaires qui ont tout payé d'avance :-(

Revue de détails tout d'abord des critères du motard débutant...

La proximité

La proximité ne garantit rien. C'est pratique, mais si la moto-école est mauvaise, vous perdrez plus de temps parce que les cours sont de mauvaise qualité, qu'à faire quelques kilomètres pour rejoindre une bonne moto-école. Donc, il peut être préférable de "perdre" une demi-heure de transport pour en rejoindre une bonne que d'aller dans celle qui est à cinq minutes de chez vous.

Le prix

Il existe encore de nombreuses promotions du type "Votre permis pour 500 euros". Ne vous faites pas d'illusion : il n'y a pas de recette miracle. Le permis moto ne se donne pas. Il nécessite de l'entrainement sur plateau/piste et en circulation et par tout type de temps. Vous n'avez jamais fait de moto ? prévoyez plutôt trente heures que les vingt-heures obligatoires. De toute manière, en fonction de la moto-école, les vingt heures des forfaits initiaux peuvent se transformer en trente, quarante, cinquante heures ou plus. Et le permis vous coûtera alors très cher, parce que toute heure hors du forfait initial/minimal coûte souvent le double. Une heure de permis coute en effet entre 35 et 55 euros en fonction de la moto-école.

Il vaut mieux être mieux préparé que moins bien. Et ne croyez pas que votre permis en poche vous prépare à tout. Le permis moto actuel garantit simplement que vous savez tenir en équilibre sur la moto ! Dans la plupart des cas, il faut quelques milliers de kilomètres avant d'être réellement prêt à affronter une situation d'urgence, et en sortir, soit indemne, soit à l'hôpital si on est mal préparé.

La moyenne nationale se situe beaucoup plus prêt des 25 heures de conduite et 30 heures pour les filles (aucune misogynie, juste des faits). Conclusion : prévoyez plus large en temps et donc le budget adéquat !

Les horaires

Il est idéal d'être étudiant quand on passe le permis; mais on n'en a pas toujours les moyens. Ceci dit, au moins, les horaires sont modulables et on choisit ses heures en journée en semaine.

Quand on travaille, il reste le samedi. En effet, un cours de moto dure en général trois heures, et de quelque manière que l'on y regarde, à moins de partir vraiment très tôt, cela ne se glisse pas dans un emploi du temps professionnel. Bref, il faut choisir une moto-école qui fonctionne le samedi. Certaines commencent avec des cours à 7 h du matin. Idéal pour les lève-tôt après une semaine de travail ;-)

Prévoyez de prendre un bon petit-déjeuner dans ce cas là, parce qu'à jeun, la moto pendant trois heures, çà ne le fait pas et c'est dangereux !

Après ces remarques préliminaires, les conseils pour choisir sa moto-école...

Le budget

Prévoyez entre 900 et 1400 euros de budget pour passer votre permis : frais de dossier, heure d'évaluation, forfait moto-école de 20h minimum (prévoyez plus), code, présentations aux examens...

Il n'y a pas de mystère. Les formations à prix bas cachent souvent des conditions de cours catastrophiques : un nombre d'élèves élevé par cours, des temps d'attente entre chaque passage, des entraînements sur des pistes "sauvages" du type supermarché, des motos en mauvais état, l'absence de suivi, etc...

Le temps

Prévoyez idéalement deux cours par semaine (un cours faisant en général 3 heures), étalés sur un peu plus d'un mois. Les formations étalées dans le temps sont plus efficaces et laissent le temps de "digérer" entre chaque cours ce qui a été vu, appris.

Evitez les stages d'une semaine même s'ils paraissent tentant. Pour vous en persuader, regardez les statistiques de réussite des permis en une semaine par rapport aux autres.

La répartition des heures plateau et circulation

Le permis moto se passe avec une épreuve sur plateau et une autre en circulation. Il se prépare avec ce même équilibre entre les cours sur plateau et sur circulation.

En théorie, sur les vingt heures pratiques obligatoires, douze heures doivent être réalisées en circulation. Dans beaucoup de cas, vous allez passer tout votre temps sur le plateau et vous aurez le droit à trois heures de circulation bâclée. Certes, c'est une pratique interdite, en théorie, mais hélas réaliste dans la pratique.

Le résultat est simple : le plateau sera peut-être réussi au premier coup, mais vous aurez toutes les chances de vous planter à la circulation. Sans compter que vous n'aurez pas appris l'essentiel : savoir rouler, freiner, éviter sur la route, dans des conditions réelles.

La circulation est tout autant disqualifiante que le plateau et ne doit donc pas être négligée. Attention, certaines écoles comptent en heures de circulation, les heures passés à se rendre sur la plateau (voir point suivant).

Les heures de conduite/trajet compté ?

Les cours durent en général trois heures. Attention ! Beaucoup d'écoles incluent dans les heures de cours, le temps de parcours jusqu'à la piste comme une heure de cours en circulation. Pensez à le demander avant. Certaines moto-écoles vous font faire le plein à la station-service pendant l'heure de circulation. Et si à chaque cours, vous perdez 15 mn à la station-service, au prix de l'heure de cours, le compteur tourne vite au final.

Une véritable heure de cours en circulation s'effectue avec un écouteur dans l'oreille, le moniteur en voiture derrière à vous guider. Ce sont ces heures qui sont véritablement efficaces. Et quand vous passez une demi-heure aller, autant au retour, entre la moto-école et la piste, la différence est non négligeable à la fin de la formation entre ces heures soit disant de conduite et des heures personnalisées. C'est souvent l'une des raisons de formations moins chères. Il vaut mieux évidemment une heure de conduite personnalisée avec le moniteur en voiture derrière.

La piste

Peu de moto-école ont une piste privée. Beaucoup vous amènent sur des parkings de supermarché ou encore sur des chemins goudronnés en sous-bois (vécu) où vous risquez en plus de vous retrouver avec une autre moto-école à partager le même espace.

Le résultat est simple : des temps d'attente entre chaque passage sur les circuits lents et rapides, qui peuvent aller facilement jusqu'à 15 minutes. Ceci se rajoute au temps d'attente d'installation des plots délimitant les espaces sur la piste. Vous passez alors votre leçon à attendre. Certains élèves de moto-écoles peu scrupuleuse peuvent se retrouver à passer à attendre 3/4 d'heures sur 3 heures de cours. Rageant, pas efficace et cher au final !

Préférez donc une moto-école disposant d'une piste privée, non partagée avec une autre moto-école. Vous aurez peu ou pas de temps d'attente, et ainsi pas de perte "précieuse" de temps pendant le cours.

Le nombre d'élèves par cours

Les textes officiels indiquent qu'il ne devrait pas y avoir plus de 3 élèves par moniteur lors de la conduite. Dans la pratique, on en est loin et il n'est pas rare que l'on passe de 3 à 6... ou plus ! Et plus il y a d'élèves, moins le moniteur aura le temps de s'occuper de vous et de vous faire progresser en vous donnant les conseils nécessaires.

Or, les conseils, vous en aurez besoin jusqu'à la dernière heure (et même après). Sans compter que ce sont ces conseils donnés à chaque instant qui vous permettront bien sur de passer le permis plus rapidement mais surtout d'être prêt à rouler en sécurité une fois le permis passé. Et c'est bien là le plus important : être prêt et préparé à pouvoir rouler seul en sécurité.

Le nombre de motos

Cela parait évident, mais çà ne l'est pas ! Assurez-vous qu'il y a bien une moto par élève pendant les cours. Il n'y a rien de pire que d'attendre son tour pour monter sur la moto.. et autant de temps perdu, toujours.

La formation théorique

Certains moniteurs se contentent de donner quelques conseils à la va-vite, bâclés, pendant les temps morts sur les pistes d'entraînement. D'autres font du bachotage en salle.

Assurez-vous qu'il y a bien un temps de conseil théorique sur les techniques : de conduite (contre braquage, freinage, etc...) et sur la moto, liées au livret et aux questions qui seront ensuite posées lors de l'examen (quelle moto choisir, l'entretien, les vérifications à faire avant de rouler, etc...).

La formation pratique

Un cours se divise normalement en trois temps :

  • au début le moniteur explique l'objectif de la leçon, ce qui doit être appris, et enchaîne sur les explications nécessaires,
  • le moniteur réalise une ou plusieurs démonstrations, suivies par vos propres exercices, qu'il doit suivre, commenter et rectifier
  • à la fin de la leçon, il doit vous faire le point sur vos progrès et ce qu'il vous reste à apprendre.

L'enseignement doit être personnalisé et constant, tout au long des différents cours. C'est à cette condition que vous progresserez rapidement. Vérifiez cette pédagogie en parlant avec lui ou surtout des élèves avant de vous engager.

Le livret d'apprentissage

Tout au long de votre formation, votre moniteur doit remplir un livret d'apprentissage qui précise où vous en êtes dans votre formation, ce qui a été acquis, votre niveau et ce qu'il vous reste à voir. Certains moniteurs ne s'en occupent pas, ou simplement pour noter les heures effectuées. Essayez de consulter le livret d'un élève de l'école, afin de voir la qualité du suivi et le sérieux du contrôle régulier. Ils vous permettront de savoir si vous êtes réellement guidés tout au long de votre formation.

Le matériel

Vérifiez le matériel utilisé par la moto école : l'état des motos utilisées bien sûr mais également l'équipement éventuel comme les casques : ils vous donneront une idée du sérieux effectif. Pour les casques, le conseil est d'en acheter un à votre taille AVANT les cours de toute manière. Première leçon de sécurité : ne pas aller risquer votre vie sur une moto avec un casque de taille XL 61 (alors que vous faites M 57) sous prétexte qu'il n'y en a pas d'autres. En cas de chute, vous le regretteriez.

Les motos

On a déjà vu de belles motos, en devanture, qui en fait ne sont utilisées que pendant l'examen. Le reste du temps, vous pouvez être sur une moto mal réglée, à l'embrayage ayant souffert, ne tenant pas le ralentis... Et le temps de réparation peut parfois être effectué pendant le cours.

Le moniteur

Il doit avoir son permis moto évidemment mais il doit surtout être un vrai motard, roule toujours. Pour donner mon exemple, j'ai passé mon permis voiture et moto dans la foulée dans la même auto/moto école. Le prof moto n'était pas bon en cours auto et vice et versa, un excellent prof auto était vraiment nul en moto (il ne roulait plus que sur les motos de l'école et n'avait pas de moto). Essayez d'en coincer un à la fin d'un cours et parlez avec lui. S'il utilise sa moto au quotidien, s'il voyage en moto, il aura plus de chance de vous faire partager sa passion et son savoir acquis sur la route (et pas dans les livres).

Un point pas toujours facile à vérifier, à part en demandant aux autres élèves : est-il sur la piste avec les élèves ? Certaines pistes sont en effet près de l'école ou disposent d'une baraque, et le moniteur s'y réfugie pendant la majorité du cours. Du coup, il n'y a aucun suivi, ni aucune correction d'erreur lorsque l'élève tourne, que ce soit sur le lent ou le rapide. Moto école à fuir dans ce cas là !

Les élèves

En fait, le dernier point assez facile à vérifier reste les élèves et surtout parler avec un ou d'eux d'entre eux pour leur demander ce qu'ils pensent des cours. Il peut toujours y avoir un mécontent, mais s'il y en a plusieurs et qu'apparemment, ils râlent... vous pouvez vous poser de sérieuses questions pour votre formation à vous. Donc, ce n'est pas compliqué, essayez de parler quelques minutes avec l'un ou deux d'entre eux.

Alors, après tous ces points... vous penserez peut-être qu'il suffit d'aller sur une grande enseigne, connue... Il n'en est rien. Les franchisés ne sont pas contrôlés et il n'existe pas toujours de validation au sein d'un groupe ou d'une enseigne. En fait, plus que l'enseigne, vous pouvez davantage vous fier à certains labels comme l'AFDM (lié à la Mutuelle des Motards) auxquelles certaines motos-écoles sont affiliées.

Et comme l'on n'est jamais mieux servi que par soi-même, demandez à assister à un cours. Vous verrez de vos propres yeux comment est effectuée la formation et vous pourrez choisir en connaissance de cause de signer le chèque...

Fiez-vous plutôt à la liste précédente reprise ci-dessous sous la forme de dix commandements.

Les dix commandements pour choisir une bonne moto-école

  1. Un budget réaliste, tu prévoiras
  2. Un à deux mois, tu planifieras
  3. Une piste privée, tu préféreras
  4. Peu d'élèves, tu t'associeras,
  5. Une moto pour toi tout seul, tu prendras,
  6. Une formation théorique spécifique, tu te renseigneras,
  7. Le livret d'élèves, tu vérifieras
  8. Le matériel disponible, tu contrôleras,
  9. Un moniteur motard, tu préféreras,
  10. Les élèves, tu contacteras.

Et quand vous aurez enfin le permis, n'hésitez pas à revenir sur le site pour donner votre avis sur votre moto-école; si vous l'avez déjà, faites déjà partager votre expérience à travers le sondage en ligne :-)

Vous avez enfin le permis ! Vous pensez que c'est terminé ? Il n'en est rien. La conduite moto s'apprend au fil des kilomètres. Et vous pourrez déjà penser à améliorer votre technique par des formations spécifiques : stage de perfectionnement ou même stage de pilotage, qui vous permettront réellement d'exploiter votre moto et de prévenir les cas d'urgence. Et même après des dizaines de milliers de kilomètres et plusieurs stages de pilotage, vous vous apercevrez que vous pouvez encore apprendre... Les motos d'aujourd'hui sont -trop?- puissantes pour être réellement exploitées et exploitables par le motard, surtout sur route ouverte. Sur piste, un autre monde pourrait alors s'ouvrir à vous :-)

Plus d'infos