Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube

Benelli : histoire du constructeur

Benelli, une histoire de famille

Benelli : histoire du constructeurL'histoire de Benelli débute à Pise en 1911. Teresa Benelli, investit tout le capital de la famille pour fournir un travail stable à ses six fils : Giuseppe, Giovanni, Francesco, Filippo, Domenico et Antonio. Tout débute encore une fois dans un garage : le leur. En 1920 ils conçoivent leur premier moteur : un deux temps de 75cc qui est monté dans un cadre de vélo. Un an après ils construisent leur première moto motorisée par un 98 cc.

Au guidon d’une Benelli 175, Tonino qui était fin pilote, devient champion d’Italie en 1927, 1928 et 1930. Malheureusement pour lui il a un grave accident en course en 32, sa carrière se termine et il disparait en 37 dans un accident de la route.

Pendant la seconde guerre mondiale la production s’arrête carrément. La marque repart en 49 avec des modèles datant d’avant-guerre. Il faudra attendre 1952 pour voir une réelle nouveauté sortir de l’usine Benelli. Ce sera chose faite avec la Leonessa, twin 250 à la pointe du progrès pour l’époque avec une boîte quatre vitesses et une suspension arrière oscillante.

Des débuts prometteurs

Benelli Leonessa 250 (crédit photo : DR)En 1951 Benelli présente une gamme allant du 100cc au 500cc. Le Leoncino 125cc est le fleuron de la gamme. Pendant dix ans Benelli tient la dragée haute à Moto Guzzi, Ducati et Laverda qui proposent des modèles de cylindrée identique. Ils sont alors tous les quatre concurrencés par la popularité des scooters Vespa et Lambretta.

En 1962, Benelli rachète Motobi et la nouvelle usine constituée produit près de 300 motos par jour avec 550 employés. Un département compétition est constitué et les victoires s’accumulent grâce à Tarquinio Provini et à Renzo Pasolini qui remportent de nombreuses victoires au guidon de 250cc et de 350CC.

En 1969 Kel Carruthers remporte le TT et est le dernier champion du monde au guidon d’un 4 temps avant l’ère moderne du Moto GP. Mike Hailwood, Jarno Saarinen et bien d’autres ont piloté en course les Benelli italiennes qui faisaient fureur.

La concurrence des japonaises

Benelli 500 QuattroVers la fin des années 60, l'arrivée des fabricants japonais sonne le déclin de l'industrie européenne de moto. Benelli s’en sort quelque peu en vendant des 350cc sur le marché américain mais ce n'est qu’un feu de paille. En 1971 Benelli est racheté par le groupe Moto Guzzi et passe sous le contrôle du milliardaire argentin Alejandro de Tomaso qui fait développer la technique du multi cylindres copiée sur la technique japonaise. Apparaissent ainsi les 350 et 500 « Quattro" et surtout l’incroyable 750 « Sei » mu par un six-cylindre énorme, qui séduit la clientèle et inspera Honda pour sa CBX 1000.

Dans sa lutte contre la suprématie des japonaises, Benelli connaît quelques difficultés et pour s’assurer un meilleur chiffre d’affaires, la marque décide de retourner à une gamme de petites cylindrées plus faciles à écouler.
Bien que techniquement très en avance les Benelli des années 80 sont en proie à d’innombrables problèmes techniques et ce manque de fiabilité est à l’origine de sa quasi disparition en 1988 quand la fusion se fait avec Moto Guzzi pour créer le « Guzzi Benelli Moto SA". Les usines du Pesaro, peu productives sont alors vendues.

La renaissance

Benelli Tornado TreIl faut attendre 1997 pour assister à la renaissance de la marque grâce à Andrea Merloni qui reprend le flambeau et rachète le nom. L'ancien champion de superbike australien Peter Goddard signe avec Benelli en 2001 pour accélérer le développement de la moto.

Il faut encore quelques années de plus à la marque pour se refaire une santé mais en 2002 apparait une superbe sportive la Tornado Tre mue par un 900cc. Ce concentré de hautes technologies donnera naissance à de nombreuses déclinaisons dont la version RS. La cylindrée passera à 1 130cm3 en 2004 et son moteur équipera le roadster TNT lui-même décliné en plusieurs sous-versions (sport, café racer, titanium). Le modèle deviendra en 2008 le Tornado Naked revenu à une cylindrée de 898cm3.

Benelli rejoint le groupe chinois QianJiang en 2005 qui entend respecter la tradition en continuant de faire fabriquer les motos Benelli dans le Pesaro, terre d’origine de la marque. Aujourd’hui, la gamme s’articule autour du moteur trois cylindres de 898cm3 et de 1 130cm3 avec plusieurs séries de roadsters Cafe Racer et Tornado Naked Tre ainsi que des routières sportives et des trails. En 2011, la série de roadsters nommée Century vient renforcer l’offre de Benelli.

Plus d'informations sur le constructeur Benelli