english
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube Voyage

Comment bien choisir ses gants moto

Petit guide explicatif pour bien choisir ses gants moto

Cuirs, tissus, stretch, Gore-tex, Cordura, Kevlar, Mesh

Les gants sont désormais obligatoires à moto (depuis 2016 suite à la publication du décret 2016-1232 au Journal Officiel, -1 point sur le permis et 68 euros d'amende sinon) et on ne se pose plus la question de savoir s’il faut en porter ou non, y compris quand il fait chaud. Mais en sachant qu’à la première chute, ce sont les mains qui vont souvent amortir ou glisser sur le sol (et vu leur importance dans la vie de tous les jours), des gants c’est avant tout, se protéger. Mais ce n’est pas uniquement une protection en cas de chute. Parce que l’hiver et en cas de pluie, c’est tout simplement une protection contre les intempéries; et une main au chaud et protégée, c’est un meilleur contrôle de la moto. Car une main qui a froid s’engourdit et il est plus difficile d’actionner les commandes au guidon et notamment le frein avant. Même quand il fait chaud, les gants permettent d’avoir un bon grip sur le guidon et de ne pas avoir les mains qui glissent avec la transpiration. Enfin, des gants vont également vous protéger d’éventuelles projections de gravillons. Bref, les gants, c’est avant tout de la sécurité en toutes saisons et pas juste une question d’obligation légale (étiquette CE Moto obligatoire). Mais ils doivent aussi être « confortables » en offrant une bonne sensibilité des leviers. Mais du coup, comment bien les choisir tout en se faisant plaisir ? Petit guide explicatif pour bien choisir ses gants moto.

Gants sport Vanucci
Gants sport Vanucci

Saison et météo : pluie, froid et chaleur

Cela peut paraître évident mais on ne porte pas les mêmes gants l’été et l’hiver. Les gants doivent être chaud l’hiver, notamment dès que la température passe sous les 10ºC. Et cela tombe bien, on parle de gants hiver, facilement référencés sous ce terme chez les équipementiers. De même, on parle de gants été pour l’été. Et pour les autres saisons, on parle de gants mi-saison.

Les gants hiver : protéger de la pluie et du froid

Il y a deux types de gants hiver différents : les gants hiver et les gants chauffants.

Les gants chauffants intègrent une batterie pour chauffer le gant ou se branchent sur la batterie de la moto. Et si vous roulez sous les 5ºC l’hiver, les gants chauffants seront nécessaires tellement la vitesse influe sur la température ressentie. Mais les gants chauffants méritent un dossier à eux-seuls tellement les prix et les qualités sont disparates, de 150 euros (VQuattro) à 300 euros (Keis) pour ceux que l'on trouve sur le marché français à moins d'une centaine d'euros sur des sites étrangers (mais alors, sans logo CE, avec des protections de mauvaise qualité et des systèmes s'arrêtant souvent de fonctionner en quelques semaines).

Pour les gants hiver « standards », ce sont généralement des gants épais avec des membranes et des couches isolantes pour permettre à la fois de maintenir la température mais aussi de limiter la transpiration grâce à la membrane respirante. Et naturellement, ils doivent protéger à minima de la pluie et être étanches. Le problème majeur des gants hiver, c’est que ces couches et membranes prennent de la place et que l’on a donc des gros gants. Et qui dit gros gant, dit préhension plus difficile des commandes de la moto. Vos mains n’ont pas froid mais vous n’arrivez plus à freiner ou utiliser l’embrayage. Et même si tout est question d’habitude, il y a des gants hiver auxquels on ne s’habitue pas. Ce sont les gants qu’il faut le plus essayer en magasin.

Gants chauffants Racer Connectic 2
Gants chauffants Racer Connectic 2

Les gants été : ne pas avoir trop chaud

Les gants été doivent être ventilés et limiter la transpiration, afin d’assurer une bonne préhension tout en étant résistant en cas de chute. De façon générale, les gants les plus ventilés sont en mesh (toile aérée) avec des renforts en cuir. On trouve ensuite des gants tout cuir, à condition de prendre un cuir moins épais et donc moins chaud. Naturellement, moins l’épaisseur de la peau est importante, moins la protection est assurée en cas de glissade. L’idéal est souvent un bon mix entre cuir et mesh, avec une paume en cuir pour la protection et un dessus de la main en mesh pour la ventilation. Les gants été et aérés ne sont naturellement pas imperméables.

Gants urbains Eska Blacky
Gants urbains Eska Blacky

Les gants mi-saison : protéger de la pluie

Les gants mi-saison ne sont souvent pas assez chaud l’hiver ou à réserver pour une utilisation urbaine. À côté train, ils sont souvent trop chaud l’été. Mais ils feront leur meilleur job entre les deux, capables de tenir chaud une fois le soleil couché tout en étant agréable dans la journée. Les membranes ayant évolué, il y a souvent une couche respirante, une couche isolante pour la chaleur et une couche étanche pour être protégé de la pluie. C’est la qualité de la couche isolante qui déterminera sa capacité à maintenir au chaud.

Gants hiver Rev'it
Gants hiver Rev'it

Utilisation

À quelle utilisation destinez vous vos gants ? Certes, de la moto, mais quel type de moto ? Cross, enduro, route, sportive, pour faire du circuit ou au contraire pour une utilisation principalement urbaine ? On n'achète pas le même type de gants quand on ne fait que de la ville, qu'on ne dépasse pas les 70km/h et quand on a une pratique plus sportive ou avec des balades en montagne.
Et je passe les gants rétro, qui sont plus une question d’esthétique que d’utilisation à proprement parler. L’utilisation va déterminer une catégorie de gants, avec des prix variant d’un facteur 1 à 10, des gants été aux gants pour la piste.

La taille : ni trop serré ni trop grand

Vous avez choisi le gant pour votre saison et votre utilisation ? Il va falloir maintenant trouver votre taille du XXS ou 5 (tour de main 19 cm) au XXXL ou 11 (tour de main de 26 cm). Et ces tailles changent naturellement souvent entre les tailles femmes et hommes, un S homme étant souvent plus grand qu’un S femme, quand il y a des gants dédiés à un sexe en particulier. La taille se prend d’abord au niveau de la paume de la main. On mesure ensuite surtout le majeur. Le problème c’est que l’on a tous des mains différentes, parfois avec une paume charnue mais des doigts longs et fins ou l’inverse. Et pour aider encore plus, chaque fabricant a son type de mannequin pour déterminer les tailles. Ce qui veut dire qu’une taille M peut convenir chez un fabricant et pas chez un autre. Si les doigts sont trop courts, vous êtes engoncés dedans et si les doigts sont trop longs, ceci peut gêner pour actionner des commodos avec le bout vide du doigt gênant pour bien appuyer.

C’est encore plus flagrant pour les gants hiver où il peut y avoir une taille voire deux tailles de différence entre la taille du fabricant et votre taille habituelle de gant. Et là, où çà se corse, c'est que les tableaux de correspondances entre tailles en cm et tailles en pouces ne sont pas partout les mêmes en fonction des fabricants.

Les gants ne doivent pas être trop petits (vous empêchant alors de fermer la main facilement voire gênant la circulation sanguine) ni trop grands (alors glissant ou ne permettant pas une bonne prise). La main doit avoir un peu de place pour enfermer de l’air qui va servir de couche d'air isolante pour la chaleur. Les doigts ne doivent pas buter au bout du gant (au même titre que le bout des pieds ne doit pas buter à l'intérieur d'une chaussure). Et l’été, si la main gonfle avec la chaleur, vous devez pouvoir arriver à les enfiler facilement.

Idéalement, il faut tester le gant sur la poignée, avec la main ni tendue ni poing complètement fermé (laissant la place pour la poignée). Et le gant ne doit pas faire de pli sous la paume.

Essayer le gant sur une poignée au guidon
Essayer le gant sur une poignée au guidon

Enfin, vous pouvez avoir envie de mettre des sous-gants, ce qui nécessitera parfois de prendre une taille en plus. Si des sous-gants en soie notamment ont été la solution pour améliorer la chaleur l’hiver, l’efficacité des membranes les plus récentes ne les rendent plus aussi indispensables qu’avant. Bref, des gants, c’est comme des chaussures et il faut trouver gant à sa main. Et ceci demande des essayages en bonne et due forme.

Le prix

On trouve des paires de gants à partir de 17 euros et les prix montent jusqu’à plus de 400 euros (ex: Dainese Full Metal 6 Replica) ! Un prix plus élevé ne veut pas dire obligatoirement un gant qui va mieux protéger. Ce sont surtout les matières et les membranes, voire les technologies, qui vont influer sur le prix. Le cuir vaut plus cher que le tissu. Le Goretex vaut plus cher que du Outdry. Le titane (pour les renforts) vaut plus cher que le plastique. Tous les cuirs ne coûtent pas le même prix, entre la vachette, le kangourou ou la chèvre. Et le prix du kangourou va augmenter après les feux en Australie. Mais le prix est aussi lié à la complexité de certains gants, qui peuvent réunir jusqu’à 160 pièces différentes, cousues par des petites mains; un temps d’assemblage minutieux, long et donc plus cher.

On trouve des gants été pas cher à partir de 17 euros. Il faut par contre plutôt compter 100 euros pour une paire de gants hiver et deux cent euros pour une paire de gants chauffants ou piste.

Gants Tucano Urbano New Shorty
Gants Tucano Urbano New Shorty

Et s’il y a des bonnes affaires, ce sont naturellement pendant les soldes, notamment pour les gants hiver ou piste qui sont plus chers en temps normal.

Le style

C’est le dernier point mais parfois le point le plus important pour certains, qui veulent des gants assortis à la moto. Un gant rétro pour aller avec une ancienne ou une néo-rétro, un gant de couleur pour aller avec le coloris de la moto. Heureusement, il y a de plus en plus de fabricants et donc de collections et de possibilités, qui permettent de trouver des gants entièrement rouges ou blancs, jaunes ou marrons, aussi bien en cuir qu’en textile. et avec une multitude de mélanges par rapport au gant noir traditionnel et passe partout.

Gants Segura Jay
Gants Segura Jay

La matière : cuir ou textile

Il y a essentiellement le cuir ou le textile, souvent avec un mix des deux. Le cuir est connu pour sa résistance à l’abrasion. Et comme il faut choisir entre souplesse et résistance, il y a souvent des cuirs différents sur la paume et le dessus de la main. Le textile est souvent plus souple et plus respirant et quand il intègre une membrane est étanche sous la pluie, contrairement au cuir qui se gorge d’eau et met plus de temps à sécher. A noter qu'un gant cuir peut aussi avoir une membrane étanche.

Gants en Goretex Alpinestars
Gants en Goretex Alpinestars

Les formes et « accessoires »

Etiquette CE motoLa norme CE moto a fait du tri, obligeant souvent à des gants plus résistants, voire un peu plus longs. Attention du coup à bien vérifier que vos gants ont bien le logo CE avec le motard à côté. En cas de contrôle avec des gants non homologués, vous pouvez avoir une amende forfaitaire de 68€ et surtout -1 point sur le permis.

Beaucoup de gants vendus pas cher sur des sites non européens ne sont pas du tout CE. Mais on a aussi vu sur des salons français des vendeurs étrangers proposer à la vente des gants sans cette étiquette CE moto. Les gants sont "pas cher" mais deviendront beaucoup plus cher avec la contravention.Etiquette CE avec logo moto

La forme

Plus que la forme, ce sont les empiècements qui vont déterminer le confort, notamment pour les gants en cuir sans doublure. Une couture mal placée irritera rapidement.

Les soufflets d’aisance

On en trouve beaucoup sur les gants textiles et ils vont aider à avoir un gant pré-formé, c’est à dire avec la forme de la main au repos (ni complètement fermée, ni complètement ouverte). Un peu de stretch peut encore améliorer la flexibilité et le confort au quotidien.

La longueur de manchette

On vous recommande une manchette longue pour les gants hiver, ce qui permet de mettre le blouson à l’intérieur et d’améliorer l’étanchéité. Car le froid veut toujours rentrer dans les interstices. Sur un gant piste, la manchette longue associée à des multiples serrages améliore la protection et la résistance à l’arrachement en cas de glissade.

Mais la manchette longue a aussi son intérêt sur un gant mi-saison, car elle permet d'éviter l'entrée d'air dans la manche du blouson. Et il n'y a rien de plus désagréable que l'air froid qui rentre dans le blouson par la manche lors d'une soirée fraîche.

Le serrage

Les scratchs et Velcro sont souvent un plus pour bien fermer le gant et l'ajuster au mieux par rapport à un bouton pression. Au-delà de l’ajustage et du confort, ils sont aussi là pour renforcer la résistance à l’arrachement en cas de glissade.

Mais attention, quand il y en a trop ou mal placés, ils sont plus une gêne à l’enfilage ou quand on les enlève. De même, les scratchs cousus sur des rabats élastiques vont se relâcher avec le temps, pouvant rendre la fermeture difficile, Et en conduite, avec les frottement sur le blouson, il arrive parfois que le velcro lâche, forçant le pilote à s'arrêter pour le remettre en place...

Bref, les attaches velcro doivent être regardées avec beaucoup d'attention.

Les renforts

La paume subissant des contraintes (et encore plus en cas de glissade), il faut toujours un renfort au niveau de la paume. Des coques sur les phalanges sont un plus pour les gants routes, incontournables pour les gants piste. Pour les gants pistes, des renforts (carbone, kevlar...) peuvent aussi être ajoutés pour protéger les os les plus fragiles et notamment le scaphoïde.

La paume des gants sport Vanucci
La paume des gants sport Vanucci

Les coutures

Les coutures doivent être renforcées, ce qui se voit avec des doubles surpiqûres.

On fera ici attention également aux coutures internes, parfois saillantes (surtout sur les gants été) qui, si elles ne gênent pas lors des premiers enfilages, deviennent insupportables lors des longs trajets.

Système anti-torsion du petit doigt

Le petit doigt est souvent arraché dans une grosse glissade. Alors pour éviter cela, certains fabricants ont mis une attache en cuir entre le petit doigt et l’auriculaire, liant ainsi les deux doigts. C’est un détail que l’on retrouve essentiellement sur les gants pistes. A titre personnel et en termes de confort, je n’aime pas avoir les deux doigts liés. C’est donc une option à essayer avant.

Le doigt tactile

Certains gants intègrent désormais une zone tactile, ce qui permet d’interagir avec les écrans tactiles de son GPS ou téléphone portable (à l’arrêt) sans avoir besoin d’enlever son gant.

Inserts rétro-réfléchissants

Certains gants intègrent des petits liserés réfléchissants, censés améliorer la visibilité de nuit ou par mauvais temps. C’est un plus mais il y a tous les autres éléments à prendre en compte avant.

Les différentes couches dans un gant moto
Les différentes couches dans un gant moto

La technologie

Les gants deviennent désormais intelligents et se connectent à votre mobile. C'est notamment le cas des dernières générations de gants chauffants qui stabilisent une température de confort donnée, en tenant compte de la température extérieure.

La provenance

Cocorico ! On a des fabricants de gants français, même si les gants eux-mêmes sont souvent fabriqués à l’étranger. Béring, Furygan, Helstons, Ixon, Racer, Segura... voici quelques marques conçues en France. Et puis il y a les grandes marques européennes comme Dainese ou Alpinestars, Rev'It, RST ou même Tucano Urbano quand on recherche un gant plus urbain ou T.ur pour un gant plus enduro.

Plusieurs constructeurs motos proposent également leur gamme d'équipement de BMW à Yamaha.

Gants BMW
Gants BMW

Et il y aussi des marques spécialisées dans le cross ou l’enduro comme Fox. Et on n’oubliera pas les marques propres des grands distributeurs en ligne comme All-One chez Dafy et DXR pour Motoblouz ou encore Vanucci pour Louis, qui permettent d’avoir des produits de qualité à un prix abordable.

Les trucs qui énervent

Les doublures

Une fois que l’on a suivi la liste ci-dessus, on se dit qu’on a fait le tour mais il n’en est rien ! Car le gant peut être rebelle, notamment à cause des doublures internes. Parfois cousues à l’intérieur (puis le gant retourné), la couture peut céder. La doublure se tortille alors à l’intérieur et vous n’arrivez jamais plus à rentrer le doigt sans vous battre avec le doigt ou les doigts concernés.

Plus vicieux, il y a le gant qui n’aime pas la transpiration... avec le même effet, une fois porté une heure, il faut se battre avec pendant 10 mn avant d’arriver à rentrer tous les doigts dedans et encore sans être à l’aise. Et là, la pause cigarette vous fait haïr par tous les copains qui veulent continuer la balade et qui vous attendent.

Pour l'hiver, les fabricants de gants intègrent des membranes étanches sous la première couche de tissu; les mains restent au sec mais le tissu prend l'eau. Et avec le temps, si la membrane lâche (ce qui m'est arrivé aussi sur des gants Alpinestars Corozal), les gants ne sont plus du tout imperméables.

Séchage

Le séchage est toujours compliqué, surtout avec les gants hiver avec trois couches. Les gants en cuir peuvent souffrir d'un séchage près d'une source de chaleur mais mettent LONGTEMPS à sécher naturellement.

La teinture

Il y a enfin les gants qui déteignent... après avoir pris une saucée ou tout simplement avec la transpiration. Vous vous retrouvez alors avec des mains noires (vraiment) qu’un ou même deux passages au savon de Marseille ne suffisent pas à nettoyer. C’est souvent le cas des gants tout cuir, sans doublure intérieure, donc plutôt les gants été. Si vous avez de la chance, ils déteindront seulement une fois ou deux. Dans mon cas, j’ai déjà eu une paire qui n’a jamais cessé de déteindre, même après la dixième pluie. Dommage, ils étaient vraiment bien, à part cela.

Les trucs qui lâchent

Un gant moto est soumis à bien plus de contraintes qu’un gant ordinaire car il est toujours en frottement avec les leviers, avec ce mouvement répété de prise et de lâcher. C’est pour cela que les coutures lâchent souvent entre le pouce et l’index si le gant n’est pas suffisamment renforcé à cet endroit là, notamment certains gants été en cuir. C’est aussi ce qui explique que des coutures intérieures peuvent lâcher notamment à force de les mettre et les enlever.

Et le premier point qui lâche sur un gant chauffant, ce sont les batteries, qui ne supportent surtout pas bien du tout, une décharge prolongée (entre deux hivers) et sont souvent inutilisables la deuxième année.

Conclusion

Si vous roulez toute l’année, vous aurez besoin d’au moins deux paires de gants, voire plus en fonction de vos différentes utilisations et de votre expérience, pour toujours vous équiper des gants qui vous conviennent en fonction du temps extérieur. N’hésitez pas à aller en magasin pour essayer, même si les meilleurs sites de ventes en ligne vous permettent de renvoyer gratuitement vos produits s’ils ne vous conviennent pas. Et profitez des soldes. Les gants font partie des équipements régulièrement bradés avec des réductions pouvant aller jusque 70%.

Plus d'infos sur les gants

Commentaires

froggyfr99

Y a aussi Vidal Sport en "fabricant" français.
Je ne suis toujours pas parvenu à crever une de ses paires et pourtant elles en voit !

19-02-2020 13:07 
Yannick84

Pourquoi je ne trouve plus du tout de gants mi-saison ou été avec des manchettes longues pour aller par-dessus la manche du blouson ou de la veste ? J'en ai marre de sentir le vent s'engouffrer dans les manches et aller sur mes épaules et dans mon dos !! Pourquoi personne n'en fabrique plus ? Même les motards de la police qui avaient ces gants blancs à manchette n'en n'ont plus. Quelqu'un connait-il une marque, en France on n'en trouve pas chez aucun revendeur.

20-02-2020 16:14 
CLEW

Citation
froggyfr99
Y a aussi Vidal Sport en "fabricant" français.
Je ne suis toujours pas parvenu à crever une de ses paires et pourtant elles en voit !

Tout le monde ne fait pas état de la même chose... mais ça a peut-être évolué en 10 ans

Pour ma part j'ai des Fury en gant d'hiver et je ne les conseillerais pas.

20-02-2020 16:54 
AnKoR

Pour les batteries, je vous conseille de les laisser à environ 50% (100% = perte d'autonomie, 0% = panne)
et pensez à les décharger/charger une fois par mois (donc tous les 2 mois en pratique tire la langue)

Pour la protection, le niv2 est-il utile sur route ? Ils ont plus de chance d'être réutilisables dans tous les cas.
La difficulté dans le choix est d'évaluer la protection : matériaux sur la paume, les coutures, l'absorption des chocs (ex : une plate de métal amortit ?)
Le seul lien que j'ai trouvé : [www.motocap.com.au]

Faut aussi voir le confort, ce qui est très personnel.


Ce qui manque actuellement sur le marché selon moi :

- une combinaison de pluie pour nos gants : peu de modèles viables. Alternative : les combinés Held ? Si je les trouve un jour en magasin sur l'IDF...
- des gants pour passager. Les aérations sur le dessus c'est bien (sans pare-mains) mais en passager tu aimerais en avoir entre le pouce et l'index. Et rendez ces 2 doigts aptes au tactile de nos écrans ^^
- des gants 'air-tech' : quitte à se risquer sur des gants textiles, autant pendre une membrane étanche mais quel flux d'air l'été ? Y'aurait-il pas une astuce 'goretex surround' dans les circuits ?
Sinon une technique bien répandue : mettre une aération mèche en cordura ?

25-02-2020 15:32 
 

Connectez-vous pour réagirOu inscrivez-vous