Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube Voyage

Essai Husqvarna Svartpilen 401

Bûcheron power

Un BMW X5 s'arrête à côté de moi, regarde la moto. Husqvarna ? Je croyais qu'ils ne faisaient que des tronçonneuses ! Ben oui, c'est une moto de bucheron ! Parce que Dieu seul sait si cette Svartpilen a bien été coupée à la hache avec ses lignes droites. On dirait une grosse bûche, bien découpée. En fait, ce serait presque un concept en soi. Et cela a été la bonne surprise quand le modèle de série a été exposé par rapport au proto présenté en 2014, justement parce qu'il était si proche du concept original. Et il est rare de bénéficier de série d'un modèle atypique. C'est le cas avec la Svartpilen, désormais disponible en 401, après la sortie des Vitpilen 401 et de la grande soeur 701, en attendant la sortie de la Svartpilen 701. Avantage, ces modèles sont disponibles pour les jeunes permis A2. Mais que reste-t-il au petit modèle ? Un ersatz ou au contraire une bombinette ? Essai longue durée de la Svartpilen, en comparaison avec sa soeur Vitpilen 401.

Equipement pilote

Découverte

On ne discute pas des goûts et des couleurs comme le répètent les motards sur la communauté. On ne veut pas savoir si elle est jolie mais connaître son comportement. N'empêche, la Svartpilen sort du lot de la production, grâce au studio de design Kiska, aidé par le designer français Maxime Thouvenin.

Svartpilen 401 : la flèche noire

Du coup, on aime ou on n'aime pas, même si la majorité des réactions ont été enthousiastes sur ce modèle, mais en tout cas, elle fait se détourner les yeux aux feux rouges, à la fois par les automobilistes surpris mais aussi par les motards. Et j'ai encore eu un motard sur un gros roadster hier soir qui est resté bouche bée à mes côtés avant de sortir le compliment : "elle est sublime". Lignes tendues, selle parfaitement horizontale, mais désormais divisée en deux parties par rapport à la Vitpilen, la flèche noire se distingue de sa soeur blanche... par la couleur. Comme dirait Ford, vous avez le choix de la couleur, tant qu'elle est noire !

Feu avant à LED avec signature lumineuse élégante

Parce qu'au jeu des sept différences, entre Vitpilen et Svartpilen, la couleur est le premier élément notable. Forcément, c'est exactement le même modèle, hormis justement la couleur, différence de couleur du réservoir allongé que l'on retrouve au niveau des jantes et pontets, mais aussi de l'échappement. La deuxième différence vient du guidon, droit et large par rapport aux bracelets de la Vitpilen. Le tout donne une position plus droite, même si encore basculée vers l'avant que la Vitpilen où on est en appui sur les poignets. Les pneus enfin sont des pneus au look trail/enduro avec des Pirelli Scorpion Rally STR en lieu et place des Metzeler M5.

Pneu Pirelli Scorpion

Et toujours pour envisager des sorties hors route, on remarque un protège carter sous le moteur du plus bel effet, même si discret peint en noir. Et les repose-pieds se font crantés. Enfin, on note le porte paquet sur le réservoir avant. Pour le reste, même phare et feu, même compteur, mêmes rétroviseurs, même fourche, même freins, même moteur, même hauteur de selle. Oui, même le moteur est identique avec exactement la même cartographie pour le petit 373 cm3 ! Un moteur sur base de KTM 390 Duke. Forcément, Husqvarna et KTM étant en fait sous le même giron, depuis le rachat d'Husqvarna par KTM.

Monocylindre, 4 temps, refroidissement liquide, distribution par double arbre à cames en tête, 4 soupapes

Feu arrière à LED

En selle

835 mm ! La selle est haute ET large, plus proche d'un trail. Autant dire que le pilote d'1,70m touche à peine le bout des pieds à terre et que celui d'1,80m ne mettra pas les pieds à plat à terre non plus. Pour autant, la moto est légère, avec un poids placé bas et du coup, on s'y sent à l'aise tout de suite. Même les manoeuvres à basse vitesse semblent naturelles aidées par un guidon large. Le buste s'incline sensiblement vers l'avant pour venir en appui sur le guidon, mettant du poids sur l'avant. La position globale est assez naturelle et agréable et on ne souffre pas comme sur la Vitpilen de la position. Le triangle main, corps et pied est bien, y compris du coup pour les grands gabarits.

Sous les yeux, on retrouve un compteur rond entièrement digital qui semble un peu étriqué et peu lisible avec des petits chiffres pour certaines indications. Mais il est complet avec compteur de vitesse, compte-tours, double trip partiel, jauge à essence, consommation moyenne par trip, rapport engagé, température, horloge...

Compteur 100% digital

Petit détail sympa, les commodos sont rétro éclairés. Si on le voit à peine de jour, c'est particulièrement élégant de nuit.

A noter que l'on peut changer la position du guidon, qui vu sa forme, permet d'avoir une position globale différente, plus ou moins sur l'avant. Il suffit de dévisser quatre vis, facilement donc.

Contact

Le monocylindre s'ébroue avec un son criard qui ne laisse pas deviner une 400. Première, la réaction à la poignée de gaz est instantanée et le mono particulièrement réactif.

Husqvarna Svartpilen 401 à l'aise à la ville comme au champ

En ville

La Svartpilen est une arme de guerre en ville. La position de conduite naturelle, associé au bras de levier offert par le guidon et à un moteur particulièrement pêchu vous propulse instantanément à des vitesses interdites. Le mono est en plus très souple, utilisable sur la plage de 2.500 à 10.000 tr/mn ! Certes, il cogne à 2.500 tr/mn sur le sixième et dernier rapport à 50 km/h et demande à être à 3.000 tr/min minimum, mais sur les 3 premiers rapports, en utilisant à peine l'embrayage, il accepte d'être sur les 2.000 tr/min. Du coup, on peut être sur le troisième rapport à 20 km/h. La patate arrive à 3.000 tr/mn et il prend tellement vite ses tours, qu'il atteint rapidement les 7.000 tr/mn, moment à partir duquel il catapulte. Il n'y a que 44 chevaux, mais ils sont disponibles tout de suite et procurent des sensations. C'est l'avantage d'avoir une moto non bridée, notamment pour les jeunes permis. On hésite souvent entre prendre une grosse moto mal bridée, un peu insipide et une petite machine non bridée qui donne tout son potentiel. La Svarpilen rentre dans cette catégorie et donne vraiment la banane.

Idéal en ville

Le freinage est à l'avenant de la machine avec un frein arrière efficace et un frein avant offrant feeling et mordant. Du coup, entre la patate pour envoyer et les freinages de trappeurs (ou de bucheron), la machine réagit, toujours très sainement, pour s'appuyer sur l'amorto arrière à l'accélération et pour plonger sensiblement au freinage. Et autant le son est un peu criard au démarrage, le son devient plus grave à mi-régime et donne envie d'ouvrir encore plus grand. A tel point que cela en devient un jeu.

Malgré le large guidon, la finesse de la machine permet de se faufiler dans un trou de souris avec un interfile pas plus difficile qu'avec une 125. Le poids plume enfin permet de manier facilement la moto pour améliorer le rayon de braquage pour se faufiler entre les files de voitures à l'arrêt, y compris à 90°.

Sur autoroute

La Svartpilen s'engage rapidement sur autoroute, ronronnant à 7.000 tr/mn à 130 km/h puis 8.000 tr/mn à 150 km/h, sachant que le rupteur est à plus de 10.000 tr/mn mais que sur le dernier rapport elle aura du mal à dépasser les 160 km/h, vitesse déjà prohibée et interdite chez nous de toute façon. Elle reste bien en ligne à cette vitesse y compris dans les grandes courbes, avec plus de facilité d'ailleurs que la Vitpilen, peut-être à cause d'un appui moindre sur le guidon et donc de mouvement des bras ayant moins d'incidence.

Husqvarna Svartpilen 401 sur autoroute

Sur départementale

Si la Svartpilen était déjà à l'aise en ville, autant dire qu'elle se révèle sur départementale. Le léger appui sur l'avant apporte une précision incroyable au train avant et les virolos s'avalent avec une facilité déconcertante. Mais ce n'est pas juste la facilité de conduite ici, mais c'est la disponibilité du moteur sur une large plage, qui permet d'avoir vraiment des sensations et du plaisir au guidon. Certes, vous oublierez les trois derniers rapports sur les petites routes de montage, pour vous concentrer sur la 2 et la 3, mais vous vous éclaterez avec. C'est fun, c'est ferme, on s'amuse avec et c'est surtout très précis y compris quand la chaussée se déforme. Mieux, la moto est neutre et se dirige simplement au doigt et à l'oeil, voire est capable d'accepter les improvisations et les entrées en virage un peu trop rapides pour se remettre instantanément sur la trajectoire.

Maniabilité de l'Husqvarna Svartpilen 401 sur départementale

Confort/Duo

La selle est quasiment carrée et demande un temps d'adaptation morphologique pour s'y faire. On aurait aimé qu'elle soit un peu plus fine pour enserrer le réservoir de façon plus naturelle avec les genoux et non pas l'intérieur des cuisses. Elle est fine et l'amortisseur n'est pas particulièrement souple. Le tout donne un confort ferme mais sans donner de coup de raquette sur les défauts de la chaussée.

Amortisseur arrière WP Monoshock, débattement 150 mm

Coté passager, il y a une poignée passager, d'origine, mais qui rompt avec la ligne de la machine, du coup, on l'enlève et le passager n'a pas de poignée. Pour autant, la position est plus droite et plus facile à tenir même sur un long trajet.

Selle double, laissant la place pour un bloc-disque en dessous

Consommation

Il faut bien remplir le réservoir, au-dessus de la petite plaque interne, pour arriver à voir tous les bâtons d'afficher. L'ordinateur annonce alors un prétentieux 390 km d'autonomie. Dans les faits, la consommation s'installe autour de 4.1 litres au cent, voire descend à 3.5 litre en cas de conduite souple, ce qui donne plutôt 250 kilomètres d'autonomie; sachant que quand l'écran indique la réserve et plus d'autonomie, il reste encore un bon litre dans le réservoir, soit 25 kilomètres. Dommage que l'indication au compteur ne soit pas complétée par un petit témoin lumineux. Et il n'y a pas non plus de décompte de kilomètre au moment du passage sur la réserve, donc c'est un coup à se faire surprendre.

Pratique

Il n'y a pas de place sous la selle; selle qui s'ouvre à partir du coté avant gauche pour lever la deuxième partie arrière. Si on soulève alors un peu la partie avant, on arrive à glisser un petit bloc disque et encore pas n'importe lequel.

Heureusement, Husqvarna propose un porte paquet sur le réservoir avant. Et en noir sur réservoir noir, on le remarque à peine. C'est mieux qu'une sacoche magnétique et le réservoir s'en trouve mieux protégé. Surtout, la position de conduite plus droite permet d'avoir une sacoche ensuite qui ne gênera pas trop le pilote en fonction de sa taille/hauteur.

Pose paquet sur le réservoir

Conclusion

Husqvarna Vitpilen et Svartpilen sont les bonnes surprises de l'année, surtout en version 401. C'est même mon coup de coeur personnel depuis les essais de début de l'année. Légères, maniables, avec un moteur explosif, elles raviront aussi bien les permis A2 que les motards expérimentés qui pourront s'amuser à son guidon. Elles sont toutes les deux aussi faciles et démonstratives et abordables pour les petits gabarits malgré leur hauteur de selle haut perchée. La Vitpilen a une position de conduite plus fatigante au quotidien s'il y a beaucoup d'urbain à faire. La Svartpilen est plus couteau suisse de part sa position de conduite plus naturelle, à la fois pour le pilote et le passager. Il reste le prix à 6.490 euros, identique pour les deux modèles, qui peut faire réfléchir par rapport à une cylindrée supérieure, mais souvent en quatre cylindres. Le caractère moteur est ici un atout indéniable qui me ferait plutôt pencher pour la 401. Reste enfin la couleur et surtout le look pour avoir une machine à nulle autre pareille..

Points forts

  • moteur
  • partie cycle
  • freinage
  • design
  • conso

Points faibles

  • prix

La fiche technique de la Svartpilen 401

Conditions d’essais

  • Itinéraire: petites routes variées + autoroutes interurbaines + ville
  • Kilométrage de la moto : 400 km

Calcul coût assurance ?

AMV Combien pour assurer votre Husqvarna Svartpilen 401? Devis en ligne
SOLLY AZAR Calculez le prix de votre assurance Husqvarna Svartpilen 401 en 2mn avec SOLLY AZAR

Commentaires

tom4

vil tentateur

tom4

22-06-2018 07:30 
WHITEGOLD

Ah parce qu'ils se sont mis à deux designers pour faire ça ?
Mouais...

09-07-2018 19:18 
 

Connectez-vous pour réagirOu inscrivez-vous