Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube Voyage

Test de Valentino Rossi The Game

Le jeu vidéo officiel du MotoGP et de la carrière du Dottore

Depuis 2013, Milestone est titulaire de la licence du Championnat du Monde MotoGP pour ce qui concerne l'adaptation vidéoludique de la discipline. Avec trois jeux sortis en trois ans, le développeur milanais a progressivement étoffé le contenu de ses titres en ajoutant de nouveaux modes, des pilotes de légendes ou encore plus d'options de personnalisation.

Pour 2016, point de MotoGP 16 puisque le studio s'est offert les services de monsieur Valentino Rossi. Ainsi, la licence change de nom pour devenir Valentino Rossi The Game. L'occasion pour Milestone de développer un tout nouveau contenu spécifique au champion italien sans pour autant délaisser le reste du championnat. Grands Prix, mais aussi Flat Track, Drift et Rallye font leur apparition sur ce titre affichant de grosses ambitions. Pari tenu ?

Milestone adapte la licence du MotoGP avec Valentino Rossi The Game
Milestone adapte la licence du MotoGP avec Valentino Rossi The Game

Gloire à Rossi

Clairement, le titre du jeu vidéo n'est pas usurpé. Dès le lancement du jeu, on est tout de suite mis dans le bain avec la signature d'un contrat pour la VR46 Riders Academy. Ce passage permet de créer son avatar numérique et de rejoindre l'école de champions du célèbre Dottore.

Tout commence par la signature d'un contrat à la VR46 Rider Academy
Tout commence par la signature d'un contrat à la VR46 Rider Academy

Tout le mode carrière est ainsi articulé autour de la Rossi Academy. En plus des différents championnats officiels, Vale vous convie régulièrement à des séances d'entrainement particulières en alternant du flat track, de la vitesse, du rallye auto et du drift. Ces entrainements permettent de faire progresser son pilote qui bénéficie d'un système de stats sur ses capacités (stabilité, prise d'angle, endurance...). L'idée est vraiment bonne est permet d'ajouter de la variété au titre, même si tout est loin d'être parfait, mais on y reviendra plus tard.

Comme toujours, la carrière commence en tant que pilote Wildcard de Moto3
Comme toujours, la carrière commence en tant que pilote Wildcard de Moto3

On fera quand même un petit reproche au mode carrière puisqu'il n'est plus possible de créer sa propre écurie comme dans le jeu précédent. Désormais, on roule pour Rossi et les écuries officielles. Dommage.

Une fois l'initiation au flat track passée, il est alors possible de naviguer librement dans le menu du jeu et de découvrir l'impressionnant contenu proposé. En plus de la personnalisation de son pilote, on retrouve tous les teams et pilotes officiels des championnats MotoGP, Moto2 et Moto3 2016, mais aussi les MotoGP 2015 et tout une série de pilotes emblématiques que Rossi a affronté tout au long de sa carrière, depuis les 125 2 temps jusqu'au protos 4 temps de 1000 cm3.

On retrouves de nombreux anciens pilotes à l'image d'Olivier Jacque
On retrouves de nombreux anciens pilotes à l'image d'Olivier Jacque

Le Doctor bénéficie en outre d'une section dédiée baptisée Rossi Experience. Dans cette dernière il est possible de revivre certains faits d'armes de l'Italien en remplissant des objectifs précis. Chaque séquence est introduite par une interview du pilote qui revient sur ce moment particulier ou sur l'importance de tel circuit.

Il est possible de revivre les heures de gloire de VR46, comme ici face à Ukawa
Il est possible de revivre les heures de gloire de VR46, comme ici face à Ukawa

Il est également possible de courir face aux meilleurs chronos du nonuple champion du monde sur chaque circuit. Là, il vaut mieux être persévérant pour réussir. Enfin, la Rossipedia est une sorte d'encyclopédie du pilote permettant d'acquérir des livrées spéciales de casques et motos pour Valentino.

Ce n'est pas si évident de battre les records du Doctor
Ce n'est pas si évident de battre les records du Doctor

Les modes de jeu

Les Grands Prix

Que l'on ne s'y trompe pas, si le jeu change complètement de nom, il s'agit bel et bien d'un MotoGP 2016. Ainsi, on retrouve un peu ce qui faisait les forces et faiblesses de la série au niveau du gameplay. Le pilotage est toujours aussi précis et demande même plus d'attention lorsque l'on désactive toutes les assistances. A titre d'exemple, les chicanes peuvent se révéler fatales lorsque l'on accélère trop franchement, une perte d'adhérence que l'on ne rencontrait pas par le passé.

La précision du pilotage est toujours aussi bonne
La précision du pilotage est toujours aussi bonne

Là encore, les différences de comportement sont très nettement perceptibles entre chaque catégorie. La Moto3 est vraiment l'idéal pour débuter, car elle permet de rouler à toc et pardonne beaucoup d'erreurs. A l'inverse, le dosage est le maître mot en MotoGP.

En revanche, entre les différentes machines d'une même catégorie, la différence tient plus de la rapidité que de l'agilité ou de la maniabilité de la moto.

La Moto2 propose une vraie transition avant d'attaquer sur des 1000
La Moto2 propose une vraie transition avant d'attaquer sur des 1000

Côté adversaires, la grille de départ bénéficie toujours d'adversaires coriaces gérés par l'intelligence artificielle. Très agressive par le passé où les pilotes ne se préoccupaient simplement pas de votre présence, l'IA nous est apparue un peu plus fair-play. Les adversaires ont ainsi moins tendance à vous percuter lorsque vous freinez un peu tôt à l'approche d'une courbe.

L'IA est un peu moins rentre-dedans que par le passé
L'IA est un peu moins rentre-dedans que par le passé

Le Flat Track et la R1M

Le Flat Track était sans nul doute ce qui nous intriguait le plus dans ce nouveau jeu. Et c'est probablement le mode le plus réussi. Si les débuts sont pour le moins hésitants, la prise en main se fait progressivement et la frustration laisse place au plaisir dès lors qu'on maitrise la glisse. En plus, les fans apprécieront de rouler dans le Ranch de Rossi aux côtés de stars du MX et du Supermotard.

Le Flat Track est une bonne surprise, une fois que l'on maîtrise la glisse
Le Flat Track est une bonne surprise, une fois que l'on maîtrise la glisse

Un autre moyen de faire progresser son pilote est de prendre part aux courses de R1M. Il Dottore nous explique brièvement que l'entrainement sur une M1 étant interdit, on pourra travailler notre vitesse sur la R1M. Mouai. En dehors de l'impact publicitaire pour Yamaha, l'intérêt de ce mode est clairement limité d'autant que la R1 ne peut être contrôlée que sur le circuit de Misano...

Cantonnées au seul circuit de Misano, les courses de R1M sont vite redondantes
Cantonnées au seul circuit de Misano, les courses de R1M sont vite redondantes

Le rallye et le drift

Milestone ne fait pas que des jeux de moto et a déjà réalisé de nombreuses adaptations de rallye auto comme avec son dernier Sebastien Loeb Rally Evo. Faire plaisir à Rossi en ajoutant le Monza Rally Show ne devait donc être qu'une formalité. La maniabilité demande là encore un certain temps d'adaptation, mais n'est pas désagréable. Le plus gros problème de ce mode repose sur le principe même du rallye de Monza : des spéciales sur circuit avec des plots et ballots de paille en guise de chicanes. Résultat, les spéciales sont longues et saccadées. Pas franchement réjouissant.

Le rallye demande un peu de patience pour être bien pris en main
Le rallye demande un peu de patience pour être bien pris en main

Quatrième et dernière nouveauté de VRTG, le mode drift est loin d'atteindre nos attentes. C'est en Ford Mustang que l'on affronte les autres concurrents, toujours à Misano. Ici la voiture semble évoluer sur une piste savonnée. Pas facile de gérer ses trajectoires tant la glisse est importante.

Le mode drift n'est franchement pas convaincant
Le mode drift n'est franchement pas convaincant

Les autres modes

Ces quatre disciplines principales sont déclinées à travers plusieurs modes de jeu. Carrière, championnat, course simple, contre la montre... on retrouve tout ce qui compose habituellement les jeux de courses. Notons également la présence d'un mode multijoueurs jouable en local sur la même console ou en ligne avec d'autres joueurs du monde entier.

Graphismes

Le plan graphique est un peu à l'image du côté technique du soft. On reprend ainsi une solide base déjà existante et on la fait évoluer légèrement. Les motos sont toujours aussi détaillées et les tracés fidèles à la réalité. En revanche, le rendu de ces derniers varie pas mal d'un circuit à l'autre. Certaines pistes sont ainsi bien plus agréables à l'oeil que d'autres. On apprécie également le rendu de l'eau, pas par temps de pluie, mais lorsque le soleil fait son retour et que la piste sèche au fur et à mesure de la course. Le public est toujours en retrait, mais on note tout de même une amélioration à ce niveau.

Pas évidente à jouer, la vue du casque reste assez impressionnante
Pas évidente à jouer, la vue du casque reste assez impressionnante

Conclusion

De façon générale, Valentino Rossi The Game est un bon jeu de course de moto. La jouabilité est appréciable, le contenu proposé très riche et l'aspect graphique plutôt réussi. En revanche, le titre a beau changer de nom, il n'en reste pas moins une évolution du MotoGP 15 malgré l'ajout de nouvelles disciplines pas toujours convaincantes.

Les joueurs des précédents opus devront donc réfléchir avant leur achat, car l'expérience reste assez proche de ce qui se faisait. En revanche, pour les fans de Rossi et ceux qui n'auraient pas encore mis la main sur la licence MotoGP, VRTG se positionne incontestablement comme la référence actuelle des jeux de moto sur piste.

Clairement, le jeu s'adresse aux fans du Dottore
Clairement, le jeu s'adresse aux fans du Dottore

Points forts

  • Toutes les licences du MotoGP (circuit, pilotes et motos)
  • La jouabilité des GP toujours au top
  • Le contenu très impressionnant (circuits, modes de jeu, personnalisation...)
  • L'IA moins brutale, mais toujours coriace

Points faibles

  • L'intérêt de certains modes de jeu
  • La disparition de la création du team
  • L'impression générale de déjà vu

Toutes les images de ce test sont directement issues du jeu et ont été réalisées avec le système de capture d'écran disponible sur la Playstation4.

Disponibilité / prix

  • Playstation 4 / Xbox One : 69,99 €
  • PC : 49,99 €

Plus d'infos sur les jeux vidéos de moto