Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube

Conduite sur périphérique

Le guide de survie du motard ou
les 10 commandements de la conduite moto sur autoroute intérieur

Motard sur le périphérique parisien - accident du 27 octobre 2000Le périphérique parisien et les rocades des grandes agglomérations ont leurs propres règles et code de conduite. Ils ne doivent pas être abordés normalement.

Le périphérique parisien détient à lui seul quelques records, y compris au niveau européen, avec ses 35 km, ses 1,2 million de véhicules journaliers, ses 10 accidents par jour et un mort par mois en moyenne.

Ce sont un peu les arènes de notre monde moderne. C'est toujours une forme de roulette routière, encore plus aléatoire que la roulette russe. Et les deux-roues ne sont pas épargnés, puisqu'ils sont impliqués dans plus de 60% des accidents. Il y a donc des règles et des commandements spécifiques à respecter : guide de survie.

  1. La première règle qui est la seule et l'unique permettant de survivre à un passage sur le périphérique est contenue dans le code : imaginer que la moto est une voiture et prend la place d'une voiture. Bref, rester dans sa file (si possible la troisième : ni la plus lente, ni la plus rapide) et au même rythme que le flux de la circulation. Ne pas oublier que circuler entre les files de voitures est interdit par le code de la route, y compris pour les motos. Et avec les campagnes anti-motards, les anciennes tolérances envers motards tombent les unes après les autres, donc la verbalisation guette !

Mais presque personne ne suit cette règle ! Donc, si vous voulez vraiment aller plus vite, rouler entre les files et prendre des risques moins inconsidérés, voici les 10 commandements du kamikaze en moto :

  1. Se concentrer, regarder devant et anticiper, c'est devant (et sur les côtés) que vient le danger. On apprend à regarder loin pendant le permis; sur le périphérique, il faut alterner le regard posé loin afin d'anticiper un bouchon (et éviter un freinage d'urgence) et le regard près, surveillant les véhicules les plus proches pour éviter en permanence,
  2. Se mettre en codes/feux de croisement et clignotants : il y a plusieurs centaines de voiture à dépasser sur quelques kilomètres, alors il faut être vu mais surtout ne pas éblouir (donc pas plein phares : les pleins phares éblouissent les véhicules qui sont devant et empêche le conducteur d'évaluer la vitesse et la distance de la moto) ! Peu de motos sont équipées de warning, alors il faut se contenter du clignotant gauche,
  3. Passer rapidement sur la 4e voie - la plus à gauche -  et éviter de zigzaguer de voies en voies.
    La voie de droite est la plus dangereuse : voitures et camions s'y engagent rapidement, souvent sans regarder (ne pas oublier qu'ils ont la priorité). Elle est le meilleur moyen de s'éclater. La deuxième voie n'est guère mieux avec ceux qui se rabattent brusquement en voyant leur sortie arriver plus vite que prévue. Il reste donc les deux voies les plus à gauche : le plus souvent il s'agit de la 3e et la 4e voie (le nombre de voies varie entre 4 et 6 en fonction de la partie du périphérique). Je ne parle même pas de la voie d'urgence, qui ne doit jamais être empruntée : c'est la plus dangereuse à la fois en matière d'accidents mais aussi de débris divers et variés source de crevaison ou à eux-mêmes source d'accidents.
    Attention ! La dernière voie (4e) est la plus rapide, et si vous vous traînez dessus à 100 km/h dans une circulation fluide, soyez sûrs qu'une voiture ou un camion, vous talonneront "au cul" avec force klaxon et appels de phare au risque de vous rentrer dedans. C'est pour cette raison, qu'il peut être conseillé dans certains cas de rouler légèrement désaxés par rapport au milieu de la voie afin de ne pas risquer de se faire rentrer dedans par derrière,
    Préférez alors la 3e voie si vous êtes une "lopette" (lopette... mais vivant).
  4. Se faufiler entre les voitures uniquement entre les deux dernières voies situées le plus à gauche. C'est entre ces deux dernières voies que les automobilistes ont le plus l'habitude de trouver des motos. Ils y font donc un chouilla plus attention. Les autres voies sont à déconseillées à moins d'y rester,
  5. Adapter sa vitesse en fonction des circonstances et observer une vitesse raisonnable : conserver un différentiel de vitesse de 20-30 km/h au grand maximum (10km/h diront certains mais pas moins de 5km/h surtout quand on est dans l'angle mort d'un véhicule) entre la vitesse du périphérique et la vitesse de la moto, à partir du moment où la vitesse du périphérique n'excède pas 80 km/h. Attention, quand tout est bouché et les voitures arrêtées : il y a toujours un cinglé pour se dire que tout le monde est arrêté et qui ouvre une portière ou donne un coup de volant sans regarder pour essayer de forcer le changement de file : carton assuré,
    De la même manière, il arrive que la 4e voie (la plus à gacuhe) bouchonne mais que par contre, la 3e voie soit plus fluide... la probabilité et l'expérience démontrent qu'il y a toujours une voiture qui donne un coup de volant, sans regarder et sans clignotant à ce moment là, donc, prudence...
    Personnellement, à partir de 80 km/h, je ne roule plus entre les files, le risque devient beaucoup trop important par rapport au peu de temps gagné.
  6. Trouver une locomotive, c'est-à-dire un motard qui roule bien, mais pas trop vite et qui ouvre donc la voie (les voitures essaient souvent de leur laisser un peu de place). La meilleure locomotive dispose en outre d'un échappement non homologué; en plus, on l'entend bien ! Il suffit alors de le suivre avec une vingtaine de mètres d'écart (ni trop peu - au cas où il se plante sur ses freins - ni trop loin, auquel cas, il ne sert à rien),
  7. Se méfier des trous et des espace supérieurs à 10 mètres entre deux voitures : il y a toujours quelqu'un pour s'y faufiler très vite et au dernier moment, se méfier de la même manière des camions, qui empêchent de voir devant,
  8. Surveiller ses arrières : les voitures qui collent trop et certains motards qui trouvent toujours que l'on ne roule pas assez vite, à grand renfort d'appels de phare; les laisser passer dès que possible, c'est à dire sans prendre de risque et en toute sécurité lorsque vous voyez un trou suffisamment grand entre deux voitures (et donc pas un trou de souris qui aura toujours tendance à se rétrécir); ceci dit, cette règle vient après la règle n°1 qui prime,
  9. éviter les provinciaux et les étrangers : ils sont plus dangereux parce qu'ils n'ont pas l'habitude de se trouver dans un tel flux de circulation. Ils ont du mal à faire aussi attention que les autres et peuvent avoir de très mauvais réflexes. Leur brocard de pays sera alors synonyme de danger (mais porter d'abord son attention devant plutôt que sur ce point),
    Ceci entraîne une règle le fait de redoubler de vigilance aux périodes de vacances, parce que les automobilistes sont pressés de partir de Paris (on les comprend) et qu'en plus ils sont fatigués, donc plus susceptibles de faire des erreurs de conduites, fatales pour les motos,
  10. Avoir peur et/ou être parano : c'est un excellent stimulant qui oblige à anticiper, empêche de prendre des risques inutiles et qui force à rester bien sagement dans une file, comme une voiture, et incite à ne pas se faufiler entre les voitures, et confondre périphérique et jeux vidéo,

A ces conseils spécifiques périphériques, se rajoutent des conseils standards de conduite qu'il faut encore amplifier et qui peuvent prendre leur importance encore plus que d'habitude :

  • adapter sa conduite en fonction du temps (notamment quand il pleut),
  • avoir une moto en parfait état : freins, lumières, clignotants, rétros, klaxon...
  • avoir une bonne position de conduite, regard loin, prêt à freiner ou faire un évitement,
  • ne pas prendre de risque (comme rouler entre les files) quand on est fatigué, malade, pas en forme : les réflexes sont atténués,
  • remercier lors d'un déplacement, et éviter absolument tout comportement anti-social du type cassage de rétro ou coup de pied dans la portière.

Conclusion :

Motard sur le périphérique parisien - accident du 27 octobre 2000Ce pourrait être le 11e commandement : lire la Fable de la Fontaine : le lièvre et la tortue... Cela peut faire réfléchir à l'intérêt de gagner 5 minutes pour arriver à sa destination ou gagner un aller simple pour l'au-delà :-(

Dans un style plus cru et beaucoup moins drôle, je vous conseille vivement de lire les histoires et récits de motards qui se sont éclatés - et pas uniquement sur le périphérique- afin de réfléchir à l'intérêt de prendre des risques inutiles en moto. C'est la perpétuelle histoire du pot de fer contre le pot de terre. Un motard ne survit que très rarement à une chute sur le périphérique, parce qu'il y a toujours une voiture ou un camion pour lui rouler dessus... Il n'y a pas assez de place pour s'arrêter... Et c'est franchement pas beau à voir. Enfin, libre à vous de lire l'enquête accidentologie réalisée récemment.

Il y a 800 motards (hors scooters) accidentés chaque année sur le périphérique parisien et de trop nombreux morts. Ne soyez pas l'un de ceux là.

Notez cet article : Soyez le 1er à noter cet article

  • Currently 0.00/5