Fil RSS Facebook Twitter Pinterest Youtube

Si on rêvait ....

avatar La blonde 26-01-2005 02:22
Si on rêvait ....

Passion moto.


Il était là, devant lui, jeune, tout jeune, trop jeune encore mais il savait déjà qu’il serait comme lui. Ses yeux pétillants lui rappelaient trop ceux du gamin qu’il avait été, des yeux qui voulaient tout voir. Et il y avait aussi les dix mille questions qu’il posait, les questions que lui aussi avait posées. Certes à un profane, jamais on ne pourrait expliquer la poésie de certains mots comme cylindrée, carburation, pistons, bielles, échappement, embrayage. Impossible aussi de faire ressentir la musique d’un moteur qui vrombit : pourtant, pourtant il y a tellement de différences entre le feulement aigu d’une kawa et les vibrations sourdes d’une Harley.

Il se souvenait, lui, la première fois, c’était dans un garage, il était jeune plus jeune encore que son interlocuteur. Le démarrage d’une moto l’avait d’abord fait sursauter. Puis la puissance du rugissement l’avait pénétré, envahi complètement comme l’aurait fait une musique hypnotique d’un rite vaudou. Même maintenant, plus de trente ans après il ressentait toujours cette prise de possession : impossible de résister à l’appel.

Oh, il aurait dû pourtant apprendre à se méfier, car son amour de la moto était trop souvent en contradiction avec son amour de la vie, avec l’amour de sa vie, mais rien n’y faisait, ni les amis perdus, ni les peurs. Bien sûr, pendant quelques temps il avait pu se modérer mais très vite le sortilège le reprenait et il était trop content de s’y abandonner. Aucune sensation ne pouvait remplacer l’extase qu’il éprouvait en chevauchant son fier destrier.

Et puis il y avait les autres, ceux qui comme lui avaient la même folie. Avec eux, pas besoin de parler pour partager, non. Bien sûr il lui arrivait de les taquiner sur le choix de leur moto, sportive ou routière, japonaise ou européenne il y avait des clans, mais jamais de guerres.

Et aussi c’était cette quête de l’absolu. Il fallait subir une sorte de rite initiatique, apprendre à dompter la monture, à apprivoiser les courbes, à se jouer des dangers. Mais au bout du compte, tout au bout du compte, même éphémère un seul but, le plaisir celui de l’ivresse de la vitesse, celui de la communion avec les éléments, d’être libre simplement parce qu’on a domestiqué le monde.

Quant à son jeune ami, il lui faudrait probablement freiner les ardeurs de sa jeunesse, lui apprendre à respecter sa monture comme s’il s’agissait d’un être vivant, lui faire comprendre qu’il devait s’en faire une amie, une complice. Mais il savait qu’il serait digne de ses enseignements. Tout à l’heure il avait caressé le réservoir avec la tendresse d’un cavalier flattant le flanc d’une pouliche, ce signe, à lui tout seul, lui aurait fait comprendre s’il avait encore eu quelques doutes qu’il serait digne de ses leçons.

avatar La blonde 26-01-2005 02:22
Re: Si on rêvait ....

Il était pressé ce jour-là, il était très pressé, la pluie qui n’avait pas cessé depuis plusieurs jours le déprimait encore un peu plus. Sa vie s’écoulait, monotone et sans passion. Son amour était parti hier. Elle était partie et il avait l’impression de l’avoir abandonnée. Rien ne pourrait la remplacer, rien, jamais. A l’angle d’une rue, un passant le bouscula et s’éloigna sans même s’excuser, il s’apprêtait à le rattraper pour … et c’est là qu’il la vit.
Combien de temps était–il resté, immobile, à la regarder, à l’admirer, à la découvrir. Ses formes courbes incitaient à la caresse mais il devait se contenter d’abord de la regarder. Sa ligne élégante la rendait fascinante. Elle avait pourtant cette touche d’audace qui suscite le désir, l’envie de possession, un besoin de la prendre en douceur ou au contraire avec sauvagerie. Quelque chose lui disait que cette belle serait, elle aussi, sauvage, elle avait la grâce féline du fauve qui dissimule sa puissance sous un manteau d’harmonies gestuelles..

Sans y être invité, il entra pour se rapprocher d’elle. Elle était là, à portée de main, mais il hésita encore avant de la toucher comme un amant timide qui craint d’effaroucher son aimée. Quelqu’un s’approcha, on lui présenta sa belle, ses qualités, ses infimes défauts étaient passés semble-t-il sous silence. Il demanda : « je peux ? » Il n’attendit pas la réponse déjà il partait avec elle. Tout se passa ensuite très vite, à peine entre ses mains elle s’abandonna à lui comme aucune autre avant ne l’avait fait. Elle répondit à chacune de ses avances mieux encore qu’il n’aurait osé l’espérer.
Son ronronnement d’abord puis son feulement quand il vint à bout de ses dernières résistances le pénétrèrent comme seule la passion peut vous envahir. Il continua, il accéléra de plus en plus jusqu’à ce que ses vibrations à elle se fondent avec les siennes. Le bonheur de la griserie, cet espèce d’état second qui, au lieu d’anesthésier les sensations ne fait au contraire que les exacerber, envahit peu à peu tout son être. Il avait l’impression d’être le maître de sa vie et le maître du monde aussi .

Quand il la raccompagna, il eût une dernière caresse qui voulait dire, je reviendrais ma belle et tu seras à moi.
« Monsieur, désolé, mais on ferme ! »
Il sortit mais il savait que demain il serait là et que cette fois il enlèvera vraiment sa belle.
Avant de partir il se retourna une dernière fois et, un à un, il vit s’éteindre les panneaux : Kawasaki, Suzuki, Ducati, Honda, Triumph …

avatar La blonde 26-01-2005 02:25
Re: Si on rêvait ....

Une belle histoire d'amour


Elle était là, enfin!
Il en avait rêvé, et elle était là. Elle avait tout, l'allure, le style, la classe mais sans luxe ostentatoire : il était déjà sous le charme. Il se demandait comment elle allait être, docile rebelle, il était impatient de la sentir vibrer sous lui. Ronronnerait-elle doucement ou laisserait-elle échapper un long feulement ?
Ses mains tremblaient d'excitation contenue, alors quand il la crut prête, il en a oublié les gestes élémentaires, les caresses voluptueuses qui parlent mieux que les mots, les attentions câlines qui suscitent l'abandon. Il a pensé que l'intensité seule de son désir suffirait à leur faire atteindre les sommets du plaisir.
Mais la belle se révéla farouche, elle lui a fait comprendre qu'il devrait la mériter. Oh, elle a pris un très gros risque, était-il suffisamment sous son emprise? N'allait-il pas tomber aussi vite en désamour qu'il avait succombé à sa seule beauté ?
Elle avait déjà entendu maintes fois la phrase : " les belles sont toujours capricieuses ". Mais là, elle était sûre d'une chose c'est que, lui, il se lasserait vite d'une conquête trop facile. Alors tant qu'à le perdre autant le perdre maintenant, avant de s'habituer à la force mêlée de douceur de ses cuisses, avant de devenir dépendante de la chaleur de ses mains, avant l'instant fatidique où avec son corps sur elle, ils ne feraient plus qu'un...

Mais une fois l'instant de colère passée, quand elle a vu le regard qu'il lui portait, elle a compris qu'elle lui ferait oublier sans trop de regret sa Bonneville.

avatar La blonde 26-01-2005 02:27
Re: Si on rêvait ....

La moto de Kruel


Depuis hier, ça y est j’ai vu le monstre : pourquoi monstre ? Parce qu’elle a à la fois le côté irréel et le côté inquiétant qu’on associe au terme. Bien évidemment pour qui connaît un peu Kruel elle est noire, les chromes ont un peu vieilli, mais la couleur légèrement cuivrée prise par le collecteur d’échappement ( bon je suis pas trop sûre que ce soit le terme exact !) laisse à penser que ce monstre-là doit à l’occasion cracher des flammes.

Elle ne ressemble à aucune autre moto que je connaisse, malgré la lourdeur qu’on devine, on l’a sent comme prête à bondir. Elle dégage un mystère et je suis sûre qu’il reste entier même après démontage complet. J’ai eu l’impression d’une moto qu’on aurait faite pour traverser de grands dangers comme s’il fallait associer vitesse et robustesse. Une chose me surprend c’est que Kruel ait pensé pouvoir embarquer un passager (ou passagère !) : elle n’est à l’évidence pas faite pour ça.. La longueur du réservoir oblige le conducteur, j’ai eu envie de dire le dompteur, à se coucher sur la machine (bon j’ai évité le terme position car comme c’est pas une asiatique, pas la peine de faire référence au Kamasutra non plus !!!), l’homme doit faire corps vraiment avec l’engin.

Est-elle belle ??? Au début je l’ai crue dépourvue d’esthétisme, et puis juste l’instant d’après l’ émotion a précédé la vision . Je lui ai trouvé la beauté tourmentée d’une sculpture de Rodin, où à l’inverse d’une statue grecque qui dégage la grâce au premier coup d’œil, c’est d’abord la sensualité agressive qui donne la beauté aux corps dénudés.

Ah ! Il ne faut pas que j’oublie les étoiles, XRJ je ne parle pas des messagères du passé, non je parle des étoiles qui brillent dans le regard de Kruel quand il la regarde. De ces étoiles qui s’allument dans les yeux des enfants le matin de Noël., avec peut-être, en plus, comme de la fierté d’amour mêlée d‘un père qui regarde son enfant.

Elle lui va bien, enfin je trouve. Kruel qui a le visage d’un ange ( du moins comme on les représente habituellement et oui je ne parle que du physique!) chevauchant ce monstre, il est si facile de penser à St Michel terrassant le Dragon : tout y est enfin presque, parce que Kruel apprivoise, dompte plutôt que de détruire.

avatar Nicox Houston 26-01-2005 02:51
Re: Si on rêvait ....



il est trop tard pour lire...les nyeux y suivent pu ! clin d'oeil



avatar Midiclic 26-01-2005 10:26
Re: Si on rêvait ....

a metttre d'urgence dans le best of ca....

avatar Mesrine 26-01-2005 10:33
Re: Si on rêvait ....

C'est dommage que ce soit si long ! Te lisant régulierement je sui sur que c'est génial!



avatar La blonde 26-01-2005 12:45
Re: Si on rêvait ....

Mesrine > imprime ça le fait mieux clin d'oeil

avatar Mesrine 26-01-2005 12:49
Re: Si on rêvait ....

Déjà fait, je le lirais plus tard ! clin d'oeil



avatar La blonde 26-01-2005 12:51
Re: Si on rêvait ....

Sans dec Mesrine je te proposerais po de lire mon premier roman, le deuxième peut-être vu que je le destine plutôt aux ados qui n'aiment pas lire mais va falloir que tu apprennes le "causer djeune" clin d'oeil

avatar Mesrine 26-01-2005 13:34
Re: Si on rêvait ....

j'aime bien lire, mais sur mon lieu de travail, c'est pas l'idéal, je vais lire ton petit texte, promis !
Pour ce qui est de ton 1er roman, si c'est possible, balance le titre et ou l'on peut se le procurer, et j'y cours à la débauche ! clin d'oeil



avatar La blonde 26-01-2005 14:18
Re: Si on rêvait ....

j'ai po d'éditeur Mesrine

avatar Mesrine 26-01-2005 14:29
Re: Si on rêvait ....

Alors comment veux tu que je lise ton roman ?????????



avatar La blonde 26-01-2005 14:40
Re: Si on rêvait ....

bin t'as un mail ?

avatar Mesrine 26-01-2005 14:42
Re: Si on rêvait ....

oui dans mon profil !



avatar La blonde 26-01-2005 14:48
Re: Si on rêvait ....

Mesrine j'aime po que tu me prennes pour une blonde tire la langue

avatar Mesrine 26-01-2005 14:54
avatar La blonde 26-01-2005 14:57
Re: Si on rêvait ....

bin j'avais regardé dans ton profil clin d'oeil Hop va vouère ta boîte à mailice

avatar Mesrine 26-01-2005 15:08
Re: Si on rêvait ....

va voir la tienne toi même ! clin d'oeil clin d'oeil



avatar La blonde 26-01-2005 20:51
avatar Peterpan 27-01-2005 13:14
Re: Si on rêvait ....

....c'est tout qu'est ce que j'ai ressenti quand à 35 ans j'ai décidé de passer mon permis pour m'acheter ma première moto ! clin d'oeil

 

Désolé, vous n'avez pas la permission d'envoyer ou de répondre dans ce forum.
motogp21