english

Le contrôle de vitesse intégral

La route connectée nouvelle arme de contrôle et de répression

Un procédé de contrôle permanent et en temps réel de tous les véhicules roulant en phase d'expérimentation

Le contrôle de vitesse intégral - crédit photo : Joachim BertrandEn octobre dernier, le groupe Colas spécialisé dans le développement des infrastructures de transport présentait son concept de route solaire avec sa Wattway. Ce revêtement composé de cellules photovoltaïques connectées les unes entre les autres est en effet capable de créer sa propre électricité et de la redistribuer aux infrastructures environnantes.

Parmi les évolutions prévues pour le futur, la société évoquait déjà le rechargement des véhicules électriques par induction ainsi que la récupération des données de passage assurant ainsi un système d'info-trafic en temps réel tout en étant capable de détecter les défauts dans la chaussées.

Il n'en fallait pas tant pour donner des idées à nos chères têtes pensantes qui ont vu là un moyen supplémentaire de contrôle automatique.

Ainsi, la sécurité routière souhaite lancer une série d'expérimentations sur le contrôle de vitesse par la route. Concrètement, les capteurs placés dans les dalles fonctionneront comme des puces RFID capables de suivre un véhicule et de déterminer sa vitesse entre les points de pression. En cas d'excès de vitesse, la route enverra ainsi l'information de l'infraction à la caméra la plus proche qui prendre un cliché du véhicule fautif à son passage, même si le véhicule a retrouvé une vitesse autorisée entre temps. La caméra et l'ensemble du système sera lui même alimenté en énergie par la route et ne pourra donc pas tomber en panne.

La politique répressive se prépare ainsi à entrer dans une nouvelle ère qui permettra d'assurer un contrôle constant et intégral de tous les véhicules circulants sur les routes. Un changement qui pourrait bien arriver très vite puisque la première phase d'expérimentation est prévue pour le mois d'août. C'est en tout cas ce que vient d'annoncer le département DTC (Délégation aux Technologies de Contrôle) nouvellement créé et qui sera en charge du projet.

Pour Marc Rasbora, Fédération Française des Moutards en Colère :

Si seulement les "experts" de la Sécurité Routière étaient aussi ingénieux pour tenter d'améliorer la sécurité des usagers, l'objectif des 2.000 morts annuels serait atteint depuis longtemps. Au lieu de ça, nos avides technocrates ont trouvé une nouvelle façon de contrôler et de réprimer les honnêtes citoyens.

Plus d'infos sur les contrôles de vitesse et la répression rentière

Suzuki