Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube

Essai Yamaha MT-07

Le bicylindre au diapason

Après la MT-01, la MT-03, la MT-09, Yamaha continue à décliner la part sombre du Japon avec la MT-07. Autant il n'y avait aux tous débuts de la série aucun rapport entre le chiffre et la cylindrée, cette fois-ci et dans la ligne de la 900, la MT-07 est bien une 700 cm3 (689 pour être précis). Mais plus que la cylindrée généralement avancée par les noms des modèles, c'est bien l'esprit de la série qui s'affirme aujourd'hui... Alors que ce modèle annonce déjà d'autres déclinaisons pour compléter la gamme (une MT-05 à venir?). Car, les MT ne remplacent aucun modèle existant mais vont chercher d'autres motards, pour répondre à toutes les demandes et tous les caractères. On garde ainsi les Fazer mais également les XJ6 au catalogue... avec l'onctuosité des quatre cylindres face au caractère plus marqué d'un bicylindre. Avec une cylindrée plus petite et deux cylindres au lieu de 3, la MT-07 s'annonce plus facile, plus accessible, encore plus joueuse que sa grande sœur. Alors mini-MT09 ou rivale à l'ER6 ?

Yamaha MT-07

Découverte

La MT-07 ressemble à une mini MT-09, de par sa taille et son look au dessin bien spécifique désormais, même si la ligne est un peu plus consensuelle que sa grande sœur.

Phare avant et bulle Yamaha MT-07

Élancée est le premier terme qui vient à l'esprit en découvrant ces lignes, notamment avec un vrai-faux réservoir particulièrement allongé.

Sketch Yamaha MT-07

Vrai-faux, car le vrai réservoir est habillé de protections en plastique (de qualité) pour donner ces formes et l'assemblage final, gage de future personnalisation au-delà des quatre coloris proposés : noir, gris, blanc, rouge sans oublier la version noire aux jantes bleues. Haut perché est ensuite la deuxième caractéristique du modèle qui semble monté sur échasse; une impression renforcée par la finesse globale et confirmée par la hauteur de selle à 805 mm. Heureusement pour les plus petits gabarits, la selle est très étroite, venant ainsi largement compenser sa hauteur.

Yamaha MT-07 en rouge

On note ensuite la quasi absence de cadre, avec un moteur porteur et un amortisseur directement monté sur le moteur, de façon quasi horizontale. Cette impression d'absence de cadre et de minimalisme global est confirmée par une diminution de plus de 20% des pièces par rapport à une XJ6 ! Le moteur a 18% de pièces en moins et le chassis 22% de pièces en moins qu'une XJ6 ! Et c'est en jouant sur cette ingénierie que la MT-07 affiche un poids plume de 164 kilos à sec (179 kilos tous pleins faits), soit en moyenne 20 kilos de moins que les modèles concurrents. Poids plume, économie de pièces, expliquent partiellement son coût particulièrement bas à respectivement 6199 euros et 5699 euros pour les modèles ABS et non ABS. Un prix aussi agressif que le look de la machine... On note ensuite l'énorme boudin arrière de 180 mm qui contribue à valoriser la machine.

Coloris Yamaha MT-07

En selle

Première bonne impression, le pilote d'1,70 met la plante des pieds à terre, soit un peu mieux que l'ER6, malgré une selle plus haute à 805 mm. Les mains se posent naturellement sur le guidon avec un buste se penchant légèrement en avant. Le compteur entièrement digital se révèle très lisible, même en plein soleil, affichant de gauche à droite, jauge à essence, compte-tours sous forme de baregraphe, vitesse (sur la droite), double trip partiel et totalisateur, horloge, consommation moyenne et consommation instantanée et surtout un indicateur de vitesse engagée (très lisible et bien pratique).

Compteur Yamaha MT-07

Les rétroviseurs en forme de parallélogramme se règlent facilement et offrent une relative bonne visibilité à l'arrière, même s'ils perdent 1/3 de leur surface à afficher le blouson du pilote. La selle assure un bon amorti des défauts de la chaussée.

Drift Yamaha MT-07

Contact

La MT-07 s'ébroue dans un feulement à la fois discret et agréable, valorisant. Première engagée, la poignée droite réagit instantanément, presque brutale...

Moteur Yamaha MT-07

Alors que les premiers tours de roue confirment le poids officiel technique. C'est léger, très léger même et encore plus avec un centre de gravité placé très bas, qui donne l'impression d'avoir un vélo entre les mains. Une XJ6 semble un camion à côté. Et si la réponse de la moto à la poignée de gaz est instantanée, le caractère est bien là, tout en bas dans les tours, sans délai et sans attente. Pour autant, on n'est pas dans la difficulté des twins de type Mostro des années 2000 mais plus dans la lignée des ER-6 et Gladius qui ont apporté des twins accessibles et agréables au quotidien. Tout en sachant que la MT-07 offre moins d'onctuosité et de douceur que le 4 cylindres d'une XJ6.

Essai Yamaha MT-07 sur départementale

En ville

Légère, maniable, fine, la MT-07 se faufile partout avec aisance et avec d'autant plus de vélocité qu'elle reprend dès les plus bas régimes, toujours disponible et comme prête à recommencer à chaque instant, surtout en ville. Elle se révèle surtout prête à tout faire, à n'importe quel régime, capable de partir en wheeling en 1 ou en 2, ou d'enrouler sur le sixième rapport à 35km/h à 1.500 tr/min. Certes à ce régime minimal, ça cogne, mais elle l'accepte sans même jouer de l'embrayage et sans caler. Ensuite, toutes les possibilités intermédiaires sont possibles, d'autant plus qu'elle est capable de grimper en première jusqu'au rupteur à 95km/h et sans avoir l'impression de forcer (pas en ville naturellement). Après quelques kilomètres, les toutes premières impressions d'un côté rugueux disparaissent complètement pour l'apprécier totalement.

Essai Yamaha MT-07

Sur autoroute

La MT-07 s'élance sur autoroute avec légèreté... et dynamique, sachant qu'elle n'est qu'à 5.000 tr/mn à 120 km/h et très loin de la zone rouge. De fait, elle grimpe allègrement jusqu'à 190 km/h avant de dépasser les 200 km/h sans être encore tout à fait au rupteur... à l'étranger, sachant qu'en France, vous aurez déjà perdu votre permis. A cette vitesse, sa stabilité reste excellente, ce que l'on aurait pu redouter en contrepartie de son agilité à basse vitesse. Est-ce pour autant son terrain de prédilection ? Elle s'y sent bien et est capable de grimper haut dans les tours et en vitesse, même si les derniers kilomètres heures sont assez lissés. C'est surtout l'aérodynamique sans bulle qui est impressionnante à cette vitesse maximale car ne générant pas de gêne ni de pression dans le casque malgré la vitesse. Elle peut le faire... Mais retrouvera malgré tout volontiers des terres plus favorables à sa disponibilité à bas et moyen régime en revenant sur départementale. Car si elle est capable de monter très haut dans les tours, elle est très linéaire au-dessus de 7.500 tr/mn préférant largement les régimes inférieurs.

Essai Yamaha MT-07 sur autoroute

Départementales

Aussi à l'aise en ville que sur autoroute, la MT-07 trouve immédiatement ses marques sur départementale, aidée par son agilité qui fait ici toute la différence, que ce soit sur les petites routes de montagne ou sur les grands courbes. Elle appréciera alors tout particulièrement le 4ème rapport, ni trop court, ni trop long, pour enchaîner les virages, même à rythme très rapide. Car même si dans l'absolu, elle n'est au rupteur en seconde qu'à 115 km/h soit une vitesse déjà bien poussée sur petite route, ce n'est pas haut dans les tours qu'elle exprime tout son caractère mais justement en bas et jusqu'à 8.000 tr/min et ce, d'autant plus que les vibrations ressenties dans les cale pied et sur la selle au-delà de 8.000 tr/min la rendent moins agréable, alors qu'en dessous, c'est du bonheur en barre à tous les étages. Vraiment capable de reprendre dès les plus bas tours, elle réagit très bien dès 2.500-3.000 tr/mn et commence à envoyer vraiment dès 4.000 tr/mn, soit une plage d'utilisation courante et surtout facile à exploiter plutôt que d'aller cherche les chevaux dans les tours. De fait, son couple maximal de 68nm s'obtient dès 5.500 alors que la puissance maximale est atteinte dès 7.500 tr/mn, comparativement à certains 4 cylindres qui ne commencent alors à s'exprimer qu'à partir de ces régimes.

Essai Yamaha MT-07 sur route

Freinage

On retrouve la qualité du freinage Yamaha du type FZ8, aussi bien à l'avant qu'à l'arrière. Le double frein à disque avant de 282mm se révèle puissant et mordant, avec un bon feeling et facilement maîtrisable. Le frein à disque arrière de 245 mm est par contre un peu spongieux et se bloquera assez facilement sur la version non ABS... De quoi privilégier la version ABS dès sa sortie. Pour autant le frein arrière est agréable en ville, ou juste en appoint en amorce de virage pour asseoir la moto.

Freins Yamaha MT-07

Confort

La première impression visuelle donne l'impression d'une fine épaisseur guère confortable. Pourtant, quand on appuie sur la selle, il y a bien un léger molleton qui fait que l'on n'a pas l'impression d'un bout de bois. La suspension travaille bien et amortit bien les défauts de la chaussée, sans pour autant être souple... Le tout se révèle donc homogène et de fait, l'essai de 220 km/h n'a entraîné aucune fatigue ni gêne particulière, positionnant la MT-07 comme plutôt confortable... pour le pilote. Car le passager dispose d'à peine plus qu'un vague strapontin et est à peine mieux loti que sur une sportive. Elle ne paraît donc pas idéale pour effectuer de longs trajets en duo, à contrario d'une XJ6... à confirmer lors d'un essai longue durée.

Selle Yamaha MT-07

Pneumatiques

La monte d'origine en Michelin PR3 effectue très bien son travail et se révèle homogène par rapport au modèle. On pourra trouver également des Bridgestone BT23 en première monte possible.

Essai Yamaha MT-07

Consommation

Yamaha annonce avoir particulièrement travaillé la consommation, expliquant ainsi un 'petit' réservoir de seulement 14 litres. Un autre gain de poids pour la moto qui conforte la légèreté de l'ensemble, même tout plein fait. En conduite un peu musclée, la consommation moyenne donnée par l'ordinateur de bord se situe aux environs de 5 litres au 100 (entre 4,8 et 5,1 litres au cent). Le premier bâton de la jauge ne descend qu'au bout de 100 km, puis chaque bâton s'éteint ensuite au bout de 25 km... donnant une autonomie moyenne en conduite musclée de 250-270 kilomètres, idéale pour la catégorie. Yamaha annonce une autonomie de plus de 330 kilomètres en utilisation plus cool. A vérifier sur un essai longue durée.

Essai Yamaha MT-07

Conclusion

Yamaha réalise quasiment la quadrature du cercle en ajoutant la MT-07 dans sa gamme, avec un modèle homogène, au look novateur et un moteur fun et accessible pour le débutant (la MT-07 existe en version 35 Kw pour permis A2) avec lequel pourra également s'amuser le motard plus expérimenté. On est ici plus sur une vraie rivale pour l'ER6 plutôt qu'une mini MT-09. Cerise sur le gâteau, Yamaha frappe très fort avec un prix particulièrement agressif et placé bas par rapport à la concurrence, surtout pour une moto récente et sans défaut. Le choix est désormais plus qu'étendu pour le motard, que ce soit au sein même de la marque aux diapasons ou sur le marché au sens large ou le look finira par devenir quasiment la raison majeure du choix final, d'autant plus qu'il existe déjà plus d'une cinquantaine d'accessoires au catalogue pour la personnaliser. Il ne reste plus qu'à aller l'essayer en concession... à partir de la mi-mars.

Points forts

  • Facilité de prise en main
  • Homogénéité
  • Caractère moteur
  • Freinage
  • Poids plume
  • pêchu

Points faibles

  • duo