english

La FFMC et l'AFDM refusent le permis à point pour les ados

Un livret indispensable qui peut sauver la vie des automobilistes et conducteurs de 2 roues

permis à pointsL’AFDM et la FFMC refusent l’instauration d’un permis à points à 16 ans pour les cyclomoteurs et veulent donner sa chance au BSR.

A suite de la proposition de la Prévention Routière d'instaurer un permis à points à 16 ans, la FFMC et l'AFDM réagissent. L’AFDM (l’Association pour la Formation Des Motards) propose une solution plus pérenne : un véritable projet de formation pour la conduite des cyclomoteurs, plutôt qu’un permis à points.

Pour la FFMC, "retarder l’âge d’accès réglementaire à la pratique du deux-roues motorisé (16 ans au lieu de 14) ne changera pas la donne. Le pic d’accidentologie se situe en effet entre 16 et 17 ans".

La FFMC et l’AFDM se disent refuser de cautionner une formation trop souvent axée sur la seule réussite d’un examen. Celle-ci prouve ses limites puisque les catégories les plus touchées en moto comme en voiture sont aussi les permis les plus récents. De plus, la FFMC met en avant le manque d' intérêt à instaurer un permis pour conduire un cyclomoteur à 16 ans alors qu’à cet âge, on peut déjà passer le permis A1 permettant la conduite d’une 125 cm3. Pour la FFMC et l'AFDM, une formation à la pratique du cyclomoteur existe déjà : le Brevet de Sécurité Routière, qui permet une sensibilisation efficace pour peu que les écoles de conduite s’en donnent les moyens. Malheureusement le BSR est trop souvent mal enseigné et de toute façon insuffisant avec seulement 5h de formation.

La prise de risque des ados est liée la recherche de repères. Les spécialistes des adolescents savent que le risque sera présent quel que soit le moyen utilisé (sport, comportement d’addiction…). L’apprentissage du risque s’appréhende par la progressivité de l’exposition, non par l’exclusion, sans chercher à « faire peur » ni réprimer, l’attrait de l’interdit étant quasi irrésistible. L’importance du comportement au sein d’un groupe doit primer sur le bachotage.

L’AFDM et la FFMC demandent donc une meilleure formation et sensibilisation à la sécurité routière à l’école, l’implication et la responsabilisation des parents, mais refusent l’instauration d’un permis « cyclo » , qui viendrait saturer un peu plus les services d’examen du permis de conduire pour elles déjà débordés.

dafy