Menu
Fil RSS Facebook Twitter Instagram Pinterest Youtube

Essai Piaggio Beverly 350

ça a le look dun 125, ça ressemble à un 125, c'est presque le prix d'un 125, mais c'est un 350

Quand on pense scooter, on pense souvent 125 et rarement cylindrée au-dessus, tellement en tant que motard, on aime alors passer plutôt à la moto directement. Et pourtant, le 125 a ses limites et imaginer pouvoir bénéficier de plus de puissance notamment pour les longs trajets prend tout son sens. Et c'est dans cette lignée qu'apparaît le Liberty 350, évolution à la hausse en cylindrée du Beverly125 auquel il emprunte la ligne et le look, à tel point qu'au feu rouge quand la conversation s'engage, chacun pense qu'il s'agit uniquement d'un 125. Pour autant, avec un scooter, on ne cherche pas à paraître plus gros que son voisin et au contraire, à être discret pour limiter les risques de vol, comme les maxi-scoots le vivent au quotidien. Alors, la solution ? Essai.

Piaggio Beverly 350 de coté

Découverte

Rien ne ressemble plus à un Liberty qu'un autre Liberty. Et ce n'est pas le 350 qui dira le contraire, tellement l'exercice pourrait ressembler au jeu des 7 différences. Mais alors que le Liberty 125 est plutôt fluet, le 350 est nettement plus cossu. Mais il cache bien son jeu, à tel point que quand le 125 affiche clairement sa cylindrée, le 350 la cache. Et à propos de cylindrée, il s'agit en fait d'un 330 cm3 en vrai. Ceci dit, tout est massif, du phare avant à la selle en passant par la face et le plancher plat. Même la capacité de rangement augmente à l'avant. Et puis le 350, bénéficie d'origine d'une bulle et de l'ABS-ASR avec l'antipatinage. De l'équipement haut de gamme donc, d'autant plus que la finition est au rendez-vous, depuis la qualité des plastiques à la profondeur des peintures.

Phare avant surmonté d'une bulle non réglable mais d'origine

Sous le plumage, on trouve un bon monocylindre 4 temps 4 soupapes, désormais Euro4.

Monocylindre

Feu arirère à LED

En selle

Que c'est haut ! Le conducteur d'1,70 posera tout juste le bout des pieds à terre ! Il faut dire que la selle culmine à 795 mm, soit presque la hauteur de certains trails. Le guidon se révèle un peu plus haut et proche que la moyenne une fois assis et l'on a l'impression de relever les bras par rapport à d'autres modèles, alors qu'en fait, les bras sont bien à l'équerre avec une position naturelle. Pour autant, alors qu'on s'attend à un angle de chasse important, il est assez court et permet de tourner facilement. L'ensemble est cependant très bien équilibré et le poids se fait à peine plus sentir que certains 125 cm3.

Vue de dessus

Contact

Le 350 s'ébroue avec la délicatesse de son gros monocylindre, faisant ressentir son gros mono. La réactivité à la poignée droite est instantanée oubliant toute la douceur d'un 125. Oui, on sent bien que l'on a affaire à plus gros. Les tours de roue qui suivent sont naturels.

Tableau de bord analogique et ordinateur de bord

En ville

On oublie rapidement le poids en plus pour apprécier un gros scooter à grandes roues, dynamique au démarrage, sans pour autant envoyer du paté comme peut le faire un maxi-scoot. Le gros mono se fait bien sentir offrant même un peu de rugosité virile, à l'opposé de la douceur d'un SH 300. Mais le caractère est également plus marqué. On est ici sur du plus gros et cela se sent. Pour autant, la maniabilité est au rendez-vous et l'on apprécie les grandes roues et la maniabilité globale qui permettent de se faufiler facilement entre les files de voitures même resserrées. On est d'ailleurs beaucoup trop vite à des vitesses inavouables en ville si l'on ne prend pas garde à regarder le compteur. Le freinage se révèle plutôt homogène, avec de la progressivité sans pour autant avoir la puissance qui pourrait surprendre un débutant. L'ABS se révèle un poil sensible, quanf on utilise que l'arrière. QUand à l'ASR, il arrive à entrer en fonction, même sur le sec au démarrage !

Piaggio Beverly 350 en ville

Sur autoroute

Le Liberty s'engage volontairement sur l'autoroute, pour atteindre rapidement un bon 135 km/h compteur avant de grignoter quelques kilomètres heures pour atteindre les 145 (soit 135 km/h réel). Il reprend mieux en cote que certains 300 à pleine vitesse et offre donc une marge de sécurité supplémentaire, appréciable pour faire du péri-urbain. La maniabilité offerte en ville, se paye au niveau de la stabilité à vitesse maximale sur autoroute, ce qui tend à rendre un peu la main, surtout quand on aborde des grandes courbes où les grandes roues aidant, ça flotte un peu.

Seule la bulle d'origine génère des remous et du bruit dans le casque et pour des longs trajets, on n'hésitera pas à l'enlever pour gagner en confort auditif.

Piaggio Beverly 350 sur autoroute

Sur départementale

Le 350 se révèle à l'aise sur petite route, d'autant plus qu'il offre de véritables reprises, là où un 125 doit être maintenu tout le temps à fond pour arriver à grimper. La cylindrée offre ainsi un bon compromis entre poids, puissance et prix pour une conduite qui peut être rapide.

Piaggio Beverly 350 sur départementale

Confort

Plus gros, le confort est au rendez-vous aussi bien pour le conducteur que le passager. La selle est épaisse et moelleuse pour les deux. Et le passager bénéficie de poignées bien conçues qui ofrent une bonne prise, nécessaire car les démarrages peuvent être dynamiques.

Selle

Freinage

Le Liberty assure un bon freinage, sans être violent. L'ABS est plutôt intrusif en rentrant facilement en action, même sur le sec quand on n'utilise que l'arrière en solo. Les remontées dans la poignée sont alors nettes, alors que le scooter continue sur sa lancée. On utilisera donc au jour le jour, les deux poignées de frein pour assurer un bon freinage.

L'ASR également arrive à se déclencher sur le sec, notamment au démarrage, preuve du peps du moteur à démarrer franchement. En fait, on peut le désactiver facilement, notamment quand il fait sec. On le laissera plus volontier en action quand il pleut.

Freins Piaggio Beverly 350

Consommation

La réserve s'allume à 210 km ! Mais quand on fait le plein à 250 kilomètres, il reste encore 2.5 litres dans le réservoir ! Le 350 se révèle plutôt gourmand avec une consommation supérieure à 4 litres au cent en usage intensif, ce qui donne une autonomie d'environ 300 kilomètres avec le réservoir de 12.5 litres. Nul doute qu'à vitesse stabilisée sur petite route, la consommation peut descendre sous les 4 litres au cent.

Trappe à essence centrale du réservoir

Pratique

La place dans le coffre apparait grande... mais c'est presque une illusion, car on n'y place pas un intégral. En fait, on peut y placer un sac appareil photo reflex bien rempli et pas mal de chose, mais la hauteur d'un intégral ne permet pas de le loger facilement. On arrivera par contre à y caler deux demi-jets. On se prend à rêver alors de la capacité d'emportement d'un X10 de la marque.

Coffre Piaggio Beverly 350

On regrettera juste la barre centrale qui empêche de considérer le Beverly comme un plancher plat. Mais on arrive quand même à caser un gros sac au milieu en s'aidant du crochet central.

Par contre, le vide poche plutôt important qui bénéficie notamment de la prise USB bien utile pour recharger ou simplement utiliser un smartphone et les fonctions GPS.

Vide poche Piaggio Beverly 350

Conclusion

Le Liberty 350 est la cylindrée idéale en tant que compromis poids, performances et prix, notamment pour un scooter, permettant d'envisager de rouler plus vite mais surtout plus loin sans fatigue. Avec Piaggio, on bénéficie d'une qualité de finition dans les détails qui valorisent une machine homogène et bien conçue, agréable au quotidien. Le Liberty 350 c'est le bon choix, sans surprise, avec de la puissance et du confort sans avoir peur de se faire voler au quotidien. Et cette sérénité, c'est aussi du plaisir. .

Points forts

  • moteur
  • discret

Points faibles

  • rangement coffre
  • ABS et ASR intrusif

La fiche technique du Beverly 350

Conditions d’essais

  • Itinéraire: petites routes variées + autoroutes interurbaines avec un peu de ville
  • Kilométrage de la moto : 300 km

Notez cet article : Note actuelle: 5/5 (1 vote)

  • Currently 5.00/5

APRIL MOTO Calculez le prix de votre assurance Piaggio Beverly 350 en 2mn avec APRIL MOTO
SOLLY AZAR Calculez le prix de votre assurance Piaggio Beverly 350 en 2mn avec SOLLY AZAR

Commentaires

michelanje56

BEVERLY pas Liberty

19-06-2017 20:05 
michelanje56

un casque intégral Shoei gt air rentre sous la selle
il y a une télécommande pour ouvrir la selle à distance
perso j'ai le 300 et j'ai supprimé la bulle acheté en option à cause des remous insupportables

19-06-2017 20:08 
Herol

je roule sur le modèle 2014 qui semble n'avoir pas évolué, sauf pour le freinage couplé avant arrière qui n'est plus proposé, au bénéfice de l'ABS et l'ASR. Très sincèrement le freinage couplé est très fort et efficace. c'est l'idéal pour un tel poids plume.
Le Beverly est proche de la perfection en ville comme à la campagne pour toutes les raisons que l'article souligne, mis à part une selle (haute comme le dit le texte du Repaire) qui se révèle être un vrai bout de bois très vite inconfortable associé à des amortisseurs tout aussi durs. Pas question de se lancer dans un trajet de plus d'une dizaine de kilomètres sous peine de vivre un martyre du fessier. Le nouveau modèle aurait il une selle améliorée?
Je trouve le coffre très grand, pour y loger par exemple mes sacs de course bien remplis.
Beverly 350, superbe rapport qualité prix.

03-07-2017 15:23 
 

Connectez-vous pour réagirOu inscrivez-vous