Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube

Crobard : Hulot veut la fin du moteur thermique

Le Plan Climat prévoit la fin de la commercialisation de moteurs diesels et essence d'ici 2040

Depuis le début du quinquennat de Emmanuel Macron, tout le monde attend les premières mesures concrètes de la part du gouvernement. Nicolas Hulot, ministre de la transition écologique et solidaire a dessiné les premiers contours d'un plan climat, qui doit selon ses termes "viser la neutralité carbone à l’horizon 2050". Dans la continuité de l'accord de Paris, le nouveau ministre veut privilégier les énergies renouvelables. Le moteur thermique devrait en faire les frais, avec une annonce forte : "fin de la vente des voitures essence ou diesel en 2040".

Dans un même temps, des primes seront versées aux ménages les plus modestes pour remplacer leurs véhicules et tenter, petit à petit, de faire sortir le moteur thermique des routes, après l'arrêt de sa commercialisation. Reste à savoir si ce plan est réaliste.

Crobard : Hulot veut la fin du moteur thermique

Il est inutile de nier l'impact des moteurs diesel et essence sur le climat. En France, les véhicules particuliers, selon les chiffres du Citepa de juin 2016, représentent 53,2% des émissions de gaz à effet de serre dans le secteur des transports (54,4% en ajoutant les deux-roues). Au niveau Européen, le rapport sur les chiffres clés du climat - 2017 produit par le ministère de la transition écologique estime le total des émissions tous transports confondus à 26% des émissions de CO2 dues à la combustion d’énergie. Seule la production d'énergie elle-même émet plus, avec 37% des émissions totales.

Avec ce constat, il peut sembler logique de réduire la production d'énergies fossiles et en même temps l'utilisation des moteurs à explosion. La France n'est d'ailleurs pas la seule à aller dans ce sens. Récemment, l'Allemagne a déclaré vouloir faire en sorte que 100% de ses voitures vendues en 2030 soient électriques. La question est de savoir si les constructeurs vont accepter de se plier à ces conditions, ou à l'inverse tenter de repousser toujours plus ce passage intégral à l'électricité.

Le plan climat, aussi ambitieux soit-il, comporte quelques zones d'ombres. Nicolas Hulot souhaite en effet faire du moteur électrique le moteur de tous les véhicules de demain, en fermant d'un côté les centrales à charbon et 17 centrales nucléaires. Le ministre a déclaré vouloir réduire à 50% la part de l'atome dans la production électrique. Elle frôle aujourd'hui les 80% de la production en France, selon les chiffres de RTE.

Or, qui dit plus de véhicules électriques, dit un parc de production toujours plus performant. Pourtant, même avec un tel chiffre de 80% de production électrique, le parc nucléaire français a montré ses limites, notamment en hiver, avec des craintes de pénurie, clairement annoncées par RTE en janvier. Le problème du gouvernement va désormais être de trouver une production électrique de remplacement suffisamment rentable pour éviter de se retrouver dans le noir. Dans le cas contraire, le plan climat risque de se retrouver... en panne !

Et vous, la fin du moteur thermique, vous y croyez ?

Plus d'infos sur les dessins de presse

Suzuki