english

Motocross International de Valence

La saison de Motocross s'ouvre en Italie avec des surprises les 24 & 25 février

Dans quelques heures Valence va devenir la capitale mondiale du Motocross, avec la présence d'un plateau inégalé dans la jeune histoire du club. Les principaux teams engagés dans le championnat du Monde, qui s'ouvrira aux Pays Bas le 1 avril sont actuellement dans le Sud de la France, et convergeront dès vendredi matin vers Valence ou s'ouvrira officiellement la saison française de Motocross.

Motocross International de Valence

A qui le tour ?

Trois courses ont déjà été disputées depuis le début de l'année, et toutes ont livré un vainqueur différent ! Après l'Allemand Maximilian Nagl (KTM) à Mantova (Italie) il y a deux semaines, le Belge Steve Ramon (Suzuki) et le Néo-Zélandais Joshua Coppins (Yamaha) se sont imposés le week-end dernier, respectivement à Grobbendonk (Belgique) et Montevarchi (Italie). Trois pilotes différents, trois marques concurrentes, qu'on est loin de la domination exercée l'an passé par le duo Everts-Yamaha !

Qui sera le premier à remporter deux épreuves cette année ou qui sera le quatrième larron à s'imposer ? La question reste entière à quelques heures de ce meeting de Valence qui rassemblera le « gratin » de la discipline avec la présence des teams officiels Yamaha, Suzuki, Kawasaki et KTM. Outre le trio déjà nommé (l'engagement de Nagl vient d'être confirmé), on imagine bien un David Philippaerts (dauphin de Coppins à Montevarchi), un Jonathan Barragan (sur le podium de Mantova), un Yves Demaria (qui fera sa rentrée à Valence au guidon de sa nouvelle Yamaha) ou un Kevin Strijbos arriver dans la Drôme bourré d'ambitions. Et peut-on ne pas citer Tanel Leok ou Billy Mackenzie, les deux officiels Kawasaki, dans la liste de favoris ?

Dernier pilote engagé, Max Nagl (KTM n°101) signera-t-il à Valence d'aussi bons départs qu'à Mantova, ou il précède sur la photo Marc De Reuver (Yamaha n°14) l'un de ses rivaux de Valence (photo Mediacross)

Cap au sud

Ces jours-ci, la majorité des teams et pilotes sont dans le Sud de la France, du côté de Beauvoisin, Pernes ou St Thibery pour préparer ce grand rendez-vous de Valence et affiner leurs réglages. Il faut dire que la pression commence à monter gentiment, à cinq semaines du premier Grand Prix, et qu'il ne faut plus perdre de temps dans la mesure ou les épreuves vont s' enchaîner tout au long du mois de mars avec le début des championnats nationaux. Il n'y a donc plus de temps à perdre, et même si l'ambiance sera détendue dans le paddock de Valence ou chacun pourra venir côtoyer ses fans, la tension sera palpable sur la grille de départ !

Si une partie du plateau inter a déjà une, voir deux courses derrière lui, certains vont étrenner officiellement leurs nouvelles montures à Valence, à l'instar du trio CLS (Anthony Boissière, Steven Frossard et Thomas Allier) qui a été présenté officiellement lundi en présence des stars de la vitesse que sont De Puniet, Laconi ou Foret, d'Yves Demaria qui étrennera sa toute nouvelle structure, du team HDI (Cyrille Coulon et Julien Vanni), du team Bud Racing (Marvin Musquin et Loic Rombault) ou encore de Pierre Alexandre Renet (Honda NGS), Gregory Aranda et Livia Lancelot (team GPKR).

Seule au milieu des hommes

Après avoir passé un mois en Belgique, ou elle a pu se préparer dans d' excellentes conditions, Livia Lancelot est redescendue dans le Sud afin de mieux préparer Valence. Après s'être imposée l'an passé dans la catégorie nationale, elle s'alignera cette fois avec les inters, au guidon de sa 250 Kawasaki GPKR flanquée du numéro 114. Troisième de la Coupe du Monde Féminine, Livia disputera sa première course sous ses nouvelles couleurs. « Rejoindre une équipe comme GPKR est un aboutissement pour moi, qui jusque là évoluait dans la structure familiale. La création d'une Coupe du Monde permet aux filles d'être reconnues, et c'est une avancée importante. Cette Coupe du Monde qui comprend cette année trois épreuves est bien sûr l' objectif prioritaire de ma saison, et en intégrant un team officiel je vais pouvoir m'aligner au départ dans les meilleures conditions possibles : moto, préparation physique, encadrement, tout est là pour que je réussisse » confie la plus féminine des pilotes mondiales de cross. Il n'en reste pas moins que la tâche de Livia sera rude à Valence ou elle ne disposera, comme Tyla Rattray, Pascal Leuret, Anthony Boissière, Nicolas Aubin, Kenneth Gundersen ou Steven Frossard, que d'une 250 face a une majorité de puissantes 450.

Livia Lancelot disputera sa première course au sein du team GPKR créé par Roger Pourcel (à droite) et Patrick Gélade (photo Mediacross)

Motocross International de Valence

Les « minots » en piste

Outre le trophée de marque KTM, la catégorie 85cc sera également de la partie à Valence. Une catégorie toujours passionnante à suivre, dans la mesure ou ces « kids » représentent l'avenir du cross français et ou certains d'eue ont déjà une expérience et un pilotage digne des meilleurs. Course sur invitation, elle réunit le « gratin » de la catégorie, et il faudra suivre tout particulièrement le Parisien Jordi Tixier (vice-champion de France minivert), le Normand Arnaud Aubin (son frère Nicolas roule en inter), le sudiste Yohan Lafont (vice-champion de France supercross), le Centriste Melvin Regnier (vice-champion miniert) et le Breton Jason Clermont (double champion de France, minivert et supercross) qui fait figure de grandissime favori.

Suzuki