Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube

Essai Triumph TT 600

Docteur Jekyll et Mister Hyde

Triumph TT 600Août 2002

La TT 600 est la première sportive créée par Triumph en 2000 dans la catégorie des sportives 600 cm3... On aurait pu croire qu'il s'agisse également d'un "trois pattes" mais, non, Triumph s'est lancé dans la création d'une nouvelle moto et d'un nouveau moteur... 4 cylindres à injection électronique... et a essuyé les platres avec les premiers modèles... les performances n'étaient pas au rendez-vous.

Pour le millésime 2002, la marque anglaise a repris le moteur de A à Z avec l'ambition de la positionner sur le même créneau que la CBR 600. Il fallait un essai pour voir si le pari était ou non gagné.

Découverte

Triumph TT 600
Triumph TT 600
Triumph TT 600
Triumph TT 600
Triumph TT 600

La première chose qui frappe lorsque l'on voit la TT 600.. c'est sa discrétion. A la manière de la Daytona, Triumph a choisi des robes de couleurs unies : noir et gris. Cela change radicalement des décos des concurrentes. Quand on s'approche, on remarque surtout les deux entrées d'air frontales disposées de part et d'autre du carénage et la bulle qui s'apparente à une bulle haute. Pour le reste, c'est une sportive 600 cm3 classique : carénage intégral, guidon bracelets, large selle. Le compteur est un classique Triumph : un volumineux compte-tours avec un zone rouge à 14000 tours, affichant la température d'huile et des témoins huile+injection, complétés par un affichage digital pour le compteur de vitesse, le totalisateur kilométrique, les deux trips et l'horloge. On regrette juste l'absence de jauge à essence... surtout que le passage en réserve est automatique et simplement signalé par un témoin jaune au compteur. Le meilleur reste pour la fin : la TT600 dispose de l'injection, une première pour la production de sportive 600 cm3.

En selle

La première bonne surprise vient de la position de conduite. Malgré les bracelets, le poids du corps ne s'appuie pas sur les poignets qui ne sont pas cassés dès les premières minutes. Le buste est peu penché vers l'avant pour la catégorie sportive. Les repose-pieds assurent un triangle parfait et sont gages de confort sur la distance. La selle s'avère être large et particulièrement confortable.

Contact

Les témoins s'allument au grand complet, le compteur digital se réinitialise. Pas de starter bien sur : injection oblige. Embrayage, démarrage. Béquille repliée (la sécurité y veille automatiquement et éteint le moteur dans le cas contraire), la moto s'ébroue doucement et part sur un filet de gaz.

Sur la route, les vitesses se passent les unes derrière les autres simplement. La boite est précise sur tous les rapports et est discrète, y compris sur le premier rapport, contrairement à la Daytona qui ponctuait chaque passage en première par un sonore 'klonk'. En fait, la moto met en confiance dès les premiers tours de roues Elle se prend en main avec une facilité déconcertante et autorise rapidement une conduite plus musclée. Il faut juste faire attention aux premiers rapports, rapprochés, qui ferait déjauger ou partir en wheeling sur un coup de poignet trop vigoureux.

Route

Triumph TT 600La conduite en ville se révèle... confortable : un comble et une exception pour une sportive. Ceci est du à la position de conduite très peu en appui sur les poignets. Disponible dès 3000 tours, la moto se révèle joueuse et monte sans rechigner dans les tours, sans jamais sembler s'essoufler... que l'on soit seul ou en duo.

Sur autoroute, à 6000 tours et 130 km/h, (et à 8000 tours de la zone rouge!) la moto tient son rythme de croisière tranquillement et semble s'ennuyer terriblement. Si l'on garde un buste "droit", le blouson de cuir commence à claquer au vent dès 140 km/h. Car si la bulle haute assure une excellente protection au niveau du buste et de la tête, elle protège peu en largeur... en position haute du buste. Il est alors temps de coincer la tête dans la bulle pour faire disparaître toute turbulence et faire grimper l'aiguille du compteur en toute "quiétude".

Revenu sur nationale, on sent que la TT600 trouve enfin son milieu de prédilection. Disposant d'un couple important même en bas, elle autorise à enchainer départementales, entrées et sortie de villages sur les hauts raports sans jouer du sélecteur en conduite tranquille. Elle n'attend qu'un signal et un pied taquinant le sélecteur pour lancer la turbine et monter dans les tours. Si la TT600 broute facilement sous les 2000 tours/mn, elle prend ses aises et pousse fort avec un bon coup de pied au cul dès 3000 tours sans jamais s'arrêter avec un nouveau palier/poussée aux environs des 9000 tours/mn. Accélérations et déccélérations sont encore franches et nettes et nécessitent un contrôle continu à ces hauts régimes alors que l'on se trouve encore à 5000 tours de la zone rouge! Elle accepte sans rechigner de continuer à grimper quelle que soit la vitesse engagée, mais c'est alors le pilote qui fatigue... casque insonorisé requis pour les oreilles martyrisées.

Légère, précise, elle se place sans surprise et autorise des trajectoires approximatives sans problème. Elle met tellement en confiance que l'on se retrouve à trop attaquer, rapidement. En fait, la TT600 se conduit simplement, sans nécessiter un pilotage pointu. Ce qu'elle gagne en polyvalence, elle le perd juste un peu en précision.

En fait, la TT600 peut se conduire comme une GT, sur le couple, avec un confort y compris en duo impeccable. Les reprises dès les bas régimes permettent quand même de s'amuser. Et pour les essorreurs de poignée, elle monte allègrement dans les tours avec une zone rouge qu'il est difficile d'atteindre tellement elle semble avoir toujours de la marge.

Confort

Triumph TT 600C'est une sportive... réglée dure... Ce qui est gagné au niveau comportement est un peu perdu au niveau souplesse. Mais la TT600 passe sans encombre l'épreuve des autoroutes et nationales. Elle commencera à montrer ses limites sur départementales un peu défoncées, ou le pilote risque de se tranformer en yoyo sur selle au jeu des sauts sur les bosses : solide appui sur les repose-pieds et jeu de jambes fortement conseillé pour conserver un dos en bon état. Elle se place toutefois en tête du confort dans la catégorie sportives 600 cm3 et en remontrerait même à certains roadsters (comme la Speed Triple notamment).

En fait, elle est même tellement confortable qu'elle autorise des longs parcours routiers/autoroutiers sans halte autre que le remplissage du réservoir. Un Paris-Vannes d'une traite est ainsi possible, avec simplement une halte de cinq minutes pour un plein.

Freinage

Le freinage est à la hauteur du reste de la machine : puissant. Si le frein arrière est un honnête ralentisseur, sans plus, le frein avant, aux étriers quatre pistons, offre un excellent mordant sans jamais surprendre. Il autorise ainsi à prendre les freins sans mesure et n'oblige pas un savant dosage pour freiner court et sûr. Et cerise sur le gateau, la moto conserve son assiette en toute circonstance, sans plonger sur les freinages apuyés.

Triumph TT 600Pratique

Le réservoir est en métal... autorisant l'utilisation de sacoches magnétiques relativement volumineuses sans gêner la vue, ni la position de conduite (haute). Par contre, toute sacoche interdira de coincer la tête derrière la bulle, réduisant l'utilisation de la moto aux vitesses légales sur autoroutes.

La trousse à outil est directement fixée sous la selle, comme le livret d'entretien : ingénieux. C'est tout ce que vous mettrez en dessous, hormis un petit antivol (le Abus Shark - homologué assurance et FFMC - passe).

Consommation

C'est un 600 et un 600 qui aime se chercher dans les tours. Du coup, la consommation en prend un coup, notamment par rapport à sa grande soeur la Daytona. Ceci dit, en utilisation GT pendant l'essai et à vitesse stabilisée sur autoroute, elle n'est passée en réserve qu'après 250 km et s'est arrétée à la pompe en passant la barrière des 300 km d'autonomie ! Il n'y a pas à dire, l'injection c'est efficace ! Maintenant, en utilisation plus sportive et au jeu du sélecteur, elle signalera le passage en réserve dès les 190 km, révélant alors une soif plus importante avec une consommation dépassant les huit-neuf litres au cent.

Conclusion

Triumph TT 600La TT600 se révèle être la plus facile des sportives au niveau de la prise en main. Au quotidien, elle autorise une utilisation en ville, chose extrêmement rare pour ce type de machine. Elle ne rechigne pas à faire des kilomètres et le Paris-Vannes peut s'effectuer par la nationale en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire tout en gardant un pilote frais et dispo à l'arrivée. Bref, cela ressemble à une hypersportive, cela peut se conduire comme une hypersportive... mais cela se transforme facilement en GT sportive...

La TT600 constitue ainsi une excellente seconde moto, après les joies d'un roadster par exemple, pour gouter au plaisir d'une sportive polyvalente sans en désirer les inconvénients.

Points forts

  • polyvalence
  • confort
  • consommation

Points faibles

  • poignées passager en option
  • l'absence de jauge à essence

La fiche technique | Vos réactions sur le forum

Suzuki