Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube Voyage

Histoire constructeur : Ural

Des machines robustes et intemporelles

Histoire constructeur : UralL’histoire du constructeur russe Ural prend sa source dans la Seconde Guerre mondiale. A cette époque, l’Armée rouge cherche à se moderniser et à remplacer ses attelages de chevaux par des machines motorisées.

En 1939, les Soviétiques ayant signé un accord de non-agression avec l’Allemagne reçoivent les plans de fabrication de la BMW R17. Les premières copies russes du side-car allemand sortent rapidement des chaînes de production des usines de Moscou et de Leningrad. Les machines sont alors rebaptisées M72 et sont réservées quasiment exclusivement à un usage militaire.

En raison de l’avancée des troupes allemandes sur le territoire soviétique, les sites de production sont transférés dans le massif de l’Oural, à Gorki et Irbit. Le nom donné à l'usine est alors Irbitski Mototsikletny Zavod autrement dit IMZ.

Ural M72 (photo : DR)Après-guerre, la nécessité de créer une marque s’avère vitale pour permettre aux machines de gagner le marché. Celle-ci sera baptisée tout simplement Ural en référence au massif montagneux. Ural pourra également se retrouver sous les dénominations Oural et Cossack. Continuant de fournir l’armée soviétique, la production se concentre désormais sur le marché civil avec des modèles très similaires à ceux destinés à un usage militaire.

Au cours des années 50, l’usine située à Kiev se consacrera aux modèles militaires qui arboreront le logo « Dniepr » tandis que les motos destinées au marché civil sortent des chaînes de l’usine d’Irbit, la production ayant cessé à celle de Gorki.

Les attelages signés Oural connaîtront un beau succès commercial, y compris à l’exportation. Malgré des heures difficiles à la fin des années 80 en raison de la libéralisation de l’économie et bien que les ventes aient considérablement chuté depuis, Ural propose toujours des machines robustes et intemporelles que l’on peut encore souvent croiser aux Elephants.

Elle reste en outre l'un des plus grands constructeurs de side-car au monde.

La marque se tourne désormais vers l'avenir avec le lancement d'un side-car électrique.

Plus d'infos sur Ural