Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube

Histoire constructeur : AJS

Entre les mains de Matchless puis de Norton-Villiers

LHistoire constructeur : AJSe constructeur britannique AJS fait son entrée dans l’univers de la moto en 1897 avec un premier modèle doté d’un moteur Mitchell. Née avec le talent et l'expérience d'ingénieur de la famille Stevens, AJS se met bien vite à produire ses propres mécaniques et met au point un twin parallèle ainsi qu’un V-twin.

C’est dans l’objectif de concourir à la fameuse épreuve du Tourist Trophy que la marque A.J Stevens est créée. En 1911 la firme conçoit un monocylindre de 298cm3 qui monte en cylindrée en 1914 avec un moteur de 350cm3. En cette même année 1914, AJS se lance dans la compétition du TT Junior où elle décroche une deuxième et troisième place qui vont bien vite permettre à la marque de se faire remarquer.

Avec l’entrée en guerre de la Grande-Bretagne, la production ralentit bien que le modèle D soit mis en chantier suite à une commande formulée par le gouvernement russe. A la sortie du conflit, l’usine relance la production d’une 350cm3 culbutée qui fait des étincelles au TT Junior de 1920 en s’octroyant la première place. Au cours des années qui suivent, AJS occupent régulièrement les premières marches des podiums du TT et parvient même à décrocher une victoire au TT Senior en catégorie 500.

La période Matchless

AJS S3 1931 (photo : DR)Dès 1927, la marque retire les machines culbutées de la compétition au profit d’un arbre à cames en tête notamment sur les K7 et les K10 qui deviennent bientôt les M7 et M10. Le constructeur cherche à moderniser ses machines avec l’arrivée de la S3 au sein de sa gamme. Ce V-twin est doté de cylindres en aluminium et transmission finale par arbre. Bien qu’innovante pour l’époque et victorieuse à de nombreuses reprises en course, la S3 ne rencontre pas le succès et AJS se retrouver criblé de dettes.
Ne parvenant plus à s’en sortir financièrement, la marque est reprise par les frères Collier, fondateurs de la marque Matchless. La production est déménagée sur un nouveau site et dès lors, les motos Matchless et AJS seront quasiment identiques, même si les modèles les plus sportifs arborent volontiers le logo AJS. Pendant quelques temps, le constructeur s’intéresse à la production automobile et tente de produire des véhicules industriels de type autocars, sans grand succès toutefois.

Rachat et déclin

AJS Procupine (photo : DR)A l’aube de la Seconde Guerre mondiale, AJS renoue avec le succès brièvement en présentant une moto mue par un moteur V4 capable de dépasser les 210km/h. Toutefois, avec l’arrivée d’une règlementation interdisant la suralimentation, AJS se voit dans l’obligation de revenir à des modèles de facture plus classique à l’instar de la Porcupine. Cette machine de 55ch offre d’ailleurs au constructeur son unique titre de champion du monde en 1949.

Au cours des années 50, AJS doit faire face à la concurrence montante de Triumph et ses modèles peinent à trouver leur public. Finalement, la société passe entre les mains du groupe Norton-Villiers en 1966 et finit par disparaitre complètement en 1974.

Plus d'infos sur AJS