english

Essai Honda CB650F

Petit mais musclé

Essai sur un mois

Honda a considérablement élargi sa gamme au niveau des petites cylindrées, notamment en utilisant régulièrement une même base moteur pour décliner chacune des motorisations en roadster, trail et souvent un troisième modèle de la sportive au scooter. Et l’on pense à la famille des CB 500 ou NC 750. Entre les deux, il existe la catégorie 650 dont la CBF n’est pas la moins intéressante avec une cylindrée proche de feu la Hornet mais avec une toute nouvelle moto au niveau cadre et motorisation et les dernières avancées technologiques de la firme d’Hamamatsu. Alors, remplaçante de la Hornet, simple moto de débutant ou mixte des deux ?

Honda CB 650 F

Découverte

Trapue, racée, la CB650F a tout d’un roadster velu en apparence et notamment dans sa livrée blanche, soulignée de filets bleus et rouges. On retrouve ici la lignée du design Honda sans pour autant bousculer les canons du genre sans renier une certaine descendance visuelle liée à la Hornet, notamment avec le pot sous le bras oscillant.

Echappement sous le cadre Honda CB 650 F

Pour le reste c’est une vraie nouvelle moto, tant au niveau cadre que moteur. On trouve ainsi un tout nouveau quatre cylindres en ligne à double arbres à cames en tête à refroidissement liquide de 16 soupapes de 649 cm3 emprunté à la sportive, ce qui donne des courbes de puissance et de couple atteintes dans les hauts régimes, à respectivement 11 000 tr/min et 8 000 tr/min.

Moteur 4 cylindres Honda CB 650 F

A la lecture de la fiche technique, on pourrait initialement se dire qu’il va falloir cravacher un peu la bête pour en tirer la quintessence et notamment les 85 chevaux annoncés (64 kW) et les 63 Nm de couple ?

La finition est exemplaire et l’on apprécie le souci du détail d’une moto qui n’a pas été faite à l’économie, depuis la qualité des plastiques, les fils invisibles jusqu’au feu arrière à LEDS.

Honda CB 650 F

En selle

Le pilote d’1,70 pose presque les deux pieds à terre, malgré une selle haute perchée à 810 mm. De fait, l’étroitesse du réservoir permet de bien descendre les jambes. Surtout, le poids à l’arrêt de la machine donne une impression de légèreté, plus proche du poids ressenti habituel d’une 500 que d’une 600 et à fortiori d’une 650. Les bras s’écartent légèrement pour se poser sur le guidon alors que le buste s’incline sensiblement vers l’avant ; le tout offrant une position de conduite particulièrement naturelle. Mieux encore, les jambes viennent parfaitement se loger – voire se lover - dans la forme du réservoir, avec une vraie impression de faire corps avec la machine. Non seulement c’est agréable mais cela permet vraiment de bien sentir la machine pour l’emmener très loin.

Sous les yeux, on retrouve un compteur aux standards de la marque, entièrement digital, avec à gauche vitesse et régime moteur et à droite jauge à essence, horloge et double trip partiel. Et l’on peut même avoir la consommation instantanée ou moyenne.

Compteur digital Honda CB 650 F

Contact

Le quatre cylindres s’ébroue de façon plus feutrée que la référence Hornet. C’est au son, un roadster assagi et pas une sportive. Les premières évolutions à basse vitesse, entre trottoir et route se font naturellement. Poids léger, prise en main et position permettent de réaliser les premiers tours de roues y compris en jouant les slaloms sur le trottoir sans y penser. C’est d’autant plus important, qu’un 650 à basse vitesse peut entraîner sensiblement son pilote d’un côté ou de l’autre sur les manœuvres très lentes et notamment guidon pratiquement en butée. Rien de tel ici, avec une moto qui se manœuvre sans aucun effort. Ces premiers instants sont souvent symptomatiques d’une machine. La CB650F est un modèle du genre sur cette première prise en main qui donne l’impression que l’on a l’habitude rouler avec depuis des années après seulement quelques secondes. Les débutants apprécieront. Et même malade, par temps gris, après une nuit de folie, les plus aguerris apprécieront aussi.

Une fois sur route, le quatre cylindres accepte tout, mais vraiment tout, y compris les 20km/h sur le dernier rapport à à peine 1.200 tr/mn ! Certes, les reprises ne sont pas démentes à ce régime, mais çà ne cogne pas et çà reprend doucement.

En ville

Légère, maniable, l’interfile est un jeu de CB650F ! çà passe toujours et sans regarder dans le moindre trou de souris. On peut se permettre avec son poids placé bas et son excellent rayon de braquage à vraiment jouer entre les files, y compris à l’arrêt pour s’emparer de la pole position au feu vert. Et on choisit alors de s’extraire avec douceur du flux de la circulation ou avec vigueur en fonction de la velléité du poignet droit. La CB offre ici presque deux visages. Emmenée sur les derniers rapports en ville, elle enroule tranquillement et sans surprise, tout en réagissant instantanément à la sollicitation de la poignée de gaz. Elle pourrait presque apparaître sage alors pour le pilote aguerris. Mais pour peu que l’on reste sur le deuxième ou troisième rapport, elle offre un visage bien plus viril et réactif, permettant presque d’attaquer… une fois sorti de la ville.

Honda CB 650 F en ville

Sur autoroute

La CB650F enquille tranquillement sur autoroute, passant la barre des 5.000 tr/min à 110 km/h et atteignant la vitesse légale alors que le compte-tours n’est encore qu’à 6.000 tr/min, presque à mi-régime ! On est ensuite dans les standards de protection d’un roadster de ce type avec une vitesse de croisière idéale aux environs des 150 km/h. Au-delà et elle le peut largement, les cervicales commencent à souffrir.

Honda CB 650 F sur autoroute

Départementales

La CB650F avait mis en confiance dès les premiers tours de roues en ville et accepté sans souffrance l’autoroute. Elle retrouve ensuite les départementales avec tout autant de plaisir, pour confirmer ses qualités et notamment un châssis particulièrement sain, qui lui permet d’enchaîner les virolos dans les petites routes avec naturel, y compris lorsque le rythme s’accélère. Encore une fois, on descendra volontairement d’un voire deux rapports pour retrouver toute la motricité nécessaire et notamment rester au-dessus des 4.000 tr/min, limite au-delà de laquelle la cavalerie commence réellement à arriver. En-dessous, çà roule, mais cela roule tranquillement. Et ce premier passager à 4.000 tr/mn permet vraiment de ressentir que le moteur trouve son oxygène et la moto ses espaces d’expression.Forcément, à 4.000 tr/min, la CB650 enroule tranquillement à 80 km/h sur le dernier rapport...

Quant au pilote, il n’hésitera pas à faire grimper le compte-tours au-delà des 7.000 tr/min pour lui faire passer le deuxième palier et lui permettre cette fois-ci de s’exprimer pleinement en bénéficiant du maximum de la puissance et du couple. Le dosage de la poignée droite est en plus particulièrement facile, permettant vraiment de lui faire faire ce que l’on veut. Et la CB650 suit, pour accepter le rythme voulu par le pilote.

Honda CB 650 F sur départementale

Duo

La selle passager n’est pas grande mais offre une bonne place et un bon confort pour la catégorie et surtout des virées dans la lignée des roadsters. Les poignées passager cachées sous la coque arrière offrent une bonne préhension.

Selle Honda CB 650 F

En fait, c'est surtout le pilote qui souffrira du passager. Car malgré un poids plume de 50 kg pour le passager, la CB650F sent le poids supplémentaire et n'offre plus les mêmes reprises, notamment en ville et sur les premiers kilomètres heures. La moto en devient vraiment plus calme et on a alors vraiment la sensation de devoir la cravacher pour en extraire le meilleur, par rapport à son utilisation en solo.

Honda CB 650 F sur nationale

Freinage

Double disque de 320 m à l’avant mais avec des étriers à double piston et simple disque de 240 mm à l’arrière avec des étriers à simple piston, la CB650F ne fait pas dans la démonstration. Et pourtant, aussi bien l’avant que l’arrière sont parfait et largement à la hauteur de la puissance de la machine. L’ABS est particulièrement sain, ne s’enclenchant vraiment que sur de très forts appuis et uniquement de l’arrière. Et pour autant, la machine reste alors parfaitement en ligne. Le frein avant offre un excellent feeling. Mieux, le freinage réflexe du débutant qui peut prendre de façon inconsidérée avant et arrière de façon trop importante, offre un freinage court en toute sécurité. La puissance est bien au rendez-vous et en plus avec un vrai sentiment de sécurité, notamment sur le mouillé, de part la facilité de prise en main. On prend les freins sans y penser et çà freine.

Freins Honda CB 650 F

Pratique

On peut mettre un bon U sous la selle. C’est suffisamment rare pour le signaler. Certes, c’est alors soit le U, soit la trousse à outils mais un vrai U antivol passe bien.

On trouve deux ergots d’arrimage sur le côté, complétés par deux accroches tissus qui se déplient depuis sous la selle, offrant ainsi quatre points d’accroche pour arrimer armes et bagages.

Réservoir Honda CB 650 F

Consommation

Sur un essai en mode mixte ville, petites routes, la consommation moyenne s’est avérée tourner autour de 4.9 litres au cent, très proche de la consommation officielle annoncée par Honda à 4.7 litres. Avec son réservoir de 17.3 litres, la CB offre ainsi une autonomie de plus de 350 kilomètres !

Réservoir Honda CB 650 F

Conclusion

Bien née, telle est la phrase permettant de résumer la nouvelle CB650F. Les pilotes regretteront feu la Hornet dont le caractère bien plus explosif était bien plus joueur au quotidien. Ceux qui recherchent un moteur plus exubérant regarderont du côté d’une MT-07, voire d’une ER6. Pour autant, la CB n’est pas avare en sensations, notamment sur ses rapports intermédiaires et se révèlera plus joueuse au quotidien qu’une XJ6. Particulièrement homogène, on ne s’ennuie jamais avec et sa prise en main facile et sa capacité à monter dans les tours permettra même d’en remontrer à de plus grosses cylindrées sur des petites routes de montagne. Loin des motos de débutants usuelles, elle permet vraiment de rassurer le débutant tout en permettant à un pilote de se faire plaisir au quotidien et avec ce qu’il faut de patate pour faire l’inter et l’exter régulièrement. Et à 6.599 euros, elle est très bien placée sur le marché, surtout avec des révisions tous les 12.000 km, même si elle n’est pas la moins chère face à des tarifs concurrents plus agressifs. Par contre, Honda propose une offre de crédit à partir de 125 euros par mois (jusqu'au 31 décembre 2014)... de quoi faciliter encore un peu plus l'accession à la moto...

Points forts

  • facilité de prise en main
  • homogéinité globale
  • freinage
  • consommation

Points faibles

  • caractère en duo

La fiche technique de la Honda CB 650 F

Calcul coût assurance ?

AMV Combien pour assurer votre Honda CB 650 F? Devis en ligne
Axa 2 Roues Calculez le prix de votre assurance Honda CB 650 F en 2mn avec Axa 2 Roues

Commentaires

Jarri Jarri

Dommage que cette Honda ne suive pas la voie de la légèreté (cf. Yam MT-07): une Hornet en offrait autant il y a 15 ans. Bonne route.

06-11-2014 10:13 
clc77

La cb 650 me.plaît bien, l autonomie de plus de 300 kms est un plus pour moi.
La consommation est raisonnable, ce qui est bien pour le porte monnaie quand on roule beaucoup.
avec quelques accessoires, (top case, saut de vent touring) elle pourrait faire une petite routière économique tant à l achat qu a l usage.
Dommage que le jeu aux soupapes soit à faire tout les 24000 kms, ce qui alourdit sérieusement la facture revision.
A titre de comparaison le jeu au soupapes sur un versys 650 ne se fait que tous les 42000 kms.
Pas gênant pour les petits rouleurs, plus quand on fait 20000 kms par an.

22-03-2015 17:23 
 

Connectez-vous pour réagirOu inscrivez-vous