Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube Voyage

Avis moto : Cagiva Raptor

Essai Cagiva Raptor par les motards

Synthèse des 3 avis sur la moto

Cagiva Raptor
  •   Moteur
  •   Comportement
  •   Confort
  •   Duo
  •   Equipement

Motards

  • Age moyen : 25 ans
  • km moyen : 22.167 km
  • ristourne obtenue : 0 %
  • achat occasion : 66%
  • conduite : arsouille (66%)
  • terrain : (66%)

Commentaires | Modifs apportées | Monte pneus | Motos précédentes | Motos futures

Sélection de commentaires Cagiva Raptor

8Quand on la voit pour la première fois, on n'a que deux options : on aime ou on déteste. Pas de demi-mesure, rien à voir avec le dessin timide et passe partout du SV650. L'avant d'abord, constitué par le gros réservoir aux formes taillées à la serpe et par la fourche inversée Marzo, démesurée pour un 650. Le tout est habilement pimenté par les deux étriers Brembo "or" 4 pistons. On suit ensuite le magnifique cadre acier en treillis tubulaire, qui nous amène jusqu'à l'arrière fuyant de la moto : la selle à double étage à l'italienne, soutenue par la double ligne d'échappement. Contact ensuite. Le moteur d'origine Suzuki est bien présent, à peine retravaillé par Cagiva : boite à air de plus grand volume, carbus et ligne d'échappement modifié. On enclenche la première et on part. La boite est douce, le moteur très souple pour un twin. Vif, très amusant, sa légéreté et son couple permet de suivre des motos bien plus puissantes, tout en prenant du plaisir à vitesses légales : Dr Jekill et Mr Hyde. Il tracte gentiment de 2000 à 5000tr/min, puis s'ennerve jusqu'à la zone rouge. Le bruit d'origine est très discret, une paire d'adaptable peut résoudre le problème et rendre jaloux les possesseurs de 4 cylindres (que c'est beau le "poum-poum-poum" à l'accélération). La selle est basse, très longue, permettant de s'assoir droit, calé contre le réservoir en ville, ou reculé au max pour l'arsouille. La position légèrement en appui sur les poignets, les jambes très repliées, permet de bouger très rapidement et de jeter la moto dans les virages avec une facilité déconcertante. Par contre au niveau de confort, on est loin d'une routière : mal aux genoux assuré sur les longues étapes, et position inconfortable si vous êtes fragile du dos. Pour la passagère, c'est l'enfer : pas de poignée, une selle minuscule et inclinée vers l'arrière, et les silencieux fixés sur les reposes pieds qui assurent le massage des orteils à hauts régimes. La partie cycles est quasiment irréprochable. C'est rigide, léger, stable et ça freine bien. Il n'y à que deux (petits) reproches à faire : le frein arrière, un peu merdique, qu'il faut oublier en conduite sportive au profit du frein moteur, et l'avant un peu léger qui rend la moto très vives et moins sensible aux pertes d'adhérence à l'arrière (accélération ou rétrogradage brutale), mais favorise le délestage de la roue avant. Au niveau des aspects pratiques, l'espace de rangement sous la selle permet de ranger deux casque intégraux et un labrador mâle adulte. Nan, je déconne. Il y à tout juste la place pour la trousse à outils d'origine et un petit chiffon (pas trop grand le chiffon). La pose d'une centrale d'alarme oblige même à virer la trousse à outils. Pour le U sous la selle, oubliez, il faudra fixer une support de U sur la cadre. Le transport des bagages maintenant. Le réservoir en plastique interdit la pose de sacoche magnétique. Aucun crochet n'est prévu pour fixer des sangles ou sandows à l'arrière, donc sac à dos obligatoire. Mais les sacoches cavalière souples restent utilisable grâce à la ligne d'échappement basse. Bref, avec cet hybride italiano-japonais on atteint presque la perfection dans la gamme des petits roadsters méchants : moteur suzuki, fiable, économique, relativement puissant et amusant conjugué à une partie cycles italienne, vive et rigide. Par contre, oubliez le confort et les étapes de plus de 500km. Quand à la passagère, elle devra être éperdue d'amour à votre égard pour accepter de poser une demi-fesse sur la selle et de supporter les vibrations. Ah oui, il faudra aussi qu'elle porte la sac à dos.Brice L. | 25/07/2008» Lire la suite

Modifications apportées

échappement G&G titane. - Brice L.

Échappement GPR carbone, pignon plus petit. - Nicolas V.

Pneus montés sur Cagiva Raptor

Marque ModèleNombre
MichelinPilotRoad1

Motos possédées auparavant

Marque ModèleNombre
SuzukiSV-N ->03 6501

Motos futures envisagées

Marque ModèleNombre
Sport 11001
TriumphStreet Triple R 6751
VoxanCafe Racer V2 10001