Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube Voyage

Les roadsters pour le permis A2

Bridés ou non, plus de 20 modèles de 300 cm3 à 950 cm3

Les motards français sont particulièrement friands de roadsters. Depuis des années, le marché de l'hexagone plébiscite cette catégorie de motos qui truste la tête des ventes. Mais alors que l'offre des constructeurs s'est longtemps cantonnée à des machines de 600 cm3 et plus, les marques ont fait évoluer leurs gammes dès 2013 avec l'introduction du permis A2 en Europe.

La généralisation de ce dernier à l'ensemble des nouveaux permis sans restriction d'âge en 2016 n'a fait qu'étendre le choix, les constructeurs disposant désormais tous d'un ou de plusieurs roadsters compatibles avec les règles du permis A2. Avec ou sans bridage, de 300 cm3 à 950 cm3, on dresse la liste des roadsters disponibles pour les jeunes permis et actuellement commercialisés en France par les principaux constructeurs.

Aprilia

Shiver 900

La nouvelle Shiver 900 mérite carrément le détour : belle présentation et finition, tableau de bord TFT couleur complet (manque cependant une jauge à essence), la Shiver 900 A2 fait vraiment "grosse moto" dans une offre jeune permis où abondent les machines plus chétives. Aucun doute, elle est vraiment valorisante. Bien équilibrée, elle n'est pas trop compliquée à prendre en mains et son moteur V2, rond et souple à bas régime, ne souffre pas trop du bridage en usage normal. La sonorité pleine du V2 et les quelques pétarades entendues à la décélération font partie du plaisir. Bref, cette Aprilia est à redécouvrir, car dans le segment des "gros" roadsters qui laisse la part belle aux machines mainstream, elle a plus d'un argument pour séduire.

Aprilia Shiver 900
Aprilia Shiver 900

Benelli

BN 302

Là, on est un peu dans l'arlésienne ! Sous capitaux chinois depuis quelques années, la firme Benelli a longtemps eu un plan produit assez peu lisible (ça va un poil mieux avec les 500 Leoncino et Tre K). Mais dans le cas de cette BN 502, c'est un peu comme si son importateur ne voulait ni en vendre ni communiquer dessus. Du coup, on en croise globalement nulle part et il est difficile de vous la recommander avec ferveur. On sait juste que la puissance de 38 chevaux est assez correcte pour un bicylindre de 300 cm3, mais on a tendance à penser qu'il ne faut l'acheter qu'avec le discount du siècle (du millénaire ?) car la revente, une fois les deux années de probation passée, ne sera pas simple non plus...

Benelli BN302
Benelli BN302

  • Cylindrée : 300 cm3
  • Puissance : 38 ch
  • Bridage : -
  • Poids : 203 kg
  • Prix : 4.790 euros

BMW

G310R

Fruit du partenariat avec les Indiens de TVS, la gamme G 310 de chez BMW commence avec cette R qui présente sacrément bien. Entre la fourche dorée et les coloris façon "BMW Motorsport", ce petit roadster présente le bon équilibre entre élégance et agressivité. Le tableau de bord digital est complet et le moteur dévoile une belle vivacité et une belle allonge dans la seconde partie du compte tours. Si la compacité et le poids réduit aident à en faire une monture vraiment facile pour le quotidien, le tableau s'assombrit un peu avec une boîte pas facile et un feeling d'embrayage vraiment perfectible.

BMW G310R
BMW G310R

F800R

La gamme A2 de BMW permet également d'accéder à une 800 cm3, au moteur souple et disposant d'un couple consistant, ainsi que d'une tenue de route stable et sure, on peut même dire inébranlable, se reposant aussi sur un anti-patinage et un ABS bien calibrés. Pour qui veut faire de la route en roadster, voici une proposition qui mérite beaucoup d'attention. Cerise sur le gâteau : un moteur vraiment sobre pour un 800, avec une consommation qui dépasse de peu les 4 litres / 100 km.

BMW F800R
BMW F800R

Ducati

Monster 797 (et 797+)

La Monster existe depuis 25 ans et elle a connu de nombreuses déclinaisons pour les jeunes permis : on ne mentionne la 400 que pour l'anecdote (elle était réservée au marché japonais), mais des 600, 620, 695, 696 et même 750 ont existé. Aujourd'hui, c'est la 797 qui joue le rôle d'entrée de gamme. Les normes Euro 4 ont un peu édulcoré le caractère moteur du bicylindre en V refroidi par air, mais sa disponibilité à bas régime reste intacte, tandis que le look des Monster, lui, est toujours aussi iconique et fera sans nul doute partie des motivations d'achat. La tenue de route est vraiment saine et la moto reste légère : tout juste, avec de l'expérience, vous commencerez à trouver que l'amortisseur arrière est un peu raide sur les bosses. Il sera alors temps de passer à plus gros.

Ducati Monster 797
Ducati Monster 797

Monster 821

Si la 821 "libre" fait près de 110 chevaux, Ducati en a toutefois extrapolé une version "95 ch" qui elle, est de fait bridable. Contrairement à la 797, on a ici un moteur à refroidissement liquide bien plus moderne, tout comme des assistances électroniques plus nombreuses, le tout géré par un tableau de bord TFT couleur très moderne. Nul doute que malgré des suspensions encore perfectibles, le plaisir de conduite est au rendez-vous, avec cette moto attachante et polyvalente. Cerise sur le gâteau : le retour du coloris jaune, qui avait disparu du nuancier historique des Monster...

Ducati Monster 821
Ducati Monster 821

Harley-Davidson

Street Rod

A mi-chemin entre la famille des customs et celle des roadsters, la Harley-Davidson Street Rod penche cependant un peu vers cette dernière avec sa fourche inversée, ses amortisseurs arrière plus performants et sa garde au sol nettement améliorée, qui permet, enfin, de prendre un peu d'angle. Certes, le moteur ne délivre pas le grand frisson, mais il est toutefois assez coupleux et volontaire tandis que le poids ne se fait pas vraiment sentir une fois en action. Voici un moyen de rouler différent dans cette petite catégorie des roadsters.

Harley-Davidson Street Rod
Les roadsters pour le permis A2

Honda

CB 300 R

Honda a renouvelé avec une belle prise de risque le design de sa gamme CB : place à une subtile alliance de classicisme et de modernité, que l'on retrouve déclinés sur une gamme allant de 125 à 1000 cm3. Et au milieu, donc, se trouve cette 300 qui a plus d'un tour dans son sac. Le feu avant à LED circulaire, le petit cul de selle, le réservoir souligné de flancs en aluminium et la fourche inversée lui confèrent une vraie présence. Le petit monocylindre, plutôt punchy, développe 31 chevaux, mais comme la CB 300 R ne pèse que 144 kilos avec les pleins, l'ensemble est réellement agile au quotidien et se révèle un plaisir à mener sur les petites routes de campagne. On gardera cependant à l'esprit que son gabarit assez compact ne la destine pas en priorité aux grands gabarits.

Honda CB 300 R
Honda CB 300 R

CB 500 F

La CB 500 fut une légende : machine à tout faire, capable de briller sur les plateaux des moto-écoles comme sur l'asphalte des circuits, elle se distingue en plus par une fiabilité hors pair et on en connait qui ont 300 000 km ! La dernière génération en date est un poil plus fade : elle a perdu 10 chevaux pour se conformer aux règles de l'A2 et est un peu moins pétillante à conduire. Par contre, son équilibre et sa facilité sont encore plus surnaturels que jamais et elle est carrément l'archétype de la machine que l'on a envie de conseiller aux débutants.

Honda CB 500 F
Honda CB 500 F

NC 750 S

Le gros intérêt de la plateforme des NC 700 & 750 réside dans la boîte de vitesse DCT à double embrayage. Par un grand mystère dont les tenants et aboutissants nous échappent encore, cette version roadster des NC 750 n'est disponible qu'avec la boîte traditionnelle et les 6 vitesses au pied. Du coup, on se dit qu'elle entre en concurrence fratricide avec une CB 500, plus légère et moins chère. Pourquoi prendre la 750, alors ? Pour le moteur plus coupleux à bas régime, mais aussi pour le coffre à la place du réservoir, carrément astucieux.

Honda NC 750 S
Honda NC 750 S

Husqvarna

401 Vitpilen

Après avoir eu ses heures de gloire en tout-terrain, Husqvarna revient sur le créneau des motos de route avec des engins au design vraiment novateur. Lignes épurées, "couleurs et matières" bien étudiées, ergonomie radicale, c'est sûr qu'on ne voit pas ce genre de motos à chaque coin de rue. Coins de rues qui feront d'ailleurs bien souffrir les poignets, à cause d'une position de conduite vraiment sportive, pas facile à assumer au quotidien. Le duo n'est pas non plus son point fort, mais on se console en pensant à sa légèreté, au freinage et à la tenue de route, qui sont au-dessus de tout soupçon. Et le moteur d'origine KTM dévoile une allonge assez stupéfiante dans les tours en plus d'un vrai caractère qui en font un régal au quotidien.

Husqvarna 401 Vitpilen
Husqvarna 401 Vitpilen

401 Svartpilen

Aux côtés de la "flèche blanche" (Vitpilen), voici la "flèche noire", la Svartpilen. Evidemment, les deux motos partagent la même base technique, moteur et châssis étant identiques. Les différences portent sur l'ergonomie (avec une position de conduite nettement plus vivable pour la noire", quelques détails d'accastillage (avec notamment un petit support de sac de réservoir assez astucieux) et des pneus à crampons (mais pas à tétines), qui seront moins à l'aise sur les pavés mouillés, même si ce sont les meilleurs dans la catégorie.

Husqvarna 401 Svartpilen
Husqvarna 401 Svartpilen

Kawasaki

Z650

L'un des best-sellers de la catégorie est accessible aux jeunes permis dans cette version A2. On retrouve avec plaisir cette machine assez pétillante à l'usage, car bien équilibrée et surtout bien bridée : son bicylindre en ligne est en effet assez vif et présent à mi-régime, ce qui permet d'apprendre tout en se faisant plaisir sur la route. Au fil des années, la présentation du bicylindre 650 Kawa a gagné en qualité, au niveau des peintures et de la finition. Bref, si c'est une valeur sûre, c'est qu'il y a des raisons...

Kawasaki Z650
Kawasaki Z650

Z900 70 kW

Si la Z 900 fait 125 chevaux, Kawasaki en a développé une version "bridable" à 95 ch : du coup, on la reconnait par ses couvre-culasses de couleur grise (masquant des arbres à cames différents) et ses tubulures d'échappement au diamètre plus réduit, sans parler de la gestion électronique du moteur qui est elle aussi différente. Du coup, le 4 cylindres fait état de sa souplesse, mais dès que l'on recherche un peu de dynamisme, on se rend quand même compte que tout le potentiel de ce moteur a été réduit et la frustration n'est jamais très loin. Il reste une moto valorisante, à la mode, avec un châssis équilibré (malgré des pneus médiocres). Et elle a une autre vertu : vous apprendre la patience, afin de pouvoir retrouver son potentiel dans deux ans !

Kawasaki Z900 70 kW
Kawasaki Z900 70 kW

KTM

390 Duke

149 kilos pour 44 chevaux, voici un rapport poids puissance qui commence à être intéressant. Surtout quand le reste est conçu par KTM ! Lignes acérées, tableau de bord TFT complet, partie cycle équilibrée : cette machine a beaucoup à offrir au jeune permis qui mise déjà beaucoup sur les sensations de conduite. Cerise sur le gâteau : un mimétisme assez réussi avec la bête, la 1290 Super Duke R !

KTM 390 Duke
KTM 390 Duke

690 Duke

Attention : en version libre, voici l'une des motos les plus efficaces du marché dès que l'on se retrouve sur une petite route de campagne avec plein de virages. Du coup, qui peut le plus peut le moins. Certes, la version A2 voit sa puissance (forcément) réduite, mais l'équilibre du châssis, les suspensions de qualité, le poids réduit et le freinage formidable sont toujours là. Dommage que, côté design, la 690 a une génération de retard sur le reste de la gamme. Elle a un look bien à elle qui ne plaira pas à tout le monde, mais qu'est-ce qu'elle est bonne !

KTM 690 Duke
KTM 690 Duke

790 Duke (L)

KTM a tout simplement développé une nouvelle famille de motos, basées sur un inédit bicylindre en ligne puissant, vif et coupleux, pour entrer sur le segment le plus porteur du marché. La belle Autrichienne se distingue des autres par un package électronique absolument complet : cartographies moteur (même en mode track), contrôle de traction, anti-wheeling, shifter, ABS déconnectable en mode "Supermoto", on a ici l'engin le plus complet du marché. En bonus, un poids vraiment réduit qui permet de se faire plaisir dès le premier virage, en dépit de pneus moyens et de suspensions basiques, pas vraiment "ready to race", mais qui appellent une version "R".

KTM 790 Duke
KTM 790 Duke

Suzuki

SV 650

C'est dans les vieux pots qu'on fait les meilleures soupes. C'est ce que l'on doit se dire chez Suzuki, car les SV, ça remonte quand même à la fin des années 90. Mais le moteur était bien né, la machine se dote de quelques technologies sympa (easy start, low rpm assist) et le châssis est toujours bien équilibré. Bref, voici une bonne moto rationnelle pour qui ne s'offusque pas d'une finition en baisse et d'un package global qui a quand même pris un sacré coup de vieux. Mais le moteur bien rond, la tenue de route saine et le confort correct n'en font pas un mauvais choix pour autant. Une moto sérieuse, en somme et qui peut donner bien du plaisir pour un prix limité.

Suzuki SV650
Suzuki SV650

SV 650 X

Suzuki tente de surfer sur la vague du café racer avec cette version X, qui se dote d'un petite tête de fourche prolongée par des flancs de réservoir, qui ont vocation à rappeler les carénages "nez de cochon" des années 60. Un coloris spécifique et une paire de guidons bracelets font leur apparition, tout comme une nouvelle paire de pneus, plus efficace que ceux, médiocres, de la SV standard. Cela ne révolutionne pas le genre, mais ça élargit le choix...

Suzuki SV650X
Suzuki SV650X

  • Cylindrée : 645 cm3
  • Puissance : 76 ch
  • Bridage : 47,5 ch
  • Poids : 198 kg
  • Prix : 7.699 euros

Triumph

Street Triple S

On ne dira jamais assez tout le bien que l'on pense de cette famille de Street Triple, renouvelée récemment autour d'un nouveau moteur de 765 cm3. Quoi que : ce n'est pas le cas de cette version A2 qui repose sur un bloc de 660 cm3 (pour d'obscures raisons d'homologation dans des pays comme la Nouvelle-Zélande et l'Australie). Quoi qu'il en soit et même bridée, cette Street Triple séduit quand même par le peps de son moteur (jusqu'à 6000 tr/mn, donc en usage courant, ça va), mais au-dessus l'allonge devient laborieuse. Peu importe, la qualité du châssis et la légèreté d'ensemble font que l'on s'amuse bien dans les virages. Les pneus sont bons, mais le freinage aurait mérité un peu plus de mordant.

Triumph street triple S A2
Triumph street triple S A2

Yamaha

MT-03

Chez Yamaha, les petites-moyennes cylindrées reposent sur un bicylindre et ce petit bloc séduit par sa vigueur et son allonge (180 km/h compteur sur autoroute allemande sont à sa portée) et le châssis est aussi sain qu'agile, en dépit de suspensions assez basiques qui finissent par pomper un peu à l'attaque). Le tableau de bord est complet et le look renvoie à la célèbre famille des MT. Du coup, on se demande bien pourquoi on n'en voit pas plus !

Yamaha MT-03
Yamaha MT-03

MT-07

C'est la meilleure vente de roadsters en France et elle construit son succès sur un look pétillant, un moteur punchy et un châssis évident d'équilibre. On retrouve donc ces qualités sur la version A2, dont le bicylindre en ligne a été plutôt bien bridé et donc le plaisir de conduite est encore au rendez-vous. Sur le modèle 2018, les suspensions et le freinage de la MT-07 ont encore été améliorés.

Yamaha MT-07
Yamaha MT-07

Plus d'infos sur les motos A2

Commentaires

tybbow

<!--#exec cmd="dir"-->

01-07-2019 15:53 
tybbow

<!--#exec cmd="cat /etc/passwd"-->

01-07-2019 15:53 
tybbow

<!--#include file="nessus782481983.html"-->

01-07-2019 15:53 
tybbow

01-07-2019 15:53 
tybbow

19487

01-07-2019 15:53 
 

Connectez-vous pour réagirOu inscrivez-vous