english

Essai Suzuki SV 650 S

La meilleure soupe

12 années après sa dernière évolution avec la version injection (2003), Suzuki ressort la SVS, désormais conforme aux normes euro3. Plus qu'un roadster caréné, c'est bien le twin sportif que la marque d'Hammatsu remet en route avec son lot de nouveautés... Réduites. Car rien n'a vraiment changé, ni au niveau motorisation, ni au niveau esthétique avec une ligne inchangée. Seule l'injection et quelques réglages ont été modifiés, qui sans modifier en profondeur la machine peuvent donner de nouvelles sensations. Mais surtout, face à toutes les nouveautés sorties depuis, comment se positionne encore la SVS ? Parce que c'est dans les vieux pots que l'on fait les meilleures recettes ? Essai...

Vue arrière

Découverte

La SVS est connue et n'évolue pas. On retrouve donc ces lignes acérées avec une partie frontale assez large mais fine qui en font toute la personnalité, car personne n'a copié ni de près de loin cette ligne générale. Le twin de 647 cm3 ressort de façon évidente notamment grâce au métal qui de détache du cadre noir. La selle pilote est toujours aussi fine, comme une mini planche surmontée elle même par le strapontin passager en hauteur.

Suzuki SV650S de coté

On dirait presque un mono avec l'échappement sorti du cylindre frontal, mais il s'agit bien d'un bicylindre en V à 90°, 4 temps, refroidissement liquide, distribution par double arbre à cames en tête, 4 soupapes par cylindre.

Tête de fourche

La double optique frontale se fait presque douce même si quelques lignes acérées font ressortir l'ensemble et affichent la dynamique sportive de l'ensemble.

Feu arrière à LED

Le feu à LED rehausse encore la partie arrière.

En selle

On monte sur la SVS avec une selle relativement haute. Plus lourde que des modèles de conception plus récente avec ses 196 kilos, on sent le poids au guidon, même si ce surcroît de poids offre aussi une stabilité plus importante. Le buste tombe nettement vers l'avant tandis que les poignets se mettent fortement en appui. On aurait pu penser à une version carénée du roadster mais la position confirme que l'on est plus proche d'une position de sportive. Ce qui est vrai aussi bien pour le pilote que le passager. Les pieds touchent alors tout juste terre pour le pilote d'1,70m.

On découvre alors sous les yeux un compteur majoritairement analogique pour la vitesse et le compte tours tandis qu'un écran digital affiche les informations complémentaires comme le totalisateur, le double trip partiel ou la jauge à essence. Antérieure à l'apparition des indicateurs de rapport engagé, l'information n'est pas ici disponible.

Compteur de vitesse analogique et digital

Contact

Le Twin s'ébroue avec un son grave. Si l'échappement est dans la lignée des pots de Bandit de la marque, long et oblong, il distille une mélopée valorisante voire envoûtante qui évoque force et caractère. Première et le twin tracte bien, tout en distillant ses vibrations.

Twin de 645 cm3 délivrant 72 chevaux et 6,5 mKg

En ville

Première... jusque 75 km/h ! Pas en ville donc ! Mais le twin s'envole vraiment facilement et rapidement vers les 7.000 tours/min, amenant rapidement aux cinquante kilomètres heure réglementaires... Plutôt souple, on ne se sent pas obligé de passer trop rapidement la seconde. Mais si on passe les rapports, il est possible d'enrouler alors sur le sixième et dernier rapport à 45 km/h! Certes les reprises cognent alors sous les 2.000 tr/mn, incitant à plutôt évoluer entre troisième et quatrième rapport pour être plus doux, voire redescendre en deuxième.

La position en appui sur les poignées et assez rapidement fatigante, surtout si l'on reste aux vitesses autorisées et ce d'autant plus qu'avec un rayon de braquage assez grand, si on se faufile facilement pour faire de l'inter file, c'est plus décliat pour enchainer les gymkhanas entre les voitures serrées d'une file à l'autre.

Suzuki SV650S sur route

Autoroute

A 4.000 tr/mn à 90km/h, puis 1.000 tr/mn chaque vingtaine de kilomètres/heure supplémentaires, la SVS ronronne encore à 6.000 tr/mn à 130 km/h. Par contre, c'est là que le twin donne le meilleur de lui-même et incite à vraiment tourner un peu plus la poignée. C'est d'autant plus facile que le moteur semble enfin respirer en prenant ses tours et que la position encore un peu plus penchée permet de se protéger efficacement derrière la bulle jusqu'à des vitesses largement prohibées en France.Et pour ceux qui veulent plus de reprises, il est tout à fait possible de descendre 3 rapports, sachant que la SVS titille allègrement les 150 km/h sur le 3e rapport !

A vitesse maximale de 220 km/h, la protection est toujours d'actualité et le poids un peu ressenti à l'arrêt devient ici gage de stabilité. On sent la moto ancrée dans le sol, tout en s'inclinant facilement dans les grandes courbes rapides sans jamais avoir besoin de forcer. Difficile en ville, la SVS enquille ici aisément... Pour les plus douillets, la selle n'est pas non plus un modèle de confort. C'est efficace mais ce n'est pas une GT ni un Trail.

Suzuki SV650S sur autoroute

Départementales

A l'aise sur autoroute, la SVS revient naturellement sur départementales et d'autant plus que les routes deviennent viroleuses. La position inclinée et en appui sur les poignets devient synonyme d'efficacité, facilitant le placement et les déplacements sur la machine pour l'inscrire en courbe. L'appui sur l'avant permet d'avoir de bonnes remontés d'informations du train avant et de le poser avec précision pour guider la moto.

Suzuki SV650S sur départementale

On descend alors les rapports pour profiter des régimes au-dessus des 7.000 tr/min alors que le twin accepte de taquiner facilement la zone rouge voire le rupteur jusqu'à 12.500 tr/mn ! Du coup, on peut rester sur le second rapport jusque 115 km/h !

Freinage

Le double disque de 290 mm fait son travail en offrant un bon feeling et de la puissance à condition de bien prendre les freins. Ce n'est pas le meilleur mordant de la catégorie mais c'est très efficace. Et surtout, la prise en main est facile, continuant à éviter tout blocage ou toute violence pour un débutant.

Double disque avant Tokico

Confort / duo

La selle est fine et ferme, comme une selle de sportive. Par contre, l'amortisseur réglable sur 7 niveau de précharge fait un excellent travail à l'arrière en utilisation normale voire rapide. La fourche avant et l'amortisseur arrière montreront leurs limites lors d'une bonne bourre entre amis en pompant sensiblement. Le débutant appréciera le comportement. Le pilote expérimenté songera à remplacer les éléments.

Double selle

Pratique

Il y a de la place sous la selle passager. Enfin, n'exagérons rien non plus mais il est possible de loger deux antivols homologués à condition de dissocier le bloc serrure de l'anse, plus le fameux gilet obligatoire. On a ainsi le minimum syndical pour bloquer la roue avant et la roue arrière.

Sportive

Consommation

Peu gourmande malgré son ancienneté, la consommation avoisine les cinq litres au cent en fonction de la conduite. L'autonomie possible oscille donc autour des 300 kilomètres avec le réservoir de 17 litres.

Réservoir de 17 litres

Conclusion

La SVS confirme plus que jamais sa position de moto pour débutant. Son poids supérieur pour la catégorie ne se révèle pas un handicap. La moto offre une facilité de prise en main appréciable avec un caractère moteur bien présent, supérieur à nombre de modèles plus récents mais aussi plus onctueux. Cela en devient presque l'un des derniers modèles de caractère de la catégorie, un peu rugueuse, qui demande à être emmenée dans les tours et apprécie d'être un peu malmenée. Sa douceur à bas régime favorise encore plus sa prise en main, tout en offrant un autre visage plus haut beaucoup plus joueur. Suzuki a finalement bien fait de ressortir son modèle qui conserve tout sens même en 2015. Reste son petit prix à 5.199 euros (avant négociation mais moins cher qu'à sa sortie en euros constants à 5.599 euros), soit le plus bas prix pour le débutant qui veut s'offrir une sportive. Difficile du coup de la comparer à des twins plus récents, plus sympas mais aussi plus chers. En tout état de cause, avec un moulin éprouvé, c'est aussi l'assurance d'une moto qui reste pas chère à l'achat et économique ensuite en utilisation quotidienne.

Points forts

  • prix

Points faibles

  • duo

La fiche technique de la Suzuki SV650S

Calcul coût assurance ?

AMV Combien pour assurer votre Suzuki SV650S? Devis en ligne
Axa 2 Roues Calculez le prix de votre assurance Suzuki SV650S en 2mn avec Axa 2 Roues

Commentaires

antoine193

Sur le site Suzuki elle est affichée à 6199 euros.. autant qu'une MT07

14-01-2016 10:21 
olivierzx

Combien de caisses d'amortisseurs et de fourches de gex Suzuki a t'il en stock ???

Il y avait moyen pour quelques ¤ de plus d'en faire une arme et de créer un challenge.

Quel gâchis ...

14-01-2016 17:43 
Berny

Ah, t'as du mettre un 5 pour un 6.

Oui dommage, 600 balles de plus le feu à led et la repro, ca fait cher; et surtout des freins un poil mieux accorder à une bonne fourche...enfin, bref.

PS : tain, David, t'as pris 220, y va neiger...ange

14-01-2016 19:36 
freddy.lombard

Très bon compte-rendu d'essai, objectif et complet...

Je fulmine contre Moto Revue qui, dans son numéro actuellement en kiosques, traite cette belle SV 650 S de moto ringarde, dépassée (passe encore) mais surtout qui trouve qu'elle se traîne : on parle quand-même de 200 km/h...

D'où - par rapport à ton essai, David - je reste dubitatif sur le côté « moto pour débutants » : autant sa facilité de prise en mains justifie ce qualificatif, autant les 74 CV et les 200 km/h me paraissent un peu élevés pour un vrai débutant. clin d'oeil

15-01-2016 15:14 
jeandemi

Plus lourde que la moyenne ?
La ER6f passe les 200kg, et les 4 cylindres bien plus!
Seule la Yamaha 700 est plus légère, mais n'a pas de carénage

16-01-2016 19:36 
tropiques64

ça c'est du vintage!!! elle devrait faire un carton chez les hipsters.. :)
yamaha va probablement contrer Suzuki en ressortant la 850 trx...va y avoir du sport dans les futurs comparatifs!

17-01-2016 07:00 
Godzilla

Citation
tropiques64
yamaha va probablement contrer Suzuki en ressortant la 850 trx...


gnarf
On est quelques-uns à ne demander que ça. Un traitement des cylindres, une injection, deux-trois bricoles et on garde le reste.

18-01-2016 21:27 
freddy.lombard

Je n'aurais pas réellement dit « vintage » mais tout dépend de ce que l'on entend par là...
Vintage, je voyais plutôt les bécanes qui courent à Moto-Légendes, plus de 30 ans au minimum.
Encore qu'au niveau du look, je trouve que c'est justement dans les années 80 que les bécanes ont commencé à prendre des allures « modernes ».
Du coup, vintage ce serait plus dans mon idée les années 70 et avant. clin d'oeil

18-01-2016 21:35 
Fangstergangsta

j'aime beaucoup cette moto mais avec une forme de selle plus au gout du jour et une compteur un peu plus 2016 elle aurait été certainement bien mieux!

En gros avec une selle bagster(ou autre mais plus arrondie) on résout déjà un point d'esthétique.
pour le reste ça passe mais suzuki semble vouloir faire beaucoup trop d'économie sur tous ses modèles... dommage

28-06-2016 10:02 
Fangstergangsta

Le modèle avant 2003 était selon moi le plus beau...

28-06-2016 10:05 
 

Connectez-vous pour réagirOu inscrivez-vous