english

Moto, motards et gouvernement : la Belgique montre encore la voie

La concertation avec les associations de motards est devenue la règle en Belgique

A la suite des élections générales en Belgique, et conformément au système de formation du gouvernement en vigueur dans le royaume, Didier Reynders a été nommé informateur en vue de la formation du nouveau gouvernement fédéral et a choisi de consulter les associations de motocyclistes pour connaitre leurs attentes notamment en termes de sécurité routière.

Dans ce cadre, la Fédération Motocycliste de Belgique, le MAG (Motorcycle Action Group) et d'autres associations motocyclistes (Codever** Belgique , Fedemot, ADDRM* ) ont été convoquées pour faire connaître les souhaits du secteur de la moto concernant les problèmes spécifiques auxquels les motards sont confrontés. On se rappelle de l'excellente campagne de sécurité routière créée par les belges.

Si la nomination d'un informateur est une particularité du système belge, la prise en compte de la part croissante des usagers de la route - motocyclistes dans ce cadre est un nouvel exemple de la concertation et du dialogue qu'ont su mettre en place les autorités fédérales en Belgique.

Les demandes formulées par les associations motocyclistes concernent notamment , l'amélioration des infrastructures routières, une diminution de la TVA sur les vêtements de sécurité et de protection moto et la mise en place de circuits permanents accessibles financièrement pour des formations moto, des cours de perfectionnement ou des runs libres sur circuit.

Ces revendications sont le reflet de demandes similaires formulées depuis longtemps en France par la Fédération Française des Motards en Colère, mais qui peinent à être entendues : la concertation à la française a encore une marge de progression confortable.

*ADDRM : Association pour la Défense du Deux Roues Motorisé
**Codever : Comité de Défense des Loisirs Verts

Shoei