Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube Voyage

Essai Yamaha MT-03

L'accès au Dark Side of Japan "pour les grands" dès 5199 €

42 chevaux à 10.750 tr/mn, 29,6 Nm de couple à 9000 tr/mn, pour les permis A2

Chez Yamaha, la famille MT a eu deux vies. La première, "Master of Torque", fut incarnée en 2005 par la MT-01 et son V2 de 1700 cm3, puis l'année suivante par la MT-03 mue par le monocylindre de 660 cm3 emprunté aux XT et XTZ Ténéré. Dans les deux cas, la firme japonaise débroussaillait de nouveaux concepts et segments de marché, repoussait un peu les limites habituelles du design et l'ensemble a connu, disons, un joli succès d'estime.

Mais ça, c'était avant. Fin 2013, Yamaha remet le couvert et relance les MT avec un autre motto (et non pas une autre moto, comme aurait dit Raymond Devos) : cette fois-ci, les MT sont l'incarnation du Dark Side of Japan, un nouveau concept. Le côté sombre du Pays du Soleil Levant (avoir de l'ombre dès le matin, c'est déjà un concept en soi !) s'incarne doublement dans, la rigueur et la maîtrise technologique des motos japonaises et l'anti-conformisme de la sous-culture urbaine tokyoite. On reprochait parfois aux machines des Fabulous 4 de manquer de personnalité : avec les nouvelles MT, c'est fini !

Dark Side of Japan Yamaha MT-03

Bien en a pris à Yamaha, puisque en un peu plus de deux ans, le marché a suivi et ce ne sont pas moins de 67 500 motos de cette famille qui ont été vendues. Et il y en avait pour tous les goûts : c'est la MT-09 qui a inauguré le bal, suivi de sa version Tracer, d'une MT-125, d'une MT-07 et de leurs deux déclinaisons néo-rétro, XSR 700 et XSR 900.

Aujourd'hui, Yamaha pense aux jeunes venant d'obtenir le permis A2 avec la MT-03. Mais que les autres se rassurent, ils peuvent en profiter aussi ! Il leur suffira de choisir la couleur (noir ou race blu) et de signer un chèque de 5199 €.

Yamaha MT-03 en ville

Découverte

On connaissait les MT pour les grands et la MT pour les minots. Voici la MT pour les djeunz : la 03. Ils auraient d'ailleurs pu l'appeler MT-03,2, mais ça aurait sonné bizarre. Pourtant, ce nouveau petit roadster reprend point pour point le bicylindre vertical de la sportive R3. Il s'agit d'un bloc de 321 cm3 (68 x 44,1 mm), développant 42 chevaux à 10 750 tr/mn et 29,6 Nm à 9000 tr/mn, des valeurs absolument identiques aux deux modèles. On retrouve donc les pistons forgés, les bielles traitées au carbure, les corps d'injection de 32 mm de diamètre et surtout, le calage à 180° qui tranche avec le reste de la famille des grandes MT, adhérant elles à la philosophie Crossplane et calées à 270°.

Moteur Yamaha MT-03

La différence principale tient dans l'habillage. L'ablation du carénage permet au roadster de faire économiser 500 € (5199 contre 5699) et un kilogramme (poids tous pleins faits de 168 au lieu de 169 kg). Pour le reste, pneus, freins, suspension, géométrie : tout est pareil.

L'ablation du carénage dégage une ligne qui, sans conteste, appartient à la famille MT, avec son arrière effilé, son pot d'échappement en position basse et son aspect trapu aux épaules (les écopes de radiateur).

Feu arrière Yamaha MT-03

La MT-03 présente plutôt bien, avec des pièces (échappement, roues à 10 bâtons - plus encore dans la livrée bleu et grise -, tableau de bord...) et des caches (radiateur, sabot moteur, écopes...) de bonne facture, même si quelques éléments (la pédale de frein ou encore la durit de radiateur bien exposée côté droit du moteur...) manquent un peu de soin. Rien d'alarmant dans le cadre d'une machine d'entrée de gamme. On apprécie d'autant plus les feux à LEDs à l'arrière et les veilleuses du même calibre à l'avant.

En selle

Avec une hauteur à 780 mm et une largeur très contenue, la MT-03 permettra aux débutants et à la plupart des gabarits de se sentir rapidement à l'aise. Les leviers de freins et d'embrayage ne sont pas réglables mais toutes les commandes sont douces et tombent facilement sous la main.

L'ergonomie est naturelle, avec une position de conduite pas trop basculée sur l'avant. Par rapport à la R3, les guidons sont plus hauts de 39 mm, plus près du pilote de 19 mm et plus larges de 40 mm.

Sous les yeux, on découvre un tableau de bord complet, avec un gros compte-tours, une jauge à essence, une jauge de température moteur, deux trips, les valeurs de consommation moyenne et instantanée, indicateur de rapport engagé, shiftlight programmable (en pressant le bouton "SEL" avant de mettre le contact). Elle a assurément tout d'une grande, cette MT-03.

Compteur Yamaha MT-03

En ville

Les petits pistons du 321 cm3 tricotent rapidement et, au départ du feu vert, on peut vite monter les rapports, en souplesse. Voilà, c'est ça : souplesse, c'est le maître-mot du vertical twin en ville. Les rapports s'enchaînent tranquillement les uns après les autres, la boîte est douce comme un petit matin de printemps dans un champ de cerisiers en fleurs, l'embrayage soyeux comme un petit poussin découvrant la vie au-delà de sa coquille. Pour le jeune permis A2, la MT-03 délivrera les mêmes émois : facilité, liberté, urbanité !

En ville, donc, on peut reprendre à 20 km/h en 3ème et même à 35 km/h en 5ème sur un filet de gaz. C'est dire si, une fois que l'on roule, monter et descendre des rapports est bien la dernière préoccupation tellement la MT-03 est élastique et prédisposée aux paresseux de l'orteil gauche. Dans l'absolu, une traversée de village à 50 km/h en 6ème à 3100 tr/mn ne lui fait pas peur. Le couple, lui, est sensible dès 4000 tr/mn.

L'excellent rayon de braquage (de butée à butée, l'angle de braquage couvert est de 68°) et le train avant précis permettent à cette MT-03 de se jouer des obstacles comme une vulgaire 125, si tant est qu'une 125 soit vulgaire, ce que, personnellement, je ne crois pas.

Yamaha MT-03 sur autoroute

Autoroute et voies rapides

Pour traverser l'Europe par les voies Express, Yamaha vient juste de remettre à niveau la FJR 1300 AE et c'est une bonne nouvelle ! Mais comme les voyages forment la jeunesse, loin de nous l'idée de dire aux futurs jeunes propriétaires de MT-03 de limiter leurs rêves et de cantonner leurs horizons. Au contraire ! Car 42 chevaux sont bien suffisants pour voyager : à 110 km/h, le petit vertical twin tourne à 7000 tr/mn et à 130 km/h, vitesse perricho-responsable sur autoroute, le 321 cm3 donne de la voix à 8500 tr/mn. Ca vous paraît haut ? Que nenni : il reste une confortable tranche de 4000 tr/mn avant la zone rouge ! Soit de quoi doubler en toute sécurité et ménager la mécanique sur de longues distances. Ou espérer un bon 180 compteur sur l'Autobahn.

A ce régime, seule une très légère vibration transparaît dans le repose-pied gauche et la MT-03 trace sa route, imperturbable. La protection au vent est forcément limitée, mais baisser la tête donne l'air d'un coureur. Et c'est un roadster : what did you expect ? ((c) Nicole Kidman, toujours ravissante malgré les années).

Yamaha MT-03 du dessus

Routes départementales

Comme la plupart des motos, la MT-03 aura tout intérêt à privilégier le réseau secondaire. Et ce, pour plein de raisons. La première, c'est que sa puissance raisonnable s'y exprimera le mieux. On pourra donc cruiser à 90 km/h, sagement calé à 5500 tr/mn sur le dernier rapport, ou a contrario, tenter d'exploiter la substantifique moelle des 42 ch ! L'occasion idéale pour constater que le petit twin commence à délivrer son couple dès 4.000 tr/mn (mais c'est gentillet) et sa puissance arrive progressivement à partir de 7.000 tr/mn pour donner ensuite lieu à une allonge tout à fait correcte qui ne faiblit pas jusqu'à 11.000 tr/mn.

Mabiabilité Yamaha MT-03

Dans la Grande Encyclopédie de la Moto, on pourra disserter longuement sur la question suivante : 42 chevaux suffisent-ils au bonheur motocycliste ? La réponse est non, parce que 15 chevaux sont déjà source de plénitude. Alors, pensez donc, 42 ! Au guidon de la MT-03, on apprécie ce moteur pétillant, vif et plein d'allonge, ce châssis compact, ces pneus étroits (110/70 x 17 devant, 140/70 x 17 derrière) qui permettent de jouer sans frais sur leur arrondi pour gagner quelques tours / minute en sortie de virage et savourer l'instant où l'aiguille du compte-tours se rue vers la zone rouge tandis que le regard, dans un éclair de shiftlight, se jette déjà sur le point de corde suivant. La MT-03 permet de pratiquer ses bases et bien plus : c'est une vraie moto.

Yamaha MT-03 sur départementale

Partie-cycle

Qui peut le plus, peut le moins : un roadster avec un châssis de sportive, c'est rarement décevant. Bon, ce n'est pas la sportive de l'année, la R3, mais elle n'a rien d'une machine au rabais avec sa fourche KYB de 41 mm de diamètre et son cadre en treillis tubulaire de 35 mm de diamètre, utilisant le moteur comme élément de rigidité. Il n'empêche, ça fait le job.

On pourrait être critique et dire qu'à l'attaque, l'ensemble se désunit un peu même si c'est moins la stabilité qui est sujette à caution que la rigueur des suspensions en appui et sur les cassures, mais ce serait oublier ce sur quoi nous avons tous fait nos premiers tours de roues et envoyé nos premières bourres. Car, lorsque l'on débute à moto et la MT-03 est faite pour ça, c'est un peu "faites la bourre, pas la guerre !". Alors oui, quand on entre en virage comme un porc en faisant confiance aux Michelin Pilot Street (des pneus radiaux qui sont de meilleures montes que les IRC Road Winner, de structure diagonale, qui équipent en général les motos de ce segment, même si les Bib finissent par glissouiller sur les poussiéreuses routes espagnoles), ça pompe un peu de l'arrière et ça raquette sur les irrégularités. Ça vit, quoi. Ce qui ne retire rien à l'essentiel : la MT-03 est saine et amusante. Et super agile, avec ça.

Yamaha MT-03 à l'attaque

Freins

L'ABS de série, ça rassure les jeunes et les parents des jeunes, c'est sécurisant et ça permet d'oser un freinage réflexe sur le mouillé. C'est parfait. Ce qui l'est moins, c'est la puissance de freinage, moyenne dans l'absolu et l'ABS, très sensible notamment à l'arrière : mais ces remarques s'expriment dans le cadre d'un usage un peu extrême de la moto. Au quotidien, on appréciera plus le bon feeling des commandes et, dans le cadre d'un usage plus raisonnable, le disque de 298 mm à l'avant pincé par son étrier deux pistons et secondé par une galette de 220 mm de diamètre à l'arrière fournissent une puissance de ralentissement en phase avec l'esprit de la moto.

Freins Yamaha MT-03

Confort / Duo

On ne va pas se mentir : cet essai fut intense, mais bref. Pas de quoi sentir son fondement vous envoyer des signaux d'alerte. L'ergonomie naturelle doublée d'une selle qui n'a rien d'une planche de fakir envoient, eux, des signaux assez positifs. De quoi voir venir les kilomètres avec avidité, d'autant que le feeling de toutes les commandes donne dans la douceur et que les suspensions sont plutôt conciliantes sur les hautes fréquences (mais un rien plus cassantes sur les basses). Le vertical twin vit sans trop vibrer. Bref, ça roule. Par rapport à la R3, la MT-03 présente des poignées de maintien ce qui aura tout pour plaire au copain ou à la copine du djeunz qui jettera son dévolu sur ce petit roadster parfait pour s'initier à la Route, oui, avec un r majuscule : dévorer les kilomètres, c'est entrer en confrérie.

Yamaha MT-03 sur nationale

Consommation

Yamaha revendique une consommation de l'ordre de 4 l/100. Sur la première partie de notre parcours (en ville et lors des séances photos parcourues à un rythme soutenu), l'ordinateur de bord indiquait 6,1 l/100. Sur la seconde partie, en montagne, il affichait 4,4 l/100. De quoi viser les 300 kilomètres d'autonomie avec le réservoir de 14 litres.

Conclusion

"Tu le sens, le rayon de ma noirceur ?" : c'est, en bref, le message que veut vous envoyer la MT-03. Son entrée dans la famille, elle le signe par son design affirmé, sa facilité d'utilisation et son caractère moteur plutôt pétillant. Certes, son positionnement tarifaire n'est pas facile : pour 1000 € de plus, on accède à une "vraie" moto façon MT-07 tandis que le marché de l'occasion permet d'avoir accès à deux fois plus gros pour deux fois moins cher. D'où des ambitions mesurées de la part de Yamaha, qui espère écouler seulement entre 300 et 400 machines par an en France.

Il n'empêche : pour celui qui souhaite débuter avec une moto neuve et disposer d'un package homogène et cohérent, la MT-03 est un excellent choix. Facile de prise en main, agile, sa faible inertie la rend facile à contrôler en virage tandis que son moteur délivre des performance qui sont déjà suffisantes. Et c'est plus drôle de tirer tout le potentiel d'un petit moteur plein de vie que de subir le manque de caractère d'un plus gros bloc bridé.

Points forts

  • Look MT affirmé
  • Moteur élastique
  • Moteur souple
  • Facilité d'utilisation
  • Idéale en ville
  • Performances correctes
  • Confort correct
  • Equipement complet

Points faibles

  • Freinage moyen
  • ABS sensible
  • Rigueur du châssis à l'attaque
  • Quelques détails de finition

La fiche technique de la MT03

Conditions d’essais

  • Itinéraire: 80 petits kilomètres au départ d'Altea (Espagne), avec un grand et long passage dans la très balnéaire ville de Benidorm (et ses 300 discothèques, paraît-il), puis une petite virée en montagne vers Albaida.
  • Kilométrage de la moto : 250 km
  • Problème rencontré : aucun, sauf que l'ouvreur Yamaha se traînait vraiment et que juger une moto sur 80 km, c'est un peu chaud.

La concurrence : Kawasaki Z300, KTM 390 Duke, Suzuki 250 Inazuma.

Calcul coût assurance ?

AMV Combien pour assurer votre Yamaha MT-03? Devis en ligne
SOLLY AZAR Calculez le prix de votre assurance Yamaha MT-03 en 2mn avec SOLLY AZAR

Commentaires

Jarri Jarri

Un peu plus puissante et coupleuse que la Z300, apparemment plus sérieuse et confortable que la Duke 390, beaucoup plus moto que l'Inazuma 250... Et par rapport à une CB500F? Si elle coûtait un peu moins de 5000¤ elle pourrait me tenter...
Bonne route, Julian

28-02-2016 20:14 
eriko

je l'ai acquise depuis le 25/10/2016 à 4800 euros (carte grise +Mise en route + gravage offerts par le concessionnaire Paris 18)sans l'avoir essayée .car cette moto est quasi absente dans le réseau il n 'y a même pas de doc .J 'ai bien sur hésité avec la cb 500 F qui est maintenant 900 euros plus cher et que j'ai pu essayer sur quelques kilomètres . Entre les deux la différence se situe au niveau du poids et de la position de conduite :
La Yamaha se conduit comme une 125 qui a les perf d'une 500 .
La Honda est une 500 qui fait le poids d'une 500 ou d'une 600!
Rien qu 'en m'asseyant sur le modèle (enfin) exposé avenue de la grande armée depuis octobre 2016 j' ai senti cette différence et c 'est ce qui m'a décidé ... la suite confirmant cette impression première.
autre point fort : l'ergonomie (pour les moins de 1,70m en tous cas )à mon avis supérieur à la Honda et surtout un confort étonnant : C 'est la première fois que j'achète une moto ou
l'amortissement ar est d'un tel niveau .. pour une utilisation routière s'entend .


31-10-2016 10:06 
 

Connectez-vous pour réagirOu inscrivez-vous