Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube

Essai Kawasaki ZX-10R

Essai motard : Blanco

Tout d'abord un grand merci a Jean francois Olive concesionnaire Kawasaki à Agen (47) d'avoir su reconnaître en nous (moi même et Enrico) les passionnés de la marque…en mettant un ZX10R à notre disposition, et de nous ayant fait profiter de cette journée magnifique ou kawasaki avait mit les petits plats dans les grands, ainsi qu'a André pour son accompagnement.

Arrivée au circuit l'accès réservé et l'acceuil nous mettent tout de suite dans l'ambiance, il n'y a que « du kawa »…

Petit briefing par les pilotes, (sébileau, hacquin….) pour ne citer qu'eux,
« vous êtes là pour vous faire plaisir et faire connaissance avec cette machine,…et non pas pour faire la course, cette moto va vous surprendre si vous voulez jouer avec….. » le ton était donné.

Répartits en plusieurs groupes, nous passions silmultanémént sur plusieurs ateliers, animés par les différents partenaires de Kawasaki , ainsi qu'une explication sur le developpement du ZX10R par monsieur Sébileau en personne, chacun y allait de sa petite question et les réponses claires sur les réglages, l'assiette, le comportement, la puissance nous ont tous un peu plus éclairé sur cette nouvelle machine.

L'atelier le plus attendu était bien entendu le passage sur la piste Là les pilotes kawa nous parlent un peu du circuit, en insistant bien sur la notion de découverte de la moto,

Premier tour de roues, et l'esprit s'égare dans le paysage grandiose que nous offre le circuit de mireval, rapidement rappelé à l'ordre sur le premier freinage en bas de la descente, remise des gaz, là il ne faut absolument gérer, en effet la puissance de l'engin est telle que « la virgule » est vite là….(certains s'en sont rendu compte…)
Messieurs les pilotes kawa toujours là pour brider un peu les ardeurs, veillent sur tout ce peloton de furieurx…
Cette moto est exeptionnelle de puissance et l'exploiter pleinement n'est certainement pas à la portée du motard lamda.

La mise sur l'angle se fait sans forcer, le freinage est nickel, personellement je m'y suis senti bien tout de suite, mais à notre petit niveau, il faut absolument être sur le bon rapport avant d'envoyer la puissance, faute de quoi la sanction est immédiate.

Plusieurs passages sur la piste nous permettent de nous habituer un peu plus à cette machine qui remue (la paella du midi à été bien lourde à digérer) , mais avant de pouvoir se prendre un peu plus au jeu il fallait prendre la route, pour rentrer en laissant derrière nous une journée de rêve pour qui aime kawa…

Un dernier plaisir au guidon de cette moto dans les lacets entre st Pons et Mazamet, et la tête pleine de souvenirs….

C'est décidé, je garde mon stinger un peu plus longtemps, mais c'est cette moto que je veux !!!!!

Un essai réalisé par Blanco.