Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube

Les casques : jet, intégral, modulable : avis et opinions

Comment et en fonction de quels critères bien choisir son casque ?

Conseils d'achat casques

Conseils casquesNous confions notre vie chaque jour de moto à Shoei, Araï, Shark, Nolan, Lazer, AGV, Kiwi pour ne citer que quelques marques parmi les plus connues.

On réservera les jets au scooter et à la mobylette. Après les choix se portent vers les modulables et surtout les intégraux. Les modulables sont pratiques et ont été choisis par de nombreuses gendarmeries et polices de la route à travers le monde. Autrefois moins résistants que des intégraux, notamment en cas de choc frontal, ils sont aujourd'hui au même niveau que bien des intégraux, à condition d'être fermés; sachant que la plupart des modulables ont désormais une double homologation (intégral et jet).

Intégraux et modulables ont leurs affincionados avec des avantages et inconvénients spécifiques.

Comment faire son choix dans cette centaine de modèles de casques disponibles et quelle gamme de prix choisir ?

En termes de prix, il y a en pour tout le monde, en fonction des matériaux utilisés intérieurs et extérieurs (polycarbonate, fibre, kevlar...), du millésime, de la mode, du coloris ou de la déco. Les Replicas sont toujours plus chers, quelquefois de 30% par rapport à la version unie !

Une seule chose est sûre. Vous ne serez pas obligatoirement moins protégé en achetant un casque moins cher, en partant du principe qu'il s'agit d'un casque neuf et dans la limite du raisonnable (commencez à avoir des doutes sur un intégral à moins de 70 euros). Les casques actuels répondent tous aux mêmes normes européennes et ont été testés. Par contre il est vrai que certains casques - notamment des grandes marques - vont bien plus loin que ce que demandent les normes de sécurité. Il faut savoir que les normes varient notamment d'un pays à l'autre et que les grands fabricants essaient de répondre à toutes les normes et pas uniquement à celle d'un pays. Ceci garantit une plus grande sécurité globalement.

De plus, les casques ont fait de réels progrès depuis quelques années, notamment en termes de poids, de confort, de sécurité et d'insonorisation.

Petit rappel : un casque se porte jugulaire bouclée. C'est à la fois une question de sécurité et une obligation légale régie par l'article R431-1 du code de la route qui sanctionne d'une amende de 135€ et 3 points.

Comment choisir son casque ?

Homologué

Il est obligatoire d'avoir un casque homologué. Ceci se reconnaît à l'étiquette cousue à l'intérieur. On trouve encore des étiquettes vertes liées à l'homologation NF S 72.305. Mais on trouve surtout des étiquettes blanches liées à l'homologation européenne 22-50.

Après la lettre E, le chiffre indique le pays d'homologation :

  • 1 : Allemagne
  • 2 : France
  • 3 : Italie
  • 4 : Pays-Bas
  • 6 : Belgique
  • 9 : Espagne

Les lettres indiquent le type d'homologation :

  • J : homologué en tant que jet.
  • P : homologué en tant qu'intégral
  • NP : cas des casques modulables, homologués uniquement en tant que Jet (la mentonnière ne passe pas les tests de protection de la machoire).

Neuf ou occasion ?

Un casque s'achète neuf, ne se prête pas (les mousses intérieures se sont formées à votre tête) et doit être changé après la première chute (si vous le laissez juste tomber de votre main sur un sol mou, c'est bon, il peut encore servir).

Pourquoi neuf ? parce qu'un casque vieillit et surtout parce qu'un casque se moule à votre tête; pour être plus précis, les mousses s'adaptent à votre morphologie. Donc, si vous le prêtez, la mousse risque d'être déformée et ne plus correspondre à l'empreinte que vous y avez fait, à fortiori, si vous achetez un casque usagé, il ne correspondra pas à votre morphologie et les mousses risquent d'avoir été écrasées. De plus vous ne saurez pas si ce casque a subit ou non une chute voire un accident.

Un point relatif au casque : la visière. C'est elle qui vous permet de voir. Donc, une visière rayée diminue votre acuité visuelle et jusqu'à un facteur très important. N'hésitez pas à la protéger et surtout à la changer en cas de rayures prononcées. Evitez les visières fumées, dangereuses à la nuit tombée et interdites de nuit de toute façon.

Quand changer son casque ?

Il n'y a aucune obligation légale de changer son casque. La loi des 5 ans n'existe pas. Il s'agit surtout du fait que les anciens casques étaient facilement attaqués par les UVs, la coque devenant plus fragile voire très fragile en cas de choc. Après, il s'agit d'une affaire de bon sens.

Si vous chutez avec votre casque, le casque a absorbé le choc et des déformations peuvent être internes et donc non visibles extérieurement. Cela veut dire qu'il ne jouera plus son rôle aussi bien la fois suivante. Il est donc conseillé de le changer.

Encore une fois, c'est sans doute la visière que vous changerez si elle est abîmée, avant de changer de casque.

La taille

Tout d'abord, choisissez votre taille. Cela peut paraître idiot, mais les motards ont tendance à acheter en général une taille au-dessus. Pourquoi ? parce que lors de l'essai statique, à l'enfilage en magasin, il semble plus confortable. Or, attention, les mousses vont se tasser; et au bout de quelques centaines de kilomètres le casque bougera parce que choisi trop grand. Bref, lors de l'essai, le casque doit serrer partout, y compris au niveau des joues et il n'est pas rare de se mordre les joues alors en parlant. A l'inverse, ne prenez pas une taille trop petite. Gardez le sur la tête quelques minutes, il ne doit pas faire mal à la tête (pas de barre au front) et bien sûr pouvoir s'enfiler sans vous arracher les oreilles.

Un casque neuf peut-être douloureux les 1.000 premiers kilomètres. Certains n'hésitent pas à prendre une taille vraiment juste, voire en-dessous, afin qu'au bout de 2.000 kilomètres, il soit parfaitement ajusté et désormais confortable.

Pour les porteurs de lunettes, ayez vos lunettes avec vous et testez le casque avec (surtout si vous portez souvent des lentilles). Certains casques ne laissent aucune possibilité aux porteurs de lunettes même si au cours des dernières années, tous les grands fabricants ont tenu compte de ces contraintes avec des formes intérieures permettant de mieux passer les branches de lunettes.

Bref, lors de l'essai :

  1. vous ne devez pas pouvoir passer votre doigt entre votre front et la mousse du casque,
  2. le casque ne doit pas bouger si vous tournez la tête rapidement,
  3. Il ne doit pas vous serrer au point de vous faire mal

Les filles auront souvent un autre problème, celui de la taille et des petites tailles comme le XXS. Le choix sera alors réduit à quelques marques exclusives comme Shoei.

Attention ! Vous devez connaître votre tour de tête, mais ce n'est pas suffisant pour choisir (notamment par correspondance).

Toutes les marques ne taillent pas de la même manière. Un tour de tête 57 est habituellement classé "M" (Medium) par exemple. Or si vous preniez le Schubert C2, le M correspondait plutôt à un 56 qu'à un 57. Du coup, un 57 avait la barre au front s'il ne prenait pas le "L" qui taille normalement plutôt 59-60. Mais cette différence a disparu du C2 au C3. Un casque évolue donc à plusieurs niveaux en changeant de millésime et il ne faut pas hésiter à le retester.

Prendre son tour de tête

Il suffit de prendre un mètre de couturier. La mesure se fait en faisant le tour de la tête, au niveau du front, soir 2,5 cm au-dessus des sourcils.

Equivalences taille casques

Taille 48 cm 50 cm 51-52 cm 53-54 cm 55-56 cm 57-58 cm 59-60 cm 61-62 cm 63-64 cm 65-66 cm
Equivalence XXXXS XXXS XXS XS S M L XL 2XL 3XL

Le poids

Le poids varie en fonction des matériaux utilisés (polycarbonate, fibre...) et du type de casque.

Le poids d'un intégral varie généralement entre 1150 g et 1500 g mais peut dépasser les 1600g, la moyenne tournant autour de 1400g. Les modulables sont globalement généralement plus lourds que les intégraux parce qu'ils ont souvent plus de pièces et intègrent également une visière pare-soleil avec le mécanisme qui va avec... ce qui donne une moyenne de 1600gr mais ils peuvent atteindre les 1800 g. A contrario, le poids d'un jet se situe plutôt aux environs de 1000-1100 g.

Ces quelques centaines de grammes peuvent faire toute la différence, notamment sur de longs trajets. Cette différence est encore plus notable à vitesse élevée; un casque léger bougera moins et l'effort pour les contrôles latéraux et maintenir la tête droite sera moindre. Cela dépend alors de vos cervicales et vous apprécierez toujours davantage un casque plus léger. Attention, le poids se paye souvent et très cher, surtout quand on passe au carbone :-(Attention, un casque en carbone n'est jamais à 100% en carbone, mais en général un mix de fibre et de carbone.

Il y a ensuite deux poids pour un casque. Le poids quand on le pèse sur la balance, qui est un premier indicateur, important. Et le poids dynamique, le ressenti du poids en conduite réelle. Un casque plus léger en statique peut apparaître plus lourd en dynamique, en fonction de sa forme et de son équilibre global. Les grandes marques ont tendance à travailler ce point davantage, expliquant en partie les prix supérieurs.

La ventilation

Chaque fabricant développe des prises d'air et aération afin d'évacuer la buée (à basse vitesse) et de permettre de ne pas suffoquer de chaleur l'été. Attention ! Plus un casque dispose de systèmes de ventilation, plus il est bruyant, notamment dès que la vitesse augmente. Donc, vous finissez pas les fermer systématiquement et elles ne servent à rien !

Ceci dit, certains casques s'embuent plus ou moins facilement. Les systèmes de double écran / Pinlock placés à l'intérieur de la visière sont particulièrement efficaces pour éviter la buée. Rares autrefois, ils commencent à être fournis d'origine, sauf chez les marques comme Shoei ou Arai. Chez Shoei, il augmente encore des prix souvent déraisonnables à la base. Ensuite, attention, ce système a le désavantage d'être plus sensible aux rayures et ne supporte pas un séchage trop chaud proche d'une source de chaleur (déformation).

Le Schuberth C2 était même capable d'être détérioré lors du nettoyage intérieur de la visière avec du sopalin ! Un problème corrigé à partir du C3, ce dernier faisant appel à un écran Pinlock.

La vision

Une fois que l'on a trouvé le bon casque à sa tête, il faut vérifier l'angle de vision qu'il offre. Certains casques ont une toute petite visière offrant un champ de vision limité, à la fois en largeur et en hauteur. Les meilleurs offrent le plus grand champ de vision avec un angle supérieur à 190°. Cet angle de vision offert est difficile à proposer, car plus il est grand, moins il permet d'avoir une coque qui recouvre de façon complète et donc protège de façon efficace à moins d'avoir été renforcé ailleurs. Un grand champ de vision ne veut pas dire un casque plus "secure" mais en tout cas, au quotidien, il offre plus d'agrément une meilleure vue et notamment lors des contrôles latéraux, donc plus de sécurité. AGV a notamment dévoilé son SportModular offrant un angle de vision de 190° sans compromettre la sécurité.

L'écran solaire

L'arrivée des écrans solaires a été une révolution. De nombreux fabricants parmi les plus grands ont d'abord résisté, démontrant qu'un écran solaire prenait de la place à l'intérieur au détriment de la taille du casque ou des protections intérieures et apportait du poids, sans oublier des mécanismes plus ou moins fragiles, qui se détérioraient dans le temps. Et puis, rien de tel que des lunettes de soleil à sa vue pour bien protéger les yeux. Il n'en demeure pas moins, que même si al visière soleil n'est utilisée qu'une partie du temps, elle se révèle particulièrement utile en fin de journée, pour ne pas être ébloui, même en ville, quand on rentre chez soi et que l'on n'a pas obligatoirement pris ses lunettes de soleil. Quasiment tous les grands fabricants proposent désormais un modèle avec un écran solaire. les modulables notamment l'ont quasiment tout le temps, que l'on parle du Schuberth C4 ou du Shoei Neotec.

Votre tête

Et bien oui, votre tête n'est pas la même que celle de votre voisin. Un casque peut donc très bien aller à votre voisin, mais pas à la votre. Ce phénomène se remarque aussi au niveau des marques. Vous pouvez ainsi avoir une "tête Arai" mais ne pas être à l'aise dans un casque Shoei et vice et versa ou encore Shark. Donc, essayez, réessayez, prenez votre temps.

Une fois que vous pensez avoir trouvé casque à votre tête, n'hésitez pas à aller trouver le vendeur et lui demander conseil et confirmation de la taille (mais évitez le samedi, ils sont moins disponibles pour passer du temps avec vous).

Encore une fois, un casque est un investissement pour votre sécurité et pas uniquement pour votre look et vous allez faire plusieurs milliers de kilomètres avec. Hormis le fait qu'il doit vous protéger en cas de chute, il doit aussi "se faire oublier" au maximum.

Nettoyage

Personnellement, je nettoie mon casque à l'eau et au savon de Marseille pour l'extérieur. Surtout, ne pas utiliser d'alcool. Certaines visières de casques sont abîmées notamment par des produits de type Rain-X contre la pluie. Vérifiez bien les notices avant pour vérifier que les traitements ne seront pas détruits par de tels produits. En tout cas, avec du soin, un casque peut vous faire plusieurs années malgré une utilisation journalière et plusieurs milliers de kilomètres.

Ceci dit, les statistiques prouvent que la majorité des motards le change après deux années. Certains constructeurs n'aident pas à ce que les casques durent plus longtemps non plus. A noter des promotions de type reprises de l'ancien casque sont régulièrement effectués en ligne et cela peut être l'occasion de gagner un bon prix.

Pour l'intérieur, il existe des bombes de shampoing ou si votre intérieur est démontable, ce qui devient de plus en plus fréquent, dans la bassine d'eau savonneuse/lessive (vérifier la documentation fournie). Shoei recommande par exemple un lavage en machine à 30° maximum, donc plutôt comme du linge délicat.

Le séchage doit s'effectuer dans un endroit chaud, mais pas sur une source de chaleur qui pourrait détériorer les mousses. Attention aux visières avec pinlock qui ne supporteront pas un séchage près d'un radiateur (déformation du pinlock presque assurée).

Maintenant, il existe aussi deux solutions préventives : l'utilisation d'une cagoule ou du sanitête, une feuille tissée qui se colle au fond du casque et qui protège l'intérieur et surtout votre cuir chevelu.

Le Top des casques

Le sondage avis casques est mis à jour tous les jours sur le site afin de permettre d'établir des avis sur l'ensemble des casques du marché. En tout état de cause, plus de 10.000 motards y ont déjà répondu. Cela a permis d'établir un classement des casques les mieux notés, avec tous les critères d'évaluation nécessaires.

Tous les sites des fabricants de casque