Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube

Le Paul Ricard dialogue avec les riverains

Un Comité Consultatif Environnemental pour expliquer l'impact du circuit

Contrôle des émissions sonores, études sur l'impact environnemental...

Le Paul Ricard dialogue avec les riverainsDepuis quelques années, de nombreux circuits français et internationaux se sont retrouvés à devoir faire face à de multiples plaintes des riverains concernant les émissions sonores. Afin de prévenir les mauvaises surprises, le Circuit Paul Ricard a ouvert des échanges avec les autorités et les riverains. Jeudi dernier, la direction du circuit rencontrait ainsi de nombreux particuliers, élus et associations à l'occasion de son deuxième Comité Consultatif Environnemental.

Stéphane Clair, le directeur général du circuit, a pu constater avec satisfaction une nette augmentation du nombre de participants avec près de 80 personnes présentes parmi lesquels des riverains, membres de comité de quartiers, associations, mais aussi élus des communes voisines, représentants de la Gendarmerie et de la Préfecture.

Le Comité Consultatif Environnemental

Ce Comité Consultatif Environnement prend désormais la forme de 3 réunions par an pour échanger de l'information sur la politique de développement durable du circuit : mesure et maîtrise de l’impact sur l’environnement, accompagnement de la transition énergétique et la mobilité douce, maîtrise de la gestion des ressources en eau et tri et revalorisation des déchets.

Près de 80 personnes étaient présentes au second CCE

Le dernier rendez-vous a ainsi permis de rappeler aux participants qu'en plus des règlementations imposées par le CNECV, la préfecture du Var, le Code du Sport et les différentes fédérations sportives, le circuit fait également l'objet d'un arrêté ministériel plus restrictif en ce qui concerne ses journées et horaires d'activités. En effet, la piste du Castellet ne peut ouvrir qu'entre 9h et 19h avec une pause d'une heure obligatoire entre 12h et 14h et la possibilité de déroger à ces règles que 12 jours par an en dehors des compétitions. Par ailleurs, le circuit a pour obligation d'être fermé au moins 50 jours par an sur deux périodes.

Mesure des impacts

Afin de veiller à respecter le règlement sonore et l'impact sur l'environnement, la piste s'est dotée d'outils de surveillance comme l'apivigilance qui permet de mesurer l'impact environnemental des activités sur la qualité de l'air et de l'eau grâce à aux ruches implantées à l'entrée du site. Des relevés permettent ensuite de juger de l'impact environnemental. Les derniers résultats, récoltés fin septembre, étaient ainsi exemplaires avec une très faible teneur de l'air en métaux lourds et l'absence de polluants sur le site.

La mesure de l'impact environnemental passe notamment par l'apivigilance

Du côté des émissions sonores, la mesure est assurée par Hagerservices à l'aide de quatre stations acoustiques implantées dans la ligne droite du Mistral, sur le Driving Center et dans deux espaces riverains.

Voici les résultats de l'activité du circuit entre mai et septembre :

  • Une pause d’activité perçue la première quinzaine d’août
  • Une durée médiane d’activité par jour de 6 heures et 30 min
  • Sur les 160 journées de la période concernée, aucun impact n’est identifié aux limites du circuit pendant 60 jours et sur les 100 jours restants, les émissions d’activités identifiées sont conformes à la réglementation
  • Les événements sonores ponctuels relevés sur chacun des points « riverains » sur certaines journées spécifiques sont liés aux accès spectateurs et non pas à l’activité de la piste, par exemple le Grand Prix Camions les 3 et 4 juin ou l’affluence des participants à la course à pied de la Sunset Run le 22 août
  • Des périodes exceptionnelles constatées : le roulage d’une F1 historique le 5 septembre ou encore les roulages de nuit du Bol d’Or perçus par la balise de Bois Soleil les 13 et 16 septembre

Les stations acoustiques sont installées sur le circuit et dans les zones riveraines

D'autres pistes explorées

Le dialogue serait-il la bonne solution pour éviter de se mettre les riverains à dos ? C'est en tout cas une partie, car dans le même temps le circuit a modifié l'organisation de ses événements en écartant notamment les meetings de véhicules historiques de la saison estivale et en mettant fin aux courses les plus bruyantes. L'endurance automobile disparaitra ainsi en 2018 alors que les événements non motorisés se multiplient : 24 heures vélo, Sunset Run, Spartan Race...

Pour l'année à venir, la Direction du Circuit Paul Ricard a pris plusieurs engagements avec la création d'un baromètre environnemental accessible à tous par internet, le maintien des niveaux sonores présentés, la végétalisation du mur d'enceinte du Driving Center, l'implantation d'une station acoustique supplémentaire ou encore de ne pas demander de modification sur l'arrêté ministériel. Tous ces points seront de nouveau présentés fin février à l'occasion du 3e Comité Consultatif Environnemental.

Rappelons également que le circuit accueillera le grand retour de la Formule 1 la saison prochaine (24 juin) et qu'à cette occasion la piste sera resurfacée pendant l'hiver. La venue de cet événement international devrait avoir un impact conséquent sur les trafics routiers et aériens, mais les retombées économiques pour la région sont estimées à 65 millions d'euros. En outre, les habitants de la région auront la primeur des préventes de billet.

Plus d'infos sur le Circuit Paul Ricard